Retrouvailles de blogueuses et enregistrement de l’émission des Bibliomaniacs (avec moi dedans!)

En 2014, je participais au Prix de ELLE et au travers d’une page FB je me suis fait quelques très bonnes copines que j’ai eu grand plaisir à rencontrer lors de la remise du prix mais qui sont aussi ensuite venues me rendre visite chez moi à 5. Et je suis fan de l’émission Les Bibliomaniacs animée par Coralie, Eva, Fleur (et Laure même si elle prend un peu de temps off en ce moment). Je leur dis en rigolant que je suis leur « Number one fan » (les fans de Misery de Stephen King sauront que ça peut faire peur ;-).

Vous imaginez un peu mon émotion quand le 1er mai elles m’ont envoyé un message pour me proposer de participer à l’enregistrement de l’émission de juillet chez moi ! (Si émue que je me revois encore lire le message pendant une balade en famille au soleil pour voir des concerts de rue). J’ai bien entendu tout de suite accepté !

Alors je vais profiter de ce billet pour vous raconter les coulisses de l’émission Les Bibliomaniacs (je sais qu’il y a d’autres fans qui me lisent 😉 Cette émission allait être une « spéciale poches ». Les filles décident entre elles des livres qu’elles vont lire, elles font chacune des propositions (même moi : j’ai proposé « En cas de forte chaleur » de Maggie O’Farrel, que j’avais en anglais dans ma PAL mais qui existait en poche en français). Elles peuvent aussi proposer des livres que certaines ont déjà lus (ce qui m’arrangeait bien, vu mon programme chargé du mois de juin).

Nous avons donc fixé une date, ce serait le dimanche 26 juin, chez moi. Une arrivée vers midi et un départ à 18h45 nous permettant de manger ensemble, d’enregistrer l’émission et de faire une petite balade !

J’étais un peu stressée, j’avoue. J’ai lu les livres proposés : « En cas de fortes chaleur » et « L’histoire de l’amour ». Je me souvenais clairement de ma lecture audio de « Joseph » et j’ai relu en version audio « Ru » que j’avais un peu oublié. J’ai imprimé mes anciens billets pour les relire et écrit et tapé les nouveaux pour avoir mes idées bien au clair.

Je me suis ensuite consacrée au repas, comme une invitation « normale » d’amies ! (Au menu pour ceux que ça intéresse : des feuilletés de chez Boudu, salade de carottes à l’orange, dal aux lentilles corail (et au chou kahl) et une tarte aux prunes (j’ai juste oublié le fromage normand 😉 )

J’étais vraiment heureuse de les retrouver à la gare comme si on se voyait régulièrement, ça me semblait vraiment naturel de nous retrouver comme ça chez moi ! Bastien et L’Homme étaient là pour le repas et Bastien a fait des dessins pour chacune. Il s’est montré naturel et charmant 😉 Pendant l’apéro au champagne (il faut bien ça pour des filles qui se sont connues par le magazine ELLE 😉 nous avons parlé de de tout et de rien mais pas des livres de l’émission pour garder la fraîcheur de nos avis pendant l’enregistrement. J’ai juste demandé si elles étaient d’accord avec mon interprétation de la fin de « L’histoire de l’amour », sachant qu’on ne parlerait pas de cet aspect-là !) et échangé des cadeaux (j’ai été bien trop gâtée les filles !!)  

Après le repas, nous nous sommes « débarrassées » des hommes pour pouvoir enregistrer tranquillement.

 

Et à ce moment-là, j’avoue que j’étais un peu intimidée : les premiers tests de voix m’ont non seulement rappelé que je détestais le son de ma voix et que je riais un peu trop fort mais surtout que c’était LE moment… on allait vraiment enregistrer ! J’avais mes petites notes pour me rassurer (et j’étais contente de voir que Fleur / Amandine aussi prenait ses notes).

Pendant les premières minutes, j’étais un peu tendue, j’avais peur de dire des bêtises et petit à petit j’ai tout simplement oublié qu’on enregistrait et j’écoutais tout simplement les copines qui parlaient ! C’était un moment très agréable.

Et j’ai trouvé que le temps est passé très vite (et pourtant l’émission a bien duré 1 heure !°

Après l’enregistrement, Coralie a sauvegardé l’émission pour ne pas la perdre avant le montage (d’ailleurs, Eva l’avait aussi enregistrée sur son iphone car les filles étaient échaudées d’un précédant problème technique).

Puis nous sommes allées nous balader. Un petit tour à la librairie Le détour (MA librairie) pour déposer des marques-pages de l’émission et ensuite nous avons fait un tour dans la Haute Ville pour voir les petites rues et la mer.

Nous avons pris un dernier verre près de la gare (en face d’un magnifique rond point 😉 et les filles sont reparties.

J’ai passé une excellente journée et l’expérience de l’enregistrement d’une émission et de voir l’envers du décor m’a énormément plu !

Merci encore mille fois les copines ! Vous êtes les bienvenues quand vous voulez ou alors la prochaine fois, je viens vous voir à Paris !

Et pour écouter l’émission, c’est ici : Couverture de l'émission d'été spéciale Poches

Et n’hésitez à leur laisser un petit commentaire : il y avait un petit problème technique et on ne pouvait plus commenter mais maintenant c’est réglé (Merci à Une Ribembelle et Claire de l’avoir signalé!) : il faut mettre son pseudo, son adresse mail et pas la peine de noter un mot de passe, il  suffit de cocher « I’d rather be a guest » et c’est bon 😉

 

Âmes Graphiques – Visage –

 

Pour le rendez-vous photographique du Petit Carré Jaune  « Âme graphique », le thème était cette fois-ci « Visage ».

J’ai choisi une photo que je n’ai pas prise moi-même. C’est Fleur qui l’a prise pendant que nous enregistrions l’émission des Bibliomaniacs.

Si j’ai choisi cette photo c’est parce qu’ayant été prise sans que je le sache, elle reflète mon visage tel que les autres le voient et voir cette photo a été pour moi comme si je me voyais au travers des yeux des autres.

C’est une impression étrange et dans ce cas agréable, car je vois dans cet instant un moment très agréable : avec des copines, nous parlions littérature après avoir partagé un repas très sympathique. Après avoir été un peu stressée au début de l’enregistrement, j’étais, à ce moment-là, détendue et j’écoutais Eva avec plaisir, en oubliant même qu’on était en train s’enregistrer.

Cette photo de mon visage me dit tout cela et je l’aime beaucoup. 

Lemon curd (crème de citron) sans lactose et au micro-ondes

Ingrédients pour deux petits pots ou un pot à confiture : 100 ml de jus de citron / 3 oeufs / 150 de sucre / 1 cuillère à soupe de Maïzena

  • Verser le jus de citron dans un saladier en verre assez grand (mais pas trop car il doit entrer dans votre micro-ondes !)
  • Ajouter les œufs et mélanger
  • Ajouter le sucre et mélanger
  • Ajouter la maïzena tamisée et fouetter le tout
  • Mettre le mélange au micro-ondes pendant 1 mn puissance maximum, le sortir et bien mélanger.
  • Recommencer : 1 mn et mélanger
  • Recommencer : 1 mn et mélanger
  • Et si vous trouvez que c’est encore un peu trop liquide, recommencer 30 secondes (il faut que le lemon curd soit à la fois souple et ferme. Pas figé mais pas liquide non plus)

Si vous le faites à la casserole (ce que je n’ai pas essayé) il faut bien remuer tout le temps pour que ça ne brûle pas.

  • Verser dans un pot en verre style pot de confiture et laisser refroidir et ensuite conserver au frigidaire. J’ai lu que ça pouvait se conserver 10 jours mais de mon côté, le pot n’a pas tenu une semaine : on a tout mangé ! Avec des scones, c’est délicieux mais à la petite cuillère aussi 😉

 Le mois anglais chez  Cryssilda et  Lou 

« L’histoire de l’amour » de Nicole Krauss

       

 

J’avais lu ce roman en 2007 (avant la naissance du blog) et si je me souvenais l’avoir aimé et même offert à la suite de ma lecture, je n’en gardais aucun souvenir réel. Eva me l’a offert lors de notre swap et j’étais très contente d’avoir l’occasion de le relire. La programmation de l’émission de juillet des Bibliomaniacs m’a donné l’occasion de le sortir de ma PAL et je suis retombée sous le charme de ce roman qui s’est révélé être un coup de cœur !

C’est un roman dont il n’est pas facile de parler, le genre de livre où j’ai juste envie de lire « C’est formidable ! Lisez-le ! ». Je ne veux pas trop en dire mais vous donner quand même envie de le lire !

Le roman est découpé en parties concernant trois personnages différents qui s’alternent. Léo Gursky est un vieil homme qui vit une vie solitaire à New York. Il est arrivé de Pologne au moment de la 2ème guerre mondiale et son récit évoque sa vie actuelle mais revient aussi sur son passé en Pologne. Il raconte sa passion pour l’écriture et les histoires et parle de l’amour de sa vie qu’il a perdu il y a bien longtemps. Il se met à écrire un livre sur sa vie car il veut coucher sur le papier ses secrets comme une bouteille à la mer.

Alma Singer est une jeune fille de 15 ans qui vit aussi à New York. Elle a perdu son père et vit avec sa mère et son petit frère qui traverse une crise mystique. Alma vit dans la nostalgie de son père qu’elle regrette de ne pas avoir mieux connu et sa mère est elle aussi encore très triste. Un jour un certain Jacob Marcus écrit à la mère d’Alma pour lui demander de traduire en anglais le roman « L’histoire de l’amour » écrit par Zvi Litvinoff. Or Alma a été nommée ainsi car son père a offert à sa mère ce livre, écrit en espagnol, au moment de leur rencontre. Cette demande éveille la curiosité de la jeune fille qui va mener une sorte d’enquête autour de ce Jacob Marcus et du personnage central du roman « Alma Mereminski » qu’elle pense être une vraie personne.

Enfin il y a des passages qui nous emmènent au Chili avec Zvi Litvinoff, un homme venu de Pologne qui cherche sa place dans son nouveau pays et sa nouvelle vie. Il tombe amoureux de Maria et pour conquérir celle-ci il lui offre un roman : « L’histoire de l’amour ».

Ces histoires se lisent d’abord comme trois histoires indépendantes et petit à petit des liens se forment, des coïncidences, comme il en arrive parfois dans la vie, se dessinent et le passé rejoint le présent, même si parfois le temps est compté ou que c’est même trop tard pour tout éclaircir.

L’écriture, les souvenirs, l’amour, les secrets, le passé –l’Histoire avec un grand H et les histoires individuelles-, la religion, la famille sont au cœur de ce roman. Les personnages sont d’une grande richesse. Ils sont aux multiples facettes, ils sont tellement touchants avec leur recherche d’eux-mêmes et leur recherche de l’amour –l’amour perdu, l’amour espéré, l‘amour filial, l’amour de Dieu…

Ce qui a fait de ce roman un coup de cœur c’est aussi l’écriture de Nicole Krauss. Elle a su changer de style pour chaque partie, pour donner une identité à ses personnages au travers ses mots. J’ai particulièrement aimé la « plume » de Léo Gursky (et le personnage d’ailleurs !).

J’ai adoré ce roman. Il faut lui laisser du temps au début, se laisser plonger dans cet univers où on ne sait pas forcément où l’ont va ni comment les différents personnages sont liés mais après quelques chapitres je me suis mise à le dévorer et j’étais presque triste de quitter ces personnages. L’auteur nous laisse nous faire nos propres hypothèses sur certains aspects du roman et j’ai aimé aussi me poser des questions en refermant le livre.

Je ne peux que vous encourager à le lire car c’est une sorte d’enquête et de quête de l’amour.

 objectif 2016 : -22

  Eva : Merci beaucoup! (Cliquez pour voir son billet)

Les copines des  en parlent dans leur émission de juillet.

« Sherlock » (Saison 1) : série crée pour la BBC par Mark Gatiss et Steven Moffat avec Benedict Cumberbatch et Martin Freeman

 

Comme je vous l’ai déjà dit, je ne regarde pas beaucoup la télévision et j’achète même quelques DVD et j’avais entendu beaucoup de bien de cette série (notamment pas mes élèves !). Cette série est  l’adaptation moderne de l’œuvre de Conan Doyle. Je ne connais pas bien les romans avec le personnage de Sherlock Holmes (je pense n’en avoir lu que deux) mais je connais malgré tout le personnage et son acolyte le Docteur Watson. Je dois dire que les deux gros points forts de cette série sont les acteurs et la façon de filmer Londres : on voyage vraiment dans la capitale !

Les deux acteurs sont Benedict Cumberbatch et Martin Freeman et ils sont parfaits pour les rôles. Sherlock Holmes, joué par Benedict Cumberbatch est une sorte de surdoué déconnecté de tout ce qui concerne l’affectif. Il a une capacité d’analyse extraordinaire et est capable de déduire des choses à partir de détails qui échappent à tout le monde et à la police, qui fait souvent appel à lui pour l’aider dans des enquêtes compliquées même s’il n’est pas forcément apprécié car il est terriblement sûr de lui et prétentieux et froid.  Docteur Watson, joué par Martin Freeman est un médecin militaire qui a été blessé en Irak. Le hasard le met en présence de Holmes et ils vont vivre en colocation et former une équipe lors des enquêtes prises en charge par Holmes. Watson est un homme ordinaire mais qui ne s’en laisse pas conter par Holmes et qui le remet parfois à sa place. Les deux hommes apprennent à se connaître et se respectent.

Dans cette première série, il y a trois épisodes : « Une étude en rose », « Le Banquier aveugle » et « Le Grand Jeu ». Je ne vais pas rentrer dans les détails car justement, étant donné que ce sont des enquêtes policières qui sont basées sur des détails ce serait trop risqué d’en dire trop. Et puis, les relations entre les personnages sont importantes. Je vais juste vous dire que l’on rencontre Moriarty, l’ennemi de Sherlock Holmes dans un des épisodes !

C’est une excellente série, particulièrement si vous aimez Londres (vous aurez envie d’y aller en touriste !) dont je pense voir d’autres épisodes !

 Le mois anglais chez  Cryssilda et  Lou 

« Pourquoi pas Evans? »d’Agatha Christie

Ce roman d’Agatha Christie ne met pas en scène un des ses célèbres détectives mais deux amateurs : Bobby Jones, le fils d’un pasteur et Lady Frances Derwent (appelée Frankie), une jeune femme de la noblesse.

Lors d’une partie de golf, le jeune Bobby Jones, découvre un homme tombé d’une falaise. Pendant que le médecin part chercher de l’aide, le jeune homme reste avec le mourant. Celui-ci dit dans un dernier souffle « Pourquoi pas Evans ? » sans que le jeune homme ne comprenne ce qu’il a voulu dire. Il découvre dans sa poche une photo d’une très belle jeune femme mais la remet en place. Il est ensuite remplacé auprès du mort par un homme qui passait par là un, certain  Roger Bassington-ffrench.

La famille du mort est retrouvée grâce à la photo trouvée sur lui mais il arrive plusieurs choses étranges à Bobby par la suite et il manque même de mourir empoissonné. Réalisant que la photo que le mort portait sur lui ne correspondait pas à la personne disant être sa sœur, il est très intrigué. La jeune Frankie, avec qui il était ami dans sa jeunesse et à qui il parle de cette affaire, décide de mener l’enquête et rechercher le mystérieux Bassington-ffrench.

C’est une enquête pleine de rebondissements et presque dl’espionnage. J’ai bien aimé ce roman, frais et rythmé. Une bonne lecture ! 

 

  : 44

 catégorie « ponctuation » pour ma ligne « Agatha Christie »

  autour de Agatha Christie dans le cadre du mois anglais chez  Cryssilda et  Lou    

Le marathon du Mont Saint Michel 2016 et les Roses en Baie

Hier j’ai retrouvé quelques filles de l‘association Roses en Baie pour qu’on mette en commun les sous récoltés à l’occasion de mon marathon solidaire.

Je suis heureuse d’annoncer que cette course a rapporté 625 € et d’après elles, pour une petite association c’est une belle somme!

Merci à tous ceux qui se sont impliqués par les dons et les encouragements !

« Happy Valley »(Saison 1) : série crée pour la BBC par Sally Wainwright avec Sarah Lancashire

Je regarde très peu la télé mais je cape les chaines anglaises et je suis un jour tombée sur un épisode en cours de route de la série « Happy Valley » que j’avais bien aimé et en comprenant que c’était un épisode de la 2ème série, j’ai décidé d’acheter  le DVD de la 1ère saison (oui, je fais partie de ces rares personnes qui ACHETENT encore des DVD… Mais pour être honnête, étant donné que le DVD de la saison 2 ne sera pas disponible avant octobre, je pense que je ne vais pas attendre et le regarder en streaming… Même si ça veut dire le regarder assise sur une chaise dure devant l’ordi plutôt que dans mon canapé (à cause du wifi capricieux dans le salon …)

Bref, je ne trouve pas ça facile du tout de parler d’une série mais je peux déjà commencer par vous dire que j’ai beaucoup aimé (la preuve, je vous parle déjà de voir la suite !). C’est une série policière mais pas que… C’est aussi une série très sociale (les anglais sont très forts pour faire du social dans leurs divertissements !) Et puis c’est aussi une série aux personnages très riches et complexes et du coup très humaine.

Etant donné que la base de cette série est policière et que dans cette histoire deux intrigues sont dévoilées petit à petit, je ne vais pas trop vous en dire pour vous laisser le mystère. Je vais m’en tenir aux informations que l’on a au tout début.

L’histoire se déroule  dans le Yorkshire, dans une petite ville qui, malgré la belle nature environnante, subit une grande précarité et des problèmes sociaux et des problèmes liés à l’alcool et la drogue. C’est un environnement bien glauque au milieu de l’Angleterre profonde. Catherine Cawood, est le personnage principal. Elle est officier de police et vit avec sa sœur, Clare et son petit-fils de 8 ans Ryan. Leur situation familiale est très particulière car la mère de Ryan s’est suicidée 8 ans plus tôt et Ryan est le fruit d’un viol. D’ailleurs au début, Catherine apprend que l’homme qu’elle pense coupable de cela, Tommy Lee Royce, est revenu dans les environs.

En parallèle, un homme assez ordinaire se trouve mêlé à un groupe de malfaiteurs et ils organisent ensemble un kidnapping.

Comme je le disais au début, les personnages sont très riches et leur traitement n’est pas manichéen, ils ont leurs failles, ils sont parfois faibles et mesquins et parfois forts. Les acteurs sont excellents, particulièrement Sarah Lancashire, qui est une femme aux multiples facettes, brisée mais qui se reconstruit et qui fait passer les autres avant elle et  James Norton, un personnage assez terrible, noir et froid… Bien glauque…

Ce n’est pas une série drôle et légère au contraire… Il y a même des épisodes qui donnent vraiment froid dans le dos… D’autant plus qu’ils sont intégrés dans des situations très réalistes et qui permettent de se dire que ce genre de choses peut arriver n’importe quand. Mais c’est un savant mélange qui  mérite d’être vu !

 

 Le mois anglais chez  Cryssilda et  Lou 

« Ethel & Ernest » de Raymond Briggs

 

Cette BD raconte la vie des parents de l’auteur. Ethel et Ernest, est un couple ordinaire qui vit en Angleterre. Ils commencent leur vie ensemble en 1928 et ne sont séparés que par la mort en 1970.

C’est donc l’histoire d’une vie, d’un amour, d’une famille. Ils apprennent à se connaître, ils achètent une maison, on évoque le travail et la vie quotidienne. Leur unique enfant est au centre de leur vie et on le voit aussi grandir avec son lot d’inquiétudes pour les parents. C’est une vie normale, banale et pourtant très touchante par sont côté presque universel.

Mais au-delà de ce quotidien, c’est le portrait de l’Angleterre que nous livre cet album et même un portrait du 20ème siècle car Ernest et Ethel nous montre la société anglaise et ses changements et ils traversent des bouleversements historiques. Il y a la deuxième guerre mondiale avec le Blitz, l’évacuation des enfants et les abris anti aériens et le rationnement. Par leurs différents idéologiques, on suit aussi l’évolution politique du pays et puis toutes les innovations qui arrivent petit à petit dans le foyer comme la télévision et le réfrigérateur.

J’ai beaucoup aimé cette histoire d’une vie et les dessins sont vraiment sympa, au crayonné coloré et très réalistes : on se sent vraiment en Angleterre de ces différentes époques.

Une belle découverte que je vous recommande ! 

 

                 BD de la semaine saumon chez Jacques Un amour de BD

 autour d’une BD anglaise avec Yoda Bor,  Cryssilda dans le cadre du mois anglais   chez  Cryssilda et  Lou 

« Le drôle de Noël de Scrooge » (« Un chant de Noël ») de Charles Dickens

Ebenezer Scrooge est un homme froid, gris, triste, méchant, pingre et qui n’aime personne et qui aime encore moins Noël car il ne conçoit pas qu’on puisse perdre son temps à s’amuser.

Mais la nuit de Noël, il est visité par le fantôme de son associé, Jacob Marley qui lui annonce la venue de trois esprits.

Dans la même nuit, chacun leur tour, les trois esprits de Noël viennent le voir. L’Esprit des Noëls Passés d’abord, qui l’emmène dans son passé, son enfance et ses années de jeune adultes. Il s’aperçoit qu’il n’a pas été très heureux mais surtout qu’il n’était pas aussi aigri à l’époque.

Puis, l’Esprit du Noël Présent lui montre le quotidien des gens qui l’entourent et qu’il méprise et aussi ce que l’on pense de lui à l’heure actuelle. Il réalise l’image qu’il donne.

Et enfin, l’Esprit des Noëls à Venir lui fait découvrir les réactions des gens après sa mort.

Ces visions globales de sa vie vont changer Scrooge qui se réveillera complètement transformé et méconnaissable après cette étrange nuit de Noël.

L’histoire est intéressante et facile à lire (je la conseille dès la 5ème), elle fait réfléchir aux conséquences qu’ont nos actes dans notre vie et sur la possibilité de changer sa personnalité. Mais je dois avouer que je n’ai pas non plus été passionnée par cette lecture (peut-être que Dickens n’est pas pour moi car avant cette lecture, j’ai abandonné très vite « Le Conte de deux cités »…)

Et petite anecdote : en anglais le nom propre « Scrooge » de ce personnage a donné le nom commun « a scrooge » qui signifie un grippe-sou 😉

 

 Le mois anglais chez  Cryssilda et  Lou