« Le train de 16h50 » de Agatha Christie

 

Mrs  McGillicuddy se rend chez une amie en train et elle a la mauvaise surprise d’assister à un assassinat dans un train qui croisait le sien lors d’un ralentissement. Elle est bouleversée mais personne ne la prend au sérieux car on ne trouve pas de corps dans l’autre train. Personne… sauf son amie… Miss Marple !

Miss Marple décide de mener l’enquête et découvre que le corps de la victime a dû être jeté du train à un endroit précis. Se sentant trop âgée pour agir seule, elle fait appel à Lucy Eyelesbarrow, une jeune femme de confiance qui va devenir gouvernante dans la propriété de Crackenthorpe Hall  qui jouxte la voie ferrée et dans laquelle vit un vieil homme acariâtre et radin avec sa fille dévouée.

Quand un corps est trouvé sur la propriété, l’enquête continue (avec l’aide de Miss Marple qui n’est pas loin) et la question se pose de savoir qui peut avoir placé le corps à cet endroit : est-ce un des fils Crackenthorpe ? Le gendre veuf ? Le père ? Un inconnu ? Et qui est cette femme ? Une inconnue ou une femme liée de près ou de loin à la famille ?

Une bonne enquête d’Agatha Christie avec une histoire de famille, des secrets et une Miss Marple toujours pleine de bon sens et aussi une jeune femme moderne, sorte d’alter ego plus jeune de la détective amateur.

Le fait que j’ai lu ce roman en Angleterre dans la région de naissance d’Agatha Christie et même à Greenway House, sa maison de vacances, a donné encore plus de charme à ma lecture : je m’y voyais !

 

  : 45

 

 catégorie « voyage » pour ma ligne « Agatha Christie »

  chez Titine