Night waking : Sarah Moss

Quand mon amie Mrs B m’a prêté ce roman parce qu’elle l’avait aimé je ne savais pas trop de quoi à quoi m’attendre et je l’ai un peu laissé traîner dans ma bibliothèque mais en fait j’ai beaucoup aimé (mais il n’est pas traduit en français par contre).

Anna, son mari Giles et ses deux enfants vivent sur Colsay, une île totalement isolée des Hébrides (au large de l’Ecosse) où ils sont seuls. Giles qui vient d’une famille très aisée possède l’île entièrement et y a installé sa famille pour faire des recherches scientifiques sur la population de macareux qui nichent là.

Anne est aussi professeur d’université et historienne et elle est sensée écrire un livre sur l’enfance au 18ème siècle pendant cette période d’isolation mais elle ne trouve pas beaucoup de temps pour elle car son mari est parti toute la journée à l’autre bout de l’île et elle doit s’occuper seule des deux enfants. Moth, le plus jeune, n’est pas encore autonome et surtout, il ne fait pas ses nuits et réveille sa mère chaque nuit et Anne est perpétuellement en manque de sommeil. Raph, qui a 8 ans, est obnubilé par les catastrophes -écologiques ou humaines.

La vie quotidienne de la famille est très décousue et les règles de vie et de ménage passent au second plan. Anne rêve de temps pour elle, sans enfants à gérer, pour travailler ou tout simplement dormir. Cette immense fatigue et cette lassitude sont très bien rendues.

Deux événements viennent modifier leurs vies : la découverte d’un squelette de bébé dans leur jardin -Est-ce un cadavre récent ou historique ? Anne est intriguée et se met à lire tout ce qu’elle trouve sur l’histoire de la petite île. Et puis il y a aussi l’arrivée de locataire d’été pour un cottage qu’ils possèdent sur l’île. Cette nouvelle famille dysfonctionnelle à souhait avec la mère et la jeune fille de 18 ans anorexique en perpétuel conflit permettent à Anne de remettre sa propre vie en perspective.

Les passages concernant la vie de la famille sur l’île sont entrecoupés de lettres écrites à la fin du 19ème siècles par une jeune infirmière anglaise venue pour essayer d’apporter un peu de médecine moderne dans cet îlot ce qui permet dans savoir plus sur la vie à l’époque dans ce genre d’îles bien hostiles.

J’ai beaucoup aimé ce roman, très riche sur la maternité (et sur l’envie de parfois retrouver une certaine liberté) et sur les relations familiales. C’est aussi une incursion dans une île isolée avec le regard extérieur d’Anne qui n’en est pas issue.

J’espère que ce roman sera un jour traduit mais si vous lisez en anglais et que vous croisez sa route, je vous le conseille !

 par Mrs B! Merci de ta patience, je l’avais depuis novembre 2015!

 chez Titine