« Police » de Hugo Boris

 

Ce roman raconte juste une soirée de travail pour trois policiers qui doivent convoyer un homme jusqu’à Roissy Charles de Gaulle pour qu’il soit reconduit à la frontière. Cela aurait dû être une opération de routine qui ne méritait pas un roman mais c’est sans compter sur le fait que ces policiers ne sont pas seulement des uniformes mais avant tout des êtres humains.

Et ce roman est profondément humain. Aristide, le joli cœur de service, un peu grande gueule, un peu macho, un peu « beauf » sur les bords et Virginie s’évitent et se cherchent un peu. Ils viennent de terminer une aventure (extra-conjugale en ce qui concerne Virginie) et la jeune femme commence le soir même un traitement pour un avortement. Erick, lui est le chef d’équipe -plus âgé, plus mûr, il semble droit dans ses bottes mais il traverse en réalité une période d’incertitude.

Ces trois personnes, avec leurs tourments personnels, se retrouvent donc dans un huis clos dans la voiture de police avec un autre homme presque invisible. Cet homme qui doit rejoindre le Tadjikistan qu’il a quitté en risquant sa vie et qui risque sans doute sa vie en y retournant. Et il ne comprend pas les codes et ressemble presque à un fantôme.

La soirée bascule quand Virginie ne respecte pas la procédure et lit son dossier et quand quasiment d’un regard, les trois policiers vont se remettre en question et essayer de changer le cours des choses.

Après cette nuit aucun d’entre eux ne sera tout à fait pareil car ils se sont tous rendus compte qu’ils rêvaient d’un autre monde, que ce soit leur petit monde personnel ou à plus grande échelle.

J’ai aimé ce roman à l’écriture rythmé et punchy. C’est un roman quasi cinématographique, on est avec les personnages et on est dans leurs têtes. C’est très réaliste, très humain et tout sonne juste. Une belle découverte !

 

*

*

*

 Parrainée par Antigone qui a eu un coup de coeur pour Police (cliquez pour lire son avis)

Pour #MRL16 j’ai aussi fait un article sur Instagram dont voici une copie : 

  avec Eva. Allons voir son avis!

 objectif 2016 : -37

365 jours d’Enna en photos

Pour fêter les 8 ans du blog, après les « Curiosités bloguesques », puis « Une année en couleur« ,  « Des titres et des textes » , « Ce mois-ci, j’ai aimé, je n’ai pas aimé »« Les 5 sens » « 8 photos pour 8 moments de vie« ,  « Retour vers le futur » et enfin  « Les madeleines d’Enna », je vous propose un nouveau rendez-vous que j’ai appelé :

 

L’idée m’est venue en lisant « Les gens dans l’enveloppe », quand Isabelle Monnin disait prendre une photo par jour et en réalisant que sur ma page Facebook du blog et sur ma page Instagram, je partage quasiment quotidiennement des photos plus ou moins en lien avec le blog. Je me suis dit que ça serait un sympathique retour sur une année, mois après mois.

 

8 : Inscription à la marche rose de l’association Roses en Baie

9 :  Semi-marathon de Rennes (symboliquement pour Octobre Rose et toutes celles qui ont ou qui ont eu le cancer du sein, j’ai porté mon tee-shirt du marathon solidaire où je courais pour Roses en Baie!)

10 :  Nouvelle lecture audio : «Les sangs» de Audrée Wilhelmy, pour Québec en Novembre (enregistré par http://ici.radio-canada.ca/premiere/premiereplus/livres-audio )

11 : Bague assortie à ma robe

12 : Petit déjeuner de lectrice «Quartier lointain» de Jiro Tanigushi

13 : Deuxième tome de «Quartier lointain»

 

 14 : J’ai couru le cross du collège en amusant la galerie!

15 : Vente des gâteaux pour l’association des parents d’élèves de l’école de Bastien : je me suis amusée comme une petite folle à jouer à la marchande

16 : Réveil en douceur en bouquinant au lit : «Un meurtre sera commis le…» d’Agatha Christie

17 : Écoute de la dernière émission des Bibliomaniacs

18 : Anniversaire de Bastien : 7 ans déjà!

19 : Nouvelle lecture audio «Jeanne Moreau a le sourire à l’envers» de Simon Boulerice : un roman jeunesse québécois pour Québec en Novembre.  (enregistré par http://ici.radio-canada.ca/premiere/premiereplus/livres-audio )

 

20 : Au théâtre pour voir «Les cavaliers» d’après Joseph Kessel dans une adaptation et mise en scène magnifique de Eric Bouvron

21 : Une belle journée ensoleillée de shopping à Jersey avec Mrs B

22 : Anniversaire de Bastien avec ses quatre grands-parents

23 : Marche Rose pour les Roses en Baie avec ma grande nièce Anaïs et ma copine d’enfance Carole

24 : Lecture en voiture direction Paris : un livre fini et un livre commencé

25 : Journée mère-fils avec Bastien à Paris

  

 

 26 : Rencontre avec Estellecalim à Paris

27 : J’ai fait une grosse chute bête à Paris et je me retrouve avec un beau cocard

28 : Lecture dans la voiture au retour des vacances à Paris : «Disparue» de Lisa Gardner

29 : Nouvelle lecture audio commencée en courant : «Chanson française» de Sophie Létourneau (enregistré par http://ici.radio-canada.ca/premiere/premiereplus/livres-audio )

  30: Reprise en main du blog après une semaine de vacances

31: Travail scolaire pour préparer la rentrée

1 : Lecture en cours : roman jeunesse pour Québec en Novembre qui commence aujourd’hui!

 

 

 

 2 : Nouvelle lecture québécoise pour Québec en Novembre (avec comme marque pages la carte postale québécoise que Jules se livre m’avait envoyée l’an dernier.)

3 : Avec le club j’ai fait une séance de PPG, renforcement musculaire, j’ai fait des gammes, des placements de course, des burpees, des planches et j’ai utilisé des instruments de torture…

4 : Deux abandons audio coup sur coup …

5 : Après-midi intense de maman avec 5 garçons pour l’anniversaire de Bastien et je finis par me poser avec mon livre et un bon mal de tête!

6 : Courir en écoutant «Et tu n’es pas revenu» de Marcelline Loridan Ivens qui parle des camps et se sentir terriblement libre…

7 : Nouvelle lecture jeunesse «Le Prince de Calais» de Pascal Teulade

 Et comme il n’y a pas que les photos et les livres dans la vie, voici de quoi manger  :

 Une soupe de légumineuses aux épices et   Des « pets de soeurs » pour Québec en Novembre!

 

Enfin, le « Book Jar »  : aidez moi à choisir le prochain livre issu de ma PAL à être photographié en train d’être lu. Dans les commentaires, donnez moi un nombre entre 1 et 40 … (soit au hasard soit en choisissant dans ma PAL) : je ferai le tirage au sort avec  Bastien 

  (d’un clic sur l’image vous arrivez sur ma PAL)

 

Little Boy B a 7 ans! Et la vérité sort toujours de sa bouche!

 

Bastien à 1 jour

 

Tintin… de 7 à 77 ans et Bastien à presque 7 ans 😉

Mon bébé n’est plus un bébé ! Mon bébé a 7 ans… l’âge de raison (et il a enfin perdu une dent même s’il est triste de ne pas en avoir perdu plus et il s’est mis à dévorer Tintin !)

Il aime lire et dévore des romans (style « Cabanes magiques » et « Beast Quest »), il construit et reconstruit et invente des figures de Lego (à fond « Ninjago » !), il a beaucoup pris sur lui pour apprendre à mettre la tête sous l’eau à la piscine avec l’école, il rêve d’être vétérinaire et c’est un petit écolo en herbe (avec ses copains dans la cour, ils ont un club de protection des coccinelles et ils nettoient la cour 😉

Il est drôle, enthousiaste, créatif, sérieux à l’école et aussi un bon copain. Il est aussi casse-pieds parfois, je vous rassure, car c’est un petit garçon rêveur qui n’aime pas se presser et préfère sauter et danser que de se laver les dents ou rester assis à table pour manger et il est un peu faignassou quand il s’agit de ranger ou d’aller chercher des choses à un autre étage de la maison. Mais il est quand même très sage la plupart du temps 😉

Il fait notre bonheur même si ça me fait vraiment drôle de le voir grandir comme ça !

 

Je continue les petites phrases!

Il faut savoir qu’il n’y a pas de vie privée quand on a un enfant de presque 7 ans et que la maîtresse est au courant de tout … Conversation avec Bastien ce midi :

«Maîtresse elle dit que je suis l’aîné alors que j’ai personne.

-Peut-être qu’elle croit que tu as des frères et soeurs.

Non, je lui ai dit. Elle a dit que j’aurai peut-être un petit frère ou soeur plus tard. Alors je lui ai dit que tu m’avais dit que c’était pas possible.

-Ah bon? Tu as dit quoi?

Ben, ce que tu m’as expliqué : que les dames elles avaient une machine dans le ventre pour fabriquer les bébés et que toi ça ne marchait plus.

-Et elle a dit quoi maîtresse?

Elle m’a demandé si c’était le docteur qui avait dit ça alors quand j’ai dit que oui, elle a dit que c’était vrai.»

 

«Quelle est la dernière étape de notre vie?

-La mort?

Non, la dégradation! Quand le corps se dégrade !» (A force d’entendre parler de produits « bio dégradables » pour lui un corps enterré, pour devenir un squelette se dégrade.

 

«Vous avez eu une remplaçante hier?

-Oui!

-Est ce qu’elle s’appelait Dominique ? (Une copine remplaçante)

Non.

-Est ce qu’elle s’appelait Mme P…(Le nom de cette amie)

-Non, mais je crois qu’elle s’appelait Mme quelque chose…»

 

Nous sommes en voiture et au loin il voit une usine :

«Une usine à effet de serre! Rien que d’en voir une ça me donne mal à la tête! Les usines ça crée l’effet de serre! Et si tu écris ca sur ton blog tu précises que je suis contre la pollution! Tu précises!»

 

«C’est qui les délégués dans ta classe maman?

-Une fille qui s’appelle Lilas et un garçon qui s’appelle Emilien.

-Emilien? C’est un prénom qui existe ça?»

 

Dans la douche il se lave (enfin) seul je vérifie juste qu’il savonne :

«Tu te laves le bidon…

Le bidon? On dit pas le «bidon»!! C’est un mot d’enfance ça! Je dis ventre moi!»

 

Il me parle des albums de Tintin qu’il s’est mis à dévorer :

«Tu devrais t’y mettre, toi qui aimes lire!

-Pourquoi?

-Parce que c’est trop bien!»

Bastien se sentait patraque en fin de journée, mal à la tête et au ventre mais pas de température… Je lui ai donné du doliprane et il est allé s’allonger surnotre lit pendant qu’on préparait le repas… et à 19h30, il dormait… il ne s’est près réveillé au moment du repas et je l’ai couché dans son lit sans qu’il ne se réveille vraiment. Il m’a aidé à enlever ses habits sans même me faire remarquer qu’il n’avait pas mangé et il s’est retourné pour dormir! 12h plus tard il se réveille en pleine forme! Ouf! Et le lendemain, il est très étonné de ne pas s’être rendu compte qu’il s’était endormi dans notre lit et n’avait pas mangé :

«Un jour on a oublié le goûter mais là c’est pire: on a oublié le dîner!!»

«Avant, à la préhistoire, enfin peut-être pas à la préhistoire, mais avant les imprimantes, on dessinait, on découpait et on collait!»

 

Deux ou trois jours avant son anniversaire, je parle à son père :

«Regarde le : déjà 7 ans! C’est plus notre bébé!

Bastien réagit : 

-Par contre, je suis pas encore un homme! Faut pas exagérer!»

 

Dimanche dernier, ll a préparé plein de petites blagues qu’il a scotchées dans la maison, j’ai beaucoup ri en les découvrant! Les premières,  j’étais tellement concentrée sur le boulot que je faisais sur l’ordi que je ne l’ai pas vu  coller ces petites blagues à côté de mes deux mains, près de la souris et près de mon téléphone… Puis le soir en allant préparer son bain, j’ai découvert plein d’autres blague dans la salle de bain et dans ma chambre 😉 L’effet de surprise a été total et je suis fière de son humour 🙂 J’ai mis ces photos sur facebook et instagram et pas mal d’amis ont aimé et je lui ai dit que mes copines trouvaient ses blagues drôles : 

«Imagine que tout le monde regarde ton blog : tu serais une star! Et moi aussi!»

 

 

 

Trois jours et une vie : Pierre Lemaitre (Lu par Philippe Torreton)

Ce roman est difficile à classer : ce n’est pas vraiment un polar même s’il y en a des éléments, ce n’est pas vraiment un thriller même si on traverse des tensions, ce n’est pas seulement un roman sociologique même si on y analyse différentes parties de la population et c’est certainement un roman très psychologique…

L’histoire commence avec Antoine, un jeune ado de 12 ans qui vit dans une petite ville de province et qui dans un accès de colère tue un petit garçon de son entourage et fait disparaître le corps dans la forêt sans rien dire à personne.

S’en suivent les recherches pour retrouver Rémi que l’on croit juste disparu, voir enlevé. L’angoisse d’Antoine qui craint d’être découvert et es différents portraits des habitants de la ville. Et puis une tempête terrible -physique celle-ci- qui détruit la ville et modifie tout…

Puis, 12 ans plus tard, on retrouve Antoine qui n’a bien entendu jamais oublié ce qui s’est passé et qui se retrouve malgré lui obligé de retourner sur « les lieux du crime » et de se frotter à nouveau au lieu qu’il a toujours voulu quitter.

J’ai aimé ce roman qui creuse la nature humaine, qui n’est pas manichéen (on s’inquiète pour Antoine et on comprend ses angoisses tout en étant horrifié de l’incertitude dans laquelle sont plongés les parents de Rémi…) C’est l’histoire d’une fuite en avant qu’on espère tous n’avoir jamais à vivre ou que nos enfants n’aient à vivre (je ne pouvais pas m’empêcher de me dire « Et si un jour ça arrivait à mon fils… »)

Bravo à Pierre Lemaitre pour ce roman différent de ce qu’il a fait jusqu’ici et bravo à Philippe Torreton qui a lu ce roman de façon vraiment parfaite !

Pour le prix Audiolib 2017

Les avis de  AproposdelivresEstelle, Les lectures de LilyMeuraïe,   PascalSandrine (les autres jurés du prix Audiolib)

« Le petit bol de porcelaine bleue » de Françoise Legendre

 

Nous sommes dans les années 80 et Andrei est un enfant qui vit avec ses parents et sa grand-mère (sa Bunica) en Roumanie.

Il n’en a pas vraiment conscience mais on le comprend à demi-mots dans les paroles de son père que la situation politique du pays est pleine de secrets.

Pendant les vacances, ils rencontrent une famille de français et ils se lient d’amitié. Plus tard les parents d’Andrei lui annoncent qu’ils partent en France pour leurs recherches (ils sont chercheurs dans une usine) mais que le gouvernement n’autorise pas la famille à partir au complet pour éviter qu’ils ne reviennent jamais et leur fils doit donc rester avec sa grand-mère en Roumanie.

Andrei doit donc vivre seul -plus longtemps que prévu- et sa vie auprès de sa grand-mère vieillissante est loin d’être simple.

Ce roman est intéressant, je l’ai apprécié même si je dois dire que je l’ai trouvé un peu survolé notamment du point de vue historique. En effet, les sous-entendus concernant la situation politique du pays sont facilement déchiffrables pour un adulte qui a conscience de ce qu’était le bloc soviétique mais qu’en est-il pour un enfant de 11-12 ans aujourd’hui ? Je pense que ce que les jeunes lecteurs verront plus c’est l’injustice de l’enfant « abandonné » par ses parents qui ne lui expliquent pas non plus les raisons de cette situation.

D’autre part, la partie concernant le « petit bol de porcelaine bleue » qui donne l’impression d’être essentielle au roman vu que c’est le titre, est également un peu anecdotique (au point où aujourd’hui en écrivant mon billet je ne me souviens plus vraiment de son rôle…)

Malgré ces quelques bémols, j’ai trouvé ce roman intéressant pour mettre en lumière des jeunesses différentes et je pense qu’en faisant rentrer cette lecture dans une thématique (« Enfances différentes » ou « Enfance dans des pays totalitaires ») avec un peu plus de contexte, ce roman apporterait beaucoup.

Petite anecdote : le couple français que les parents d’Andrei rejoignent viennent de Caen comme moi et j’avais le même âge qu’Andrei à cette époque :  j’aurai pu le rencontrer 😉

   

 catégorie « Couleur » pour ma ligne « jeunesse »

Tarte aux poires, amande et chocolat

Ingrédients :
  • 1 pâte feuilletée
  • 5 ou 6 poires
  • 80 gr de beurre
  • 100 gr de sucre
  • 150 gr d’amandes en poudre
  • 2 jaunes d’œufs
  • 100 gr de chocolat + une noix de beurre (Pour une version « lactose-free » personnellement, je prends de la margarine végétale vegan pour être sûre qu’il n’y at pas du tout de lactose et du chocolat noir bio sans beurre ou lait)
 
Préparation
  • Préchauffer le four Th 6-7
  • Ramollir le beurre
  • Mélanger le beurre, les jaunes d’œufs, le sucre et l’amande en poudre
  • Mettre la pâte à tarte dans un moule et tapisser le fond de la préparation à l’amande
  • Eplucher et couper les poires en quartiers et les disposer sur la base.
  • Faire cuire 30-35 mn (surveiller que les bords ne brûlent pas)

  • Une fois la tarte un peu moins chaude : faire fondre le chocolat avec une noix de beurre et recouvrir la tarte de façon plus ou moins régulière. La tarte est très bonne tiède ou froide

« La voix des hommes qui se mirent » de Vassant et Larher

Cet album se présente un peu comme un recueil de nouvelles -chaque chapitre donne la parole à un homme, comme un reportage. Ils parlent au dessinateur de la BD comme ils le feraient à un réalisateur, à un journaliste.

Ils commencent tous par se présenter puis ils racontent un épisode de leur vie en rapport avec les femmes. C’est une sorte de radioscopie des hommes de la vingtaine à la cinquantaine, leurs relations aux femmes que ce soit affectivement, sexuellement ou tout simplement humainement. Il y est question de relations, de grand amour, de frustration, de fantasmes, de grands moments et de petits riens.

C’est souvent touchant mais c’est parfois un peu longuet parce que comme ce sont des histoires indépendantes, il n’y a pas de suivi et j’aurais peut-être préféré si je ne les avais pas toutes lues les unes à la suite des autres.

J’ai beaucoup aimé les dessins au crayonné très délicat.

 

       BD de la semaine saumonchez Noukette

 objectif 2016 : -36

8 ans!

8 ans DEJA??? 

Tous les ans je m’étonne de l’âge de mon cher blog!

Je sais que je ne pourrais pas me passer de lui, même si sans mon organisation « légendaire » en étonne plus d’un (un billet un jour sur deux les jours pairs sauf pour quelques rendez-vous ponctuels), je pense que je pourrai me laisser dépasser car dès que je lui laisse trop de liberté comme la pause d’un mois l’été, je me rends compte à quel point il est chronophage et comme ce serait facile d’oublier d’écrire mes billets de lecture. Or égoïstement, ces petits articles sans grande importance sont aussi mes carnets de lectrice, un prolongement de mes livres, un partage de la partie solitaire de la lecture.

Le partage… c’est le maitre mot de ce blog : j’aime les commentaires (même si je manque de plus en plus de temps pour aller commenter chez les copains… le travail me prend aussi beaucoup de temps, la famille et la course à pied (sans compter… la lecture ;-), j’aime les rendez-vous fédérateurs et commauntaires comme le rendez-vous photographique mensuel, les challenges illimités et le Petit Bac,  j’aime les échanges sur  la page Facebook et la page Instagram, j’aime les rencontres de blogueurs et d’auteurs, j’aime les amitiés, virtuelles ou réelles qui se tissent. Bref, j’aime l’humain qui entoure ce blog chéri !

Bon, je ne vous cache pas que j’aime de moins en moins Canalblog et ses bugs à répétition alors je pense que je vais finir par partir si je trouve le courage de migrer (ou si je trouve quelqu’un qui veut bien le faire pour moi car je veux garder toute ma vie de blogueuse dans mes bagages, articles, photos et commentaires !).

Par contre hors de question que j’arrête de bloguer 😉 J’espère ne pas vous lasser et j’espère vous garder entre mes pages pour encore au moins un an 😉

 Et comme depuis le début je vous propose un petit  rendez-vous mensuel tous les 8 du mois, je vous propose de découvrir le nouveau rendez-vous en cliquant sur mon logo :  

« Piège pour Cendrillon » de Sébastien Japrisot

 

Je peux vous dire une chose : il n’est vraiment pas facile de raconter ce roman…vraiment…c’est quasiment impossible… Je vous recopie la quatrième de couverture :

« Mon nom est Michèle Isola.
J’ai vingt ans.
L’histoire que je raconte est l’histoire d’un meurtre.
Je suis l’enquêteur.
Je suis le témoin.
Je suis la victime.
Je suis l’assassin. 
Je suis les quatre ensemble, mais qui suis-je? »

 Elle peut vous paraître obscure mais la question « Qui suis-je ? » est essentielle à ce roman qui au-delà du polar est un roman très mystérieux et psychologique.

Michèle Isola (ou Mi ou Micky) se réveille un jour à l’hôpital après avoir subi un accident lors de l’incendie de sa maison… elle est brûlée au visage et aux mains mais surtout, elle a perdu la mémoire. Elle ne se souvient plus de son passé -ancien ou plus récent et ne se souvient pas non plus Domenica, son amie qui est décédée dans l’incendie. Elle ne se souvient pas de Midola, sa richissime marraine et elle a oublié Jeanne, la « gouvernante » qui vient la sortir de l’hôpital pour s’occuper d’elle comme elle l’a toujours fait… avant.

Mais surtout, elle ne se souvient plus d’elle-même.

Elle dépend entièrement de ce que Jeanne lui raconte, elle ne peut que croire le portrait qu’elle dépeint de celle qu’elle était avant l’accident, même si elle n’aime pas ce qu’elle entend et qu’elle n’a pas envie de la croire car la fille qu’elle lui dépeint ne lui plait pas…

Et puis, les doutes commencent à naître en elle : au début, elle n’a que le point de vue de Jeanne sur sa vie mais quand elle commence à entendre d’autres sons de cloche elle ne peut que s’interroger sur sa réelle identité…

Et nous aussi !

C’est vraiment très réussi ! !

 objectif 2016 : -35

« Coïtus Interruptus » de Filipré

J’ai gagné cette BD chez Stéphie. J’avais choisi l’album parlant des enfants mais j’ai eu la surprise de trouver celui-ci dans ma boite aux lettres cet été.

Alors c’est une BD qui raconte la sexualité dans un couple avec deux enfants -toujours interrompus et très souvent dans la frustration. L’homme est montré comme un obsédé du sexe et la femme soit indifférente (presque toujours avec un livre à la main, même en pleine action) soit critique.

Je dois avouer que je n’ai pas été très emballée -mais c’est sans doute parce que j’ai un peu de mal avec le mélange « humour/sexe ».

Je n’ai pas beaucoup ri et je dois dire que j’ai parfois été mal à l’aise… Pas à cause des dessins qui sont loin d’être réalistes mais plus à cause du fond. J’ai été gênée par le côté souvent imposé de la sexualité dans ce couple et de la place des enfants qui se retrouvent très souvent entre leurs parents en plein dans leurs relations sexuelles. Et puis je n’ai pas aimé les rapports humains de ce couple qui semblent vivre côte à côte avec elle qui passe son temps à lui envoyer des piques et lui qui passe son temps à essayer de prendre (littéralement) sa femme par surprise… Mais j’ai peut-être trop pris ça au premier degré.

Cependant, l’auteur ayant eu la gentillesse de me l’envoyer, je suis un peu gênée d’avoir un avis si négatif (mais bon, je ne vais pas vous mentir non plus) et peut-être que vous pourriez être plus réceptif à son humour et son trait (Stéphie a beaucoup ri, elle !)… Alors si une dédicace à mon nom (le vrai) dans la couverture ne vous rebute pas, je me propose de donner ce livre à un ou une lectrice de mon blog pour lui donner une deuxième chance. Si vous êtes un visiteur régulier, laissez-moi un message dans les commentaires et si vous êtes plus d’un, Bastien fera un tirage au sort ! (Je limite à la France pour des questions de frais postaux, j’espère que vous ne m’en voudrez pas).

 

Et pour finir, pour la petite histoire, c’est sur cette BD que Bastien est tombé  le mois dernier et que je lui ai repris vite fait en lui disant que c’est un livre pour les grands. Son commentaire avaité été : «C’est des gens amoureux et qui sont souvent tous nus…» 😉

 objectif 2016 : -34

 Stéphie chez qui je l’ai gagné (cliquez sur son nom pour voir son avis) et à l’auteur (désolée pour mon avis si négatif)

 chez Stephie