Et tu n’es pas revenu : Marceline Loridan-Ivens (lu par Sandrine Kiberlain)

Quand j’ai commencé cette lecture je me suis d’abord dit « Encore un témoignage sur les camps » mais si ce récit parle bien des camps de concentration, il parle de bien plus encore.

Marceline Loridan-Ivens écrit une lettre à son père avec qui elle a été déportée en 1944 alors qu’elle avait 15 ans. Cette lettre est une déclaration d’amour à ce père qu’elle a perdu trop tôt et qui n’es pas revenu des camps… contrairement à elle. C’est aussi l’occasion de raconter sa vie dans les camps et avec sa famille avant le départ.

Mais cette lettre, c’est aussi l’occasion de parler du retour des camps -le retour de la jeune fille qui aurait préféré que ce soit son père qui rentre. Un retour qui était aussi tant attendu par les autres membres de la famille. Et cela apporte un éclairage vraiment intéressant sur le retour des déportés en général -personne ne peut les comprendre et eux-mêmes ont du mal à s’ajuster à la « vraie » vie. Et puis, il y a aussi de qui ne sont pas partis mais qui ne vivent pas forcément mieux le retour…

Un magnifique témoignage très humain et très bien écrit -émouvant sans être larmoyant.

La version audio est très bien lue par Sandrine Kiberlain qui avec beaucoup de justesse et de retenue, devient Marceline

  Chez Sylire : Le thème du mois est un livre qui met une femme en avant.

 par Sandrine! Merci! (Vous trouverez son billet en cliquant sur son nom!)

 « Document » 2016


Commentaires laissés à l’époque sur canalblog :
  • Je n’ai en attente ! merci pour ton avis qui me donne envie de le faire remonter dans ma PAL !
Posté par Manika, lundi 16 janvier 2017 |
  • je te souhaite le coup de coeur comme moi, c’est poignant et beau!
Posté par ennapapillon, lundi 16 janvier 2017
  • j’avais vu un reportage sur ce retour..ce fut un 2eme traumatisme pour certain(e)s….oui car ils rappelaient certains souvenirs que les gens voulaient oublier….en tout cas cela doit etre fort…
Posté par rachel, lundi 16 janvier 2017
  • Oui et personne ne pouvait ou ne voulait les comprendre. C’est un beau
livre, fort et émouvant.
Posté par ennapapillon, lundi 16 janvier 2017
  • il y a aussi cela…mais bon la ruine et la crise alimentaire etant la…beaucoup faisait preuve de renfermement…mais comment les juger?….
Posté par rachel, lundi 16 janvier 2017
  • là elle parle clairement de replis sur soi car les gens n’étaient pas prêts ni à parler ni à écouter. Une expérience trop indicible
Posté par ennapapillon, lundi 16 janvier 2017
  • oh que oui…cela reste une periode noire pour tout le monde…pour beaucoup, ce fut le noir absolu…
Posté par rachel, lundi 16 janvier 2017
  • Oui tout à fait et c’est important d’en entendre encore parler.
Posté par ennapapillon, mardi 17 janvier 2017
  • Ce livre m’a beaucoup touchée… J’ai été émue par l’anecdote sur Simone Veil au retour des camps.
Posté par Anne, lundi 16 janvier 2017
  • j’ai aussi été très touchée par l’histoire de ses frères et soeurs qui
n’ont pas été déportés mais qui ont aussi souffert des camps indirectement. C’est un livre vraiment fort.
Posté par ennapapillon, lundi 16 janvier 2017
  • C’est un témoignage que j’avais trouvé moi aussi très intéressant. Tu as raison de souligner qu’il est autant question de l’après camp que de ce qui s’est passé pendant la période d’enfermement.
Posté par Sylire, lundi 16 janvier 2017
  • Oui, je n’ai pas le souvenir comme ça d’avoir lu un récit sur l’après camps et c’est fort.
Posté par ennapapillon, mardi 17 janvier 2017
  • C’est beau hein. J’avais été très émue. Cet après… cet après…
Posté par Karine, mardi 17 janvier 2017
  • Oui, c’est vraiment poignant!
Posté par ennapapillon, mardi 17 janvier 2017
  • Quand j’avais acheté ce livre, je m’étais fait la même réflexion que toi. En refermant le livre, j’étais chamboulée. La relation avec son frère est déroutante. Je l’avais vue à La grande librairie et cette femme m’avait scotchée.
Posté par Aude_85, mardi 17 janvier 2017
  • je suis toujours fascinée par ces personnes qui se sont sorties de choses terribles et qui sont capable de transmettre tant de choses! Elle devait être passionnante.
Posté par ennapapillon, mercredi 18 janvier 2017

7 commentaires sur « Et tu n’es pas revenu : Marceline Loridan-Ivens (lu par Sandrine Kiberlain) »

  1. j’avais vu un reportage sur ce retour..ce fut un 2eme traumatisme pour certain(e)s….oui car ils rappelaient certains souvenirs que les gens voulaient oublier….en tout cas cela doit etre fort…

    J'aime

  2. C’est un témoignage que j’avais trouvé moi aussi très intéressant. Tu as raison de souligner qu’il est autant question de l’après camp que de ce qui s’est passé pendant la période d’enfermement.

    J'aime

  3. Quand j’avais acheté ce livre, je m’étais fait la même réflexion que toi. En refermant le livre, j’étais chamboulée. La relation avec son frère est déroutante. Je l’avais vue à La grande librairie et cette femme m’avait scotchée.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :