365 jours d’Enna en photos

Pour fêter les 8 ans du blog, après les « Curiositésbloguesques », puis « Une année en couleur« ,  « Des titres et des textes » , « Ce mois-ci, j’ai aimé, je n’ai pas aimé »« Les 5 sens » « 8 photos pour 8 moments de vie« ,  « Retour vers le futur » et enfin  « Les madeleines d’Enna », je vous propose un nouveau rendez-vous que j’ai appelé :

 

L’idée m’est venue en lisant « Les gens dans l’enveloppe », quand Isabelle Monnin disait prendre une photo par jour et en réalisant que sur ma page Facebook du blog et sur ma page Instagram, je partage quasiment quotidiennement des photos plus ou moins en lien avec le blog. Je me suis dit que ça serait un sympathique retour sur une année, mois après mois.

Voici le temps qui passe entre le 8 du mois précédant et aujourd’hui!

 

8 : un mercredi de prof c’est corriger des copies et trier des papiers officiels pour le voyage en Angleterre

9 : Petit déjeuner de lectrice avec ma nouvelle lecture… Réveil en douceur car je me suis couchée trop tard (à regarder des conneries à la télé en m’occupant des liens du Petit Bac 😉) : je suis CREVÉE dès le matin!

10 :  Je tape des billets de blog en écoutant les victoires de la musique en fond sonore

11 : Lecture mère et fils!

12 : Je commence cette lecture jeunesse du Prix des Incorruptibles aujourd’hui! Lecture assortie à ma tenue!

13 : 12,5km 1h20 Sortie super agréable! Je prépare le marathon en écoutant les copines des Bibliomaniacs !

 

 14 : J’ai emmené Bastien chez mes parents et j’en ai profité pour commencer ma nouvelle lecture audio : «Le dernier des nôtres» de Adelaïde de Clermont-Tonnerre pour le prix Audiolib

15 : Petit déjeuner de lectrice avec la BD «Le jour où…1987-2007 France Info 20 ans d’actualité»

16 :lecture dans le train jusqu’à Paris, dans le métro et dans le TGV pour Lyon. Ma nouvelle lecture «L’amie prodigieuse» avance bien 😉

17 : Je prépare mon voyage d’un mois aux États-Unis en anticipant sur mes lectures de l’été… il va falloir que je m’entraîne un peu et que je fasse du stock maintenant!

18 : tourisme dans les cieux de Lyon

19 : Jogging d’une heure en écoutant mon  audio (Le dernier des nôtres) dans le parc de la tête d’Or à Lyon

 

20 :  J’ai appris à utiliser ma liseuse

21 : Lecture dans le train et à la gare entre deux trains, je retrouve «L’amie prodigieuse»

22 : Nouvelle lecture : «the girls»

23 : Prêter sa voiture une semaine à une copine-collègue ça veut dire être récompensée par des livres qu’elle a pioché dans ma LAL (et qu’elle-même a aimé!) Je suis super gâtée!

24 : Avant de me remettre à la préparation du voyage en Angleterre pour le travail, je lis une petite BD!

25 :Week-end Carnaval en famille

26 :Week-end lecture audio «Entre ciel et Lou» et jogging (2h50 d’ecoute et de course à pied)

27 : Rentrer de la première journée de retour au boulot où j’ai passé toutes mes minutes de libres à gérer le voyage en Angleterre… J’ai bien mérité de lire quelques pages!

 

 

28 : Aujourd’hui c’est mardi gras, alors en bonne habitante de ville de carnaval et en tant que English teacher, j’ai accueilli mes élèves comme ça en cours. Je vous rassure mes élèves savent que je suis folle!

1 : Préparation marathon oblige, j’ai couru les 40 mn rapides de mon programme sous la pluie et le vent après avoir déposé Bastien à l’école… Heureusement que ce n’est QUE 40 mn aujourd’hui!!

2 : Une journée très stressante au boulot à cause de parents qui se désistent du voyage en Angleterre et beaucoup de documents à récupérer​…

3 : J’ai mangé au restaurant d’application, invitée comme certains collègues par nos​ élèves de 4ème du dispositif alternance avec notre collègue d’atelier. Et j’ai eu le droit à un délicieux gâteau sans lactose! Petit moment de répit et de plaisir de prof (les élèves étaient habillés «chic» et ils étaient souriants, même mon gros décrocheur!) Bravo aux collègues PLP qui font des miracles!

4 : Je profite pour prendre du temps pour moi avec zéro stress dans un café… je ne pense plus au voyage en Angleterre, je ne pense plus à mon père et son caractère de cochon, je ne me tracasse pas pour Bastien qui est avec ses grands parents et L’Homme qui est occupé ailleurs… Rayon de soleil, thé, fauteuil confortables et un livre!

5 : Lecture audio en courant : «les enfants des justes», 2h et 18,6km sous la pluie et le vent! Préparation marathon en cours!

6 :  Deux jours de formation sur les compétences orales avec des formateurs qui cette fois-ci sont vraiment bien!!

7 :  En rentrant de ma formation je m’arrête au collège pour récupérer des documents pour le voyage en Angleterre et pour imprimer mes bulletins… Heureusement je suis accompagnée par les copines Bibliomaniacs!

 

 

 Et comme il n’y a pas que les photos et les livres dans la vie, voici de quoi manger  : avec mon chef personnel en guest star, les pâtes au citron de L’Homme : 

 

 

Enfin, le « Book Jar »  : aidez moi à choisir le prochain livre issu de ma PAL à être photographié en train d’être lu. Dans les commentaires, donnez moi un nombre entre 1 et 41… (soit au hasard soit en choisissant dans ma PAL) : je ferai le tirage au sort avec  Bastien 

  

(d’un clic sur l’image vous arrivez sur ma PAL)

« La baleine thébaïde » de Pierre Raufast

Je n’avais jamais lu Pierre Raufast et pourtant j’avais vu son nom circuler sur la blogo alors je me suis laissée tenter par son dernier roman lors d’une opération Masse Critique.

Pas simple de parler de ce roman car il est fait d’allers retours et chaque intervenant fait avancer (ou reculer) le récit. Mais je vous rassure c’est totalement clair pendant la lecture !

Richeville est un jeune homme -un peu loser- qui ne trouve pas très bien sa place dans sa famille et qui après ses études ne sait pas trop ce qu’il veut faire.

Il est embauché sur un bateau pour partir à la recherche d’une baleine exceptionnelle dont la fréquence du chant est inhabituelle et qui est donc une baleine solitaire -un sentiment que partage Richeville qui se sent proche de l’animal… Mais l’opération scientifique dans laquelle il s’est engagée ne se déroule pas du tout comme il l’avait imaginée…

La suite du roman donne la parole à d’autres personnages et on rentre dans un univers scientifique assez passionnant sur les manipulations génétiques. Puis, un autre volet du roman aborde des aventures liées indirectement à une baleine, à la technologie de pointe et à une certaine solitude…

Je ne veux pas en dire trop pour vous laisser surprendre mais je peux vous dire que je me suis laissée prendre par ce roman qui est riche et qui se lit très bien. C’est scientifique mais c’est très humain et très facile à lire. C’est une bonne découverte pour moi.

L’auteur fini avec une postface assez personnelle où il évoque les différentes formes qu’aurait pu prendre son roman, les choix qu’il a fait dans son récit. Il évoque aussi les autres livres pour qui les auteurs ont fait  des choix : 

 

Et puis, j’aime bien les clin d’oeil du hasard et alors que je lisais « Le mystère de Listerdale » de Agatha Christie et que je savais que j’allais lire « La baleine thébaïde » juste après, voilà que je croise ce mot que je n’avais jamais entendu de ma vie avant 😉

 Objectif 2017 : -6

Merci à  et 

deuxième ligne catégorie « animal »

« Roma enigma » de Gilda Piersanti (lu par Hélène Lausseur)

 

Une étudiante est tuée devant une pâtisserie réputée du quartier populaire de La Garbatella. Rien n’explique pourquoi cette jeune femme aurait été tuée à cet endroit-là… Et pour cause, le lecteur le sait depuis le début du roman, la victime n’est pas celle qui était prévue et pourtant, il y a bien deux morts mais l’une est mieux camouflée que l’autre et n’intéresse pas les inspecteurs. Enfin, elle intrigue quand même beaucoup l’inspectrice Mariella De Luca.

Le meurtrier qui a presque commis un crime parfait se perd en tombant amoureux de la jeune étudiante qu’il a tué par hasard et du coup il finit par attirer l’attention de l’inspectrice…

Et l’explication de son crime nous fait remonter dans le passé et met Mariella De Luca en danger, sans doute parce qu’elle n’a pas tout à fait la tête à son travail pour des raisons personnelles…

C’est un polar plutôt réussi. L’affaire en elle-même est bien ficelée avec des personnages intéressants et surtout ce roman policier se passe à Rome et rien que ça c’est agréable car on voyage vraiment, la lectrice lisant les noms de lieux ou de personnes avec un accent italien (en tout cas pour moi qui ne parle pas cette langue) et c’est très dépaysant !

J’ai découvert ce roman audio par hasard car ma copine Mrs B me l’avait prêté sans que je sache de quoi ça parlait. Je ne savais donc pas que c’était le sixième volet des « Saisons meurtrières » de Gilda Piersanti. Je me suis bien doutée cependant que les personnages étaient sans doute récurrents et je pense que je relirai des titres de cette auteur avec plaisir.

 Par Mrs B! Merci!

Catégorie « Lieu » de ma ligne « audio »

Accès direct à la plage : Jean-Philippe Blondel

Je n’arrivais pas du tout à rentrer dans mon livre tiré au sort pour le Book Jar le mois dernier alors plutôt que de m’acharner (même si c’était Doris Lessing, un prix Nobel !) j’ai préféré prendre une valeur sûre pour moi et lire un autre livre qu’on m’avait offert à Noël avec celui-ci !

Différentes époques (1972, 1982, 1992, 2002), différentes plages (Capbreton, Hyères, Perros-Guirec et Arromanches), une galerie de personnages de toutes origines, de tous âges, de tous styles, certains que l’on ne rencontre qu’une fois, certains que l’on recroise directement ou indirectement à d’autres époques ou en d’autres lieux…

Je ne vais pas raconter toutes ces tranches de vies mais j’ai retrouvé dans ce court roman ce que j’aime le plus chez Jean-Philippe Blondel : des gens, des vrais gens, avec des bouts de leurs vraies vies… Parfois banales et ordinaires mais aussi avec des petites pointes de choses qui les sortent de l’ordinaire, consciemment ou non. Du beau ou du sordide, du triste ou du joyeux…

Ce roman fait bien ressortir le côté conteur de l’auteur qui nous brosse des petits portraits qui semblent au départ indépendants les uns des autres mais qui finalement se révèle être un tableau pointilliste quand on referme le livre.

Je suis toujours contente de retrouver la plume de Jean-Philippe Blondel et « Accès direct à la plage » ne fait pas exception !

 par ma collègue A! Merci à elle!

Catégorie « sport loisir » pour une deuxième ligne générale du Petit Bac 2017

La vérité sort de la bouche de Little Boy B

7 ans et 4 mois et je continue à vous faire part de ses petites phrases et ses bons mots volontaires ou involontaires!

 

«Je suis la star de tes copines!

-Non, tu es un enfant comme les autres.

Ouais, mais n’empêche, y a pas une seule de tes copines qui me connait pas !»

«Bastien! Je t’ai demandé de faire la liste des livres à rendre à la médiathèque, pas de les relire!

Je sais… mais je ne peux pas m’en empêcher!»

Il me parle de ses évaluations :

«J’imagine pas ce que ça doit faire d’avoir un ROUGE!

-Tu sais, tu en auras peut-être un jour, c’est pas grave si c’est exceptionnel.

Oui, mais j’imagine que les parents doivent être furax, sauf s’ils sont habitués!»

«Maniac, ça veux dire qu’on adore?

-Non, pourquoi?

Ben l’émission de tes copines de Bibliomaniacs, elles adorent les livres, non?»

 

«Je me suis acheté deux robes aujourd’hui.

Ben ça c’est vraiment de l’argent dépensé pour rien!

-Pourquoi?

Ben déjà, t’en as plein des robes, et puis tu es belle dans toutes celles que as déjà!

-Oh, c’est gentil de dire ça!

Non, je dis pas ça pour être gentil, je dis ça parce que je le pense vraiment!»

 

On regarde le film Harry Potter n°1 (un jour en français et ensuite en anglais) : fascination!

« Ah! Il est comme ça Oncle Vernon?! Je l’imaginais pas comme ça!»

 

«Attention, là, ça va «ouhlalaer»!

-Hein?

C’est un moment qui va faire peur, ça fait «ouh la la!»

 

Je pars au travail avant lui, il m’appelle dans les escaliers :

«Maman, t’as oublié quelque chose! Attends, je te l’apporte!»

Il descend et me fait un bisou avec un grand sourire, content de sa plaisanterie 😉

 

Il regarde ma liste de livres audio  :

««Un avion sans ELLE» : jeu de mots!!! »

Et il rigole 😉

 

Je râle :

«Oh non! C’est pas vrai!

Tu vois bien que si…»

 

«Le meilleur moment de la vie : c’est s’essuyer les yeux après une douche!»

 

Mon petit lecteur aux positions improbables pour lire!

 

Mon grand lecteur qui emprunte des pavés et qui les dévore en une semaine!

Vacances à Lyon

 

(Madonna… ma jeunesse!)

Je suis en vacances (oui, oui, je sais, je sais… n’abordons pas les sujets qui fâchent) et cette fois je me suis offert un petit cadeau : des petites vacances toute seule sans mes hommes à Lyon chez ma meilleure amie, ma Best que je n’ai pas vue depuis cet été! Je sais déjà que ça va être vraiment chouette! 

Alors même si je ne suis jamais très loin d’internet (accro un jour accro toujours) je vais quand même mettre le blog en pause et je reviendrai mercredi prochain pour le rendez-vous de la BD de la semaine. J’ai programmé le billet du 18 février des petites phrases de Bastien (ses « fans » ne seront pas frustrées 😉

A bientôt, profitez bien si vous avez des vacances et bon courage pour traverser l’hiver si vous n’en avez pas.

 

« Soja pancakes » ou des « crêpes » sans lactose

Je sais que la chandeleur est passée mais c’est quand même la période des crêpes en ce moment alors je vous livre ma recette … En fait ça ressemble beaucoup à des crêpes mais sans lait et ma copine Mrs B, Bretonne pur beurre (salé !), experte en crêpes, a validé ma recette à condition de ne pas les appeler « crêpes » alors voici ma recette de « Soja pancakes » !

Ingrédients pour une vingtaines de « soja pancakes » :

  • 4 œufs
  • 15 g de sucre en poudre
  • un sachet de sucre vanillé
  • 350 g de farine
  • 80 cl de lait de soja
  • 2 C à S d’huile de tournesol
  • bouchon de rhum
  • un peu d’huile de tournesol pour la poêle.

Préparation :

  • Dans un grand saladier, battre les œufs et les sucres
  • Petit à petit, tout en remuant au fouet, ajouter la farine puis progressivement le lait. Bien mélanger le tout au fouet au fur et à mesure.
  • Ajouter un bouchon de rhum et deux C à S d’huile
  • Bien mélanger et laisser reposer couvert d’un torchon pendant une heure.

Alors, la suite, c’est pour moi le plus compliqué car je n’ai pas le coup de main, alors préparez vous, comme moi, à rater les premières qui seront trop épaisses ou toutes petites 😉 mais ça, ça n’a rien à voir avec la recette mais à la technique que ma copine Mrs B a dans le sang et que ma Best a essayé de m’apprendre cet été mais le plus important c’est la pratique ! Alors je me suis améliorée au cours de la cuisson, mon dosage de pâte est devenu plus équilibré, mes crêpes plus régulières et moins épaisses 😉

Bon, le truc de base c’est d’avoir une poêle très chaude et toujours légèrement huilée. Il faut prendre une louche de pâte, pas trop grosse, pas trop petite et étaler la pâte sur la poêles et la mettre à cuir, assez longtemps mais pas trop 😉

 Prête!

Il est mignon mon galichon, non? (C’est comme ça que mon père, normand de la Manche appelle la dernière crêpe!)

Pas si mal? Et on les a trouvées très bonnes!

Le tueur à la cravate : Marie-Aude Murail

Ruth est une ado qui vit avec son père Martin et sa petite sœur. Sa mère est morte d’une rupture d’anévrisme quelques années auparavant. Avec sa copine, un jour d’ennui, elle retrouve la photo de classe de terminale de son père et sa mère -et sa tante, la sœur jumelle de sa mère. Elle met la photo en ligne sur un site de retrouvailles de vieux copains en se faisant passer pour Martin avec une adresse mail crée exprès. Elles font cela pour savoir laquelle des deux jumelles de la photo est la mère de Ruth mais les deux jeunes filles ne se doutent pas que leur démarche va réveiller des souvenirs chez de nombreuses personnes, cette année-là ayant été très particulière car sa tante a été assassinée.

Au fil des contacts qui suivent la mise en ligne de la photo, Ruth apprend que son père a été un temps soupçonné du meurtre de sa tante et que l’homme qui a été condamné porte le même nom de famille qu’une personne de sa connaissance.

Ce retour dans le passé va entraîner des bouleversements sans la vie de Ruth mais pas seulement car la personne qui a tué sa tante ne peut pas laisser cette affaire ressortir et le « tueur à la cravate » refait surface… et tue à nouveau.

Un roman jeunesse très bien ficelé qui ferait à mon avis un bon film policier grand public. Mais au-delà du côté criminel, il y a aussi des thématiques très fortes qui sont abordées comme le deuil d’une mère, la solitude d’une ado, les relations d’un père seul avec ses filles et les violences conjugales et bien sûr la place d’internet…

Une très bonne lecture et j’étais contente de retrouver Marie-Aude Murail qui écrit des romans très variés.

Challenge Petit Bac 2017 : catégorie « mort » pour ma ligne « jeunesse »

L’effet papillon (T5) : Jussi Alder-Olsen (Lu par Julien Chatelet)

Ce roman est la 5ème enquête du Département V de Carl Mørck, Assad et Rose après « Miséricorde », « Profanation » et « Délivrance » et « Dossier 64 ».

Je vais commencer par vous dire que j’ai toujours beaucoup aimé cette série que j’ai lue en audio depuis le début mais j’avoue que je suis nettement moins enthousiaste avec ce tome. J’irais même jusqu’à dire que je me suis un peu ennuyée… Ce qui est un peu paradoxal car c‘est bourré d’action…

J’ai trouvé que cette fois c’était trop long à démarrer et qu’il y avait trop d’histoires et que cela partait dans tous les sens. C’était souvent très exagéré et j’ai trouvé les personnages moins cohérents et moins attachants que dans les autres tomes.

Alors, on commence avec une histoire d’arnaque aux financements humanitaires européens et danois en Afrique et il y a des morts…

Puis, on arrive au Danemark et on rencontre Marco, un jeune pickpocket qui vit dans une sorte de communauté de malfrats et qui veut quitter le clan mené par son oncle sans pitié, Zola. En cherchant à fuir, il tombe sur un cadavre (littéralement) et le lecteur comprend qu’il y a un lien entre la situation africaine et celle de Marco.

On s’intéresse alors plus au jeune gitan honnête et débrouillard qui cherche à se sortir de sa vie de marginal. Il veut d’ailleurs retrouver la famille de l’homme dont il a trouvé le cadavre.

Quand -enfin- on retrouve Carl Morck et son équipe du département V, on se perd d’abord dans des histoires internes au commissariat puis ils mènent une petite enquête sans grand intérêt avant que Rose ne les mette sur la piste d’une recherche de personne disparue : celle de l’homme dont Marco a trouvé le corps….

Bon, je crois que si ça avait été une lecture papier, j’aurais passé beaucoup de pages car il y a vraiment des passages avec Marco qui sont vraiment incohérents et exagérés… Je me suis demandé s’il était immortel et surhumain par moment…

Donc, je ne conseille ce roman qu’aux gens qui comme moi ont envie de suivre la vie des personnages récurrents mais il est clair que j’attends avec moins d’impatience la suite cette fois -ci (mais je la lirai quand même 😉

Comme d’habitude, le lecteur est très bon !

Merci 

Soupe de butternut

Ingrédient pour une grande soupe qui chez nous fait au moins deux repas à trois : 1 courge butternut / 2 échalotes / 1.5 l de bouillon de volaille ou de légumes (1 ou 2 cubes selon vos goûts) / 1 louche de crème fraîche ou de crème de soja

Eplucher la/la ? butternut (avec un économe c’est très facile), couper en deux et évider (très facile car il y a un tout petit espace à vider !)

Couper en cubes grossiers.

Emincer les échalotes.

Dans une cocotte (cocotte-minute pour moi), faire revenir les échalotes et les morceaux de butternut dans de l’huile d’olive en remuant pendant quelques minutes.

Ajouter le bouillon et saler et poivrer.

Couvrir et laisser cuire 12 mn après que la soupape se soit mise à tourner pour une cocotte-minute ou environ 25 mn dans une cocotte normale.

Une fois retirée du feu ajouter de la crème fraîche ou crème de soja pour ceux qui comme moi ne mangent pas de lactose et mixer la soupe.

Cette soupe toute simple est vraiment délicieuse. J’ai ai même mangé le lendemain en ne pouvant pas m’empêcher de dire « Mmmmmh… » à chaque cuillère alors que c’était moi qui l’avait faite 😉

On l’a aussi goûtée en ajoutant dans la soupe des rondelles de chorizo (sans lactose, trouvé à la Biocoop) préalablement passés à la poêle et c’était très bon !