Faillir être flingué : Céline Minard (lu par Féodor Atkine)

faillir

Résumé de l’éditeur « Western des origines, véritable épopée fondatrice, tantôt lyrique, dramatique ou burlesque, Faillir être flingué est d’abord une vibrante célébration des frontières mouvantes de l’imaginaire. 
Un souffle parcourt l’espace inhospitalier des prairies vierges du Far-West, aux abords d’une ville naissante vers laquelle toutes les pistes convergent. 
C’est celui d’Eau-qui-court-sur-la plaine, une jeune Indienne dont tout le clan a été décimé, et qui, depuis, déploie ses talents de guérisseuse aussi bien au bénéfice des Blancs que des Indiens.
Elle rencontrera les frères Brad et Jeff traversant les grands espaces avec leur vieille mère mourante dans un chariot brinquebalant tiré par deux bœufs opiniâtres ; Gifford qui manque de mourir de la variole et qu’elle sauve in extremis ; Elie poursuivi par Bird Boisverd dont il a dérobé la monture, Arcadia, la musicienne itinérante, qui s’est fait voler son archet par la bande de Quibble. 
Et tant d’autres personnages, dont les destins singuliers, tels les fils entretissés d’une même pelote multicolore, composent une fresque sauvage où le mythe de l’Ouest américain, revisité avec audace et brio, s’offre comme un espace de partage encore poreux, ouvert à tous les trafics, à tous les transits, à toutes les itinérances. »

Si je commence par vous donner le résumé de l’éditeur c’est que je suis moi-même incapable de vous le faire car au début de cette lecture audio, j’ai été un peu perdue dans les personnages, j’avais un peu l’impression d’avoir mis mon lecteur audio en mode aléatoire ! Et pourtant, je me suis laissée porter, et j’ai vu arriver les différents personnages dans l’histoire, avec des retours en arrière et des ellipses sans m’inquiéter des liens entre eux comme si je lisais des tranches de vies dans l’Ouest américain, des chroniques sans lien entre elles.

Et puis, en plus des personnages et de l’Ouest américain dangereux, aride, inconnu, il y a la naissance d’une ville où les personnages se retrouvent tous et deviennent alors une communauté (et alors, les liens entre eux deviennent plus clairs.) Là, on croise des vendeurs, des cow-boys, des éleveurs de chevaux, des éleveurs de moutons, des Indiens, des bandits de grands chemins, des prostituées, des entrepreneurs… On traverse les grandes étendues de plaines et on découvre le saloon, le barbier et le magasin général… Les personnages sont riches et ce qui est appréciable, les femmes ont un vrai rôle !

J’ai finalement beaucoup aimé cette incursion dans cet univers « western » que je n’aurais pourtant pas pensé apprécier. Il faut dire que j’ai été bercée par « La petite maison dans la prairie » et ensuite j’ai beaucoup regardé « Dr Quinn, Femme médecin » à la télé et ce roman, avec la création de cette ville m’a un peu donné l’impression de plonger dans les premiers temps de la vie américaine.

Je pense que la version audio, très bien lue par Féodor Atkine, m’a permis de beaucoup plus apprécier le roman car je le laissais me raconter les histoires des différents personnages qui étaient au début très décousues. D’ailleurs, à la fin, il y a un entretien entre Céline Minard et Féodor Atkine dans lequel ils évoquent le fait que c’est sans doute un roman plus facile à écouter qu’à lire soi-même !

Je vous recommande donc d’essayer la version audio ! Et pour rester dans l’ambiance « Conquête de l’Ouest », je vous parle aussi aujourd’hui de la BD « Western » !

livre audio

médiathèque

mois américain chez Titine

Petit Bac 2017catégorie «  »Gros mot » de ma ligne audio

Publicités

Western : Rosinski et Van Hamme

Western

Pour commencer, cet album m’a été offert par Anne et si elle-même ne m’avait pas dit dans son petit mot que ce n’était pas le genre d’univers qui l’attirait mais qu’elle avait beaucoup aimé, j’aurais moi aussi eu des doutes. Et puis, j’ai lu « Faillir être flingué » et pour rester dans l’ambiance « western » que j’avais beaucoup aimé dans ce roman, je me suis dit qu’il était temps de sortir cette BD de ma PAL. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre et j’ai beaucoup aimé !

L’histoire commence dans une petite ville à la fin du 19ème siècle quand Ambrosius Van Deer, un riche éleveur de bétail vient à Fort Laramie parce que Jess Chisum lui a dit avoir retrouvé son neveu Eddie, disparu 10 ans auparavant, kidnappé par des Indiens qui ont massacré le reste de sa famille. En réalité, même si Chisum présente un médaillon avec les photos des parents de l’enfant disparu, il a monté une arnaque pour récupérer les 1000 dollars promis en faisant passer son petit frère pour un enfant élevé par des Indiens mais les faux semblants ne s’arrêtent pas là puisque Van Deer ne venait pas sauver son neveu mais le tuer pour être sûr d’hériter de toutes les terres de son frère. Aucun des plans des deux hommes ne se passent comme ils l’imaginaient et après une fusillade, c’est le jeune Nate qui est le seul à s’en sortir à peu près… Il va perdre un bras et apprendre à très bien tirer avec son bras valide et une fois adulte, il va arriver dans une ville où il est embauché par le shérif pour devenir gardien de la banque ? Le shérif qui pensait que le jeune manchot ne saurait pas se débrouiller se retrouve dans l’embarras quand Nate devient le meilleur garde que la banque ait connue.

Mais il ne fait pas bon de contrarier un shérif véreux et quand Nate essaie de refaire sa vie, c’est le passé qui se rappelle à lui et on va constater que ce n’est pas la fin des faux semblants quand il retrouve par hasard la fille de Ambrosius Van Deer.

Une histoire sombre, une plongée dans le grand Ouest américain avec ses personnages rudes et sans concession. Une très bonne découverte au niveau de l’histoire et des dessins réalistes : on est dans un western mais aussi entrecoupé de belles pages peintes.

Je pense que j’ai encore plus accroché à cette BD pour l’avoir lu juste après « Faillir être flingué », c’est pourquoi je vous parle de ces deux titres aujourd’hui !

Et enfin, pour l’anecdote, puisque c’est le jour de la BD de la semaine, quand j’ai passé l’album à L’Homme en lui disant que ça pourrait lui plaire, il a regardé la couverture en disant « Ah oui, Van Hamme, l’auteur de Thorgal et XIII ! » (alors que moi, je ne connaissais pas du tout !!)

7169085-une-collection-de-bulles-de-discours-de-style-bd-illustration      BD de la semaine saumonchez Moka

PAL 2017 objectif 2017 : -24          

 objectif PAL                    chez Antigone

 par Anne dans le cadre du concours qu’elle avait organisé pour l’Objectif PAL 😉 (Cliquez sur son nom pour voir son avis)

mois américain chez Titine