J’avais repéré ces album il y a bien longtemps chez Sandrine (cliquez pour voir son billet) et elle conseillait à l’époque d’avoir les deux tomes sous la main avant de le commencer, conseil que je vous donne aussi (mais j’ai vu qu’il existait aussi une version intégrale de ce titre). En effet, on peut rester sur sa faim en attendant la suite mais aussi pour mon cas, je dois dire que le premier tome a pris plus de sens en lisant le deuxième car j’étais un peu perdue dans le premier. Je vais essayer de vous expliquer pourquoi sans trop en dire!

Je vais commencer par vous donner les résumés de l’éditeur :

Tome 1 : « 1906, Barellito. Une famille venue de Londres emménage au bord de la mer, dans un petit village d’Italie. Le père veut se consacrer à la pêche. Le fils, William, se réjouit déjà à l’idée de courir en pleine nature, loin de la grisaille londonienne. Et puis, il y a Lisa, la petite voisine aux cheveux noirs qui l’a si gentiment accueilli… Mais les habitants de Barellito ne cachent pas leur hostilité aux nouveaux arrivants. Ils n’apprécient pas que des  » étrangers  » s’installent chez eux. Quant à Lisa, elle semble douée d’étranges pouvoirs… »

Tome 2 : « Des années après leur séparation, devenus adultes, Lisa, William, Paolo et Nino se retrouvent enfin, à Istanbul où réside Lisa. Celle-ci leur apprend qu’elle vient de perdre l’enfant qu’elle attendait et que son compagnon, Thomas, l’a quittée précipitamment. Pour William, Paolo et Nino, la surprise est totale et les souvenirs reviennent vite à la surface… Lisa leur demande de l’accompagner au Costa Rica où se trouverait Thomas. C’est aussi là que la réponse à leurs étranges visions se trouve… Une magnifique histoire au dénouement inattendu dans lequel on découvrira aussi  l’explication du titre… »

Dans le premier tome, il y a un air d’insouciance chez 4 enfants qui s’entendent très bien et qui sont tous nés le même jour. Mais au-delà des jeux d’enfants dans la campagne et le bord de mer italien, il y aussi d’étranges séances presque chamaniques où les enfants ont des visions qu’ils ne comprennent pas (et pour être honnête, moi non plus avant de lire le tome 2!). Leurs relations sont très fortes mais des événements extérieurs les séparent.

Ils se retrouvent dans le deuxième tome, ou plutôt, 20 ans plus tard, Lisa, la jeune fille du groupe dont les 3 garçons étaient plus ou moins amoureux, fait appel à ses compagnons de jeu d’enfance pour leur demander de l’aide. Ils partent ensemble au Costa Rica pour retrouver l’amoureux de Lisa mais dans cette aventure c’est bien plus qu’ils vont découvrir… Ils vont comprendre ce qui les unissait quand ils étaient enfants, ils vont comprendre leurs visions et nous, lecteurs allons comprendre la part fantastique qui était latente dans le premier tome.

J’ai plutôt bien aimé cette histoire mais j’ai préféré le deuxième tome, le premier tome se dispersant sans doute un peu trop dans des histoires sur l’île qui n’étaient pas forcément « utiles » à l’histoire. Les dessins sont très agréables, les couleurs rendant vraiment bien les atmosphères.

Ce n’est pas un coup de coeur mais une bonne découverte malgré tout.

Tagué

2 commentaires sur « Où le regard ne porte pas (T1 et T2) : Georges Abolin et Olivier Pont »

Répondre à Enna Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s