Le prix Audiolib 2018

Pour la 6 ème année consécutive, je suis membre du jury du Prix Audiolib, organisé par la maison d’édition.

Je suis bien évidemment ravie, vous vous en doutez! J’adore lire avec les oreilles et j’aime faire des découvertes littéraires! Je ne suis pas toujours d’accord avec le lauréat mais j’ai toujours eu de beaux coups de coeur pendant ces aventures!

Et puis comme les autres années, parmi les autres autres membres du jury il y a pas mal de copines blogueuses, c’est aussi l’occasion d’échanger sur nos lectures et d’organiser des Lectures Communes.

Voici les titres que je vais être amenée à lire avec les oreilles entre janvier et mai :

  •  Arrête avec tes mensonges de Philippe Besson lu par Antoine Leiris.

  • Bakhita de Véronique Olmi lu par l’auteure.

  • En sacrifice à Moloch de Asa Larsson lu par Odile Cohen.

  • La Ferme du bout du monde de Sarah Vaughan lu par Julie Pouillon.

  • La Tresse de Laetitia Colombani lu par l’auteure, Rebecca Marder et Estelle Vincent.

  • La Vie secrète des arbres de par Peter Wohlleben lu par Thibault de Montalembert.

  • Le Jour d’avant de Sorj Chalandon lu par Stéphane Boucher. 

  • Ma reine de Jean-Baptiste Andrea lu par Guillaume Jacquemont.

  • Quand sort la recluse de Fred Vargas lu par Thierry Janssen.

  • Underground Railroad de Colson Whitehead lu par Aïssa Maïga.

Voici mes premières impressions avant de commencer les écoutes :

J’ai déjà lu « Arrête avec tes mensonges » de Philippe Besson très bien lu par Antoine Leiris.  Je comptais en parler en janvier mais du coup comme mon billet n’est pas encore écrit, je le reporterai à mars!

En version papier, j’ai déjà lu et beaucoup aimé et « Le Jour d’avant » de Sorj Chalandon et « Underground Railroad » de Colson Whitehead j’aurai donc plaisir à les écouter (en entier ou en partie, selon le temps disponible!) car les textes m’ont beaucoup plu.

J’ai dans ma PAL liseuse « La Ferme du bout du monde de Sarah Vaughan » et « La Tresse » de Laetitia Colombani, et dans ma PAE (pile à écouter), j’ai « Quand sort la recluse » de Fred Vargas lu par Thierry Janssen : je suis donc très contente de les découvrir en audio vu que j’avais envie de les lire!

J’avais repéré « Bakhita » de Véronique Olmi sur la blogo car il est très apprécié (c’est même le lauréat du Grand Prix des Blogueurs Littéraires). J’étais aussi très tentée par « Ma reine » de Jean-Baptiste Andrea (J’ai d’ailleurs failli rencontrer l’auteur dans ma librairie mais j’avais une réunion au collège ce soir là!)

Quant à « En sacrifice à Moloch » de Asa Larsson et « La Vie secrète des arbres » de par Peter Wohlleben je n’en ai jamais entendu parler avant! La seule chose que je peux dire c’est que le dernier est lu par Thibault de Montalembert qui est un lecteur que j’aime beaucoup!

 

Comptez sur moi pour vous reparler de ces livres audio au fur et à mesure!

Publicités

La vérité sort de la bouche de Bastien

 Bastien a 8 ans et 3 mois… Voici ses petites phrases et ses bons mots volontaires ou involontaires!
  • «Il est où papa?
    -Au travail.
    Il travaille même le mercredi?
    -Oui, parfois.
    Pauvre papa!»

 

  • Sa marraine lui dit qu’elle a été à la Martinique cet été et Bastien lui coupe la parole :
    «La Martinique? Vous avez pas vu un garçon qui s’appelle Noah C, c’est un garçon de ma classe qui est allé à la Martinique aussi!»

 

  • Bastien voit que je prends d’anciens pantalons à lui pour son cousin plus jeune.
    «Mes pantalons, ils vont être trop grands pour lui!
    -Mais non, ce sont des pantalons trop petits pour toi!
    Ah oui! 
    -Ben oui Bastien, les pantalons à ta taille, tu les portes, on ne les donne pas!»

 

  • Il a eu un livre de cuisine pour enfant à Noël, et il nous fait une recette classée 3 étoiles de difficulté : «Cette recette, c’est une difficilité 3!»

 

  • Nous lisons ensemble un livre sur le racisme : « Heureusement pour A (son copain métis) que notre ville n’est pas affectée par le racisme!« 

 

  • Suite de la lecture du livre sur le racisme et il me dit : «Imagine qu’un de mes amis dise des insultes racistes et ben moi, je serais obligé de ne plus être ami avec lui, parce que d’abord je suis contre le racisme mais en plus, si imagine je reste ami avec lui, ben je risquerais de commencer à penser comme lui et ça, je voudrais pas!»

 

  • Nous allons chez mes parents manger la galette des rois. Je dis que je vais me faire ma propre galette des rois sans beurre :
    «Je vais faire une petite galette des rois une personne!
    Plutôt DEUX personnes, si tu veux en reprendre! Moi, j’en reprendrai sans doute une part!»

 

  • Il mange des petits biscuits qui s’appellent « Petits carrés aux amandes » mais s’écrit en les voyant : « Mais, ils se sont trompés! Ils sont pas carrés, ils sont rectangles! » (c’est vrai!)

 

  • Il lit la bouteille de Salvetat : «A consommer de préférence à l’ombre d’un pin» :
    «Ah mais il faut faire attention aux chenilles processionnaires sous les pins! C’est très dangereux! Surtout pour les animaux parce que c’est très urticant. Dans un zoo, il y a même un ours qui a dû avoir un plâtre à la patte tellement il a été urtiqué!»

 

  • «Nous, à l’école,on n’utilise plus le mot «ami», ni «copain», on dit «pote». «Ami», c’est comme si c’était un mot de l’ancien temps, qui  n’existe plus!»

 

  • Hier il a eu sa première gastro et a vomi toute la nuit (première fois en plus de 8 ans, j’avoue que si j’ai souffert de cette nuit, je m’estime heureuse!) : « Je vais pas mourir, hein maman, t’es sure?« 
 

Sans feu ni lieu : Fred Vargas (lu par Philippe Allard)

Le roman commence avec Clément Vauquer qui part à la recherche de Marthe, ancienne prostituée, la seule personne qu’il connaissent à Paris et à qui il peut confier son inquiétude : deux femmes ont été assassinées et tout porte à croire que c’est lui qui les a tuées! Mais Clément dit ne pas l’avoir fait et Marthe qui l’a pratiquement élevé quand il était petit le croit. Et elle fait appel à Louis Kehlweiler pour qu’il mène l’enquête.

Très vite Louis Kehlweiler, dit « l’allemand », réalise que Clément a été choisi pour passer pour un tueur car le jeune homme est stupide, quasiment attardé et il a tout simplement obéi à des consignes par téléphone sans se douter qu’on le manipulait et il est en fait aussi une victime… Mais pourquoi?

Kehlweiler va creuser le passé de Clément et chercher qui pourrait vouloir lui nuire…

Ce roman de Fred Vargas n’est pas un roman avec Adamsberg mais avec les « Evangélistes » (Marc, Lucien pour Luc et Mathias pour Mathieu). Les « évangélistes » sont des spécialistes dans des périodes historiques pointues, des universitaires un peu hors du commun. Ils vivent tout ensemble et avec l’enquêteur bougon, ils vont chercher et trouver la solution!

Un très bon polar!

 Chez Sylire

 par Sylire (cliquez pour voir son billet)

 catégorie « lieu » de ma ligne audio

African American History Month Challenge : on se prépare!

Pour plus de détails, cliquez sur le logo

Ce que je vous propose c’est de profiter du mois de février pour parler des Afro-Américains dans l’histoire ou dans la fiction. Nous pourrons parler de romans écrits par des Afro-Américains ou parlant d’Afro-Américains, qui traitent de l’histoire des Noirs aux Etats-Unis, que ce soit dans l’histoire ancienne avec l’esclavage, ou plus récente avec la ségrégation ou de nos jours. Des romans qui mettent en avant la complexité de la vie des Noirs aux Etats-Unis, leurs réussites, leurs combats, leurs difficultés à faire accepter leur place. Ce sera aussi l’occasion de parler de personnalités Noires Américaines, que ce soit dans les arts, dans la politique ou autre.

Si vous souhaitez participer avec moi, vous pouvez vous inscrire ici et il suffit d’écrire un ou plusieurs billets à votre guise avec le logo.

Dans le billet d’origine, je vous donne une bibliographie des titres dont j’ai parlé sur le blog et la liste des livres qui sont dans ma PAL. N’hésitez pas à vous en inspirer!

Voici quelques fils conducteurs, qui ne sont absolument pas obligatoires à suivre mais qui peuvent vous donner des idées et si vous avez d’autres  idées : je suis très ouverte!

  • Je vous propose de parler d’un documentaire sur une période historique relative aux Afro-Américains ou d’une biographie le 4 février.
  • Le 6 février, je vous propose une thématique « Poésie / Chanson » (poète et/ou chanteur/ chanteuse et/ou  recueil de poèmes ou un poème en particulier et/ou un album ou une chanson…)
  • Le 8 février, je vous propose de faire un peu de cuisine avec une recette « soul food » qui est le type de cuisine associée aux Afro-américains. (Mais vous pouvez aussi parler cuisine n’importe quel jour!)
  • Je vais parler de BD le mercredi 14 février et le mercredi 28 février pour le rendez-vous de la BD de la semaine.
  • Personnellement, je vais parler d’un livre audio le 16 février pour le rendez-vous mensuel de Sylire.
  • Le 22 février, nous pourrions parler de cinéma.
  • Le 24 février, je vous propose de parler d’un roman pour la jeunesse.

Voici les personnes qui se sont inscrites

Anne
Enna
Karine
Lou
Malorie
Marie
Sandrion
Syl
Sylire
Valentyne

Mais si vous vous rendez-compte que par hasard, vous avez lu un livre qui correspondait à ce challenge pendant le mois de février : n’hésitez pas à venir me donner votre lien!

Le journal d’Aurore T1 Jamais contente…Toujours fachée / T2 Rien ne va plus! : Marie Desplechin et Agnès Maupré

Tome 1 (avis de l’éditeur) :

« Aurore a deux soeurs qui la détestent, les parents les plus insignifiants possible, une aversion avérée pour toute forme d effort scolaire, pas de passion identifiée… autant dire, dans l ensemble, une vie moins passionnante que celle du rat taupe des plateaux d Abyssinie. Heureusement, dans ce tableau sombre d une vie d ado de 3e, il y a Lola, son amie qui habite en face et la comprend, elle. Enfin, ça dépend des jours. Et puis le nouveau demi-frère de Lola, Marceau, élément perturbateur notoire. La vie n’est décidément pas un long fleuve tranquille à 14 ans et vaut bien les pages d un journal. »

Tome 2 (avis de l’éditeur) :

« Au menu de ce deuxième album : vacances au camping, naissance du groupe de rock, tentative de fugue, premières amours littéraires et pas que… Aurore, toujours aussi râleuse, excessive et attachante, nous offre avec sa plume hilarante et son cœur tendre les psychodrames de sa vie quotidienne d’adolescente où les sentiments s’entrechoquent…

Rien de se passe comme prévu, et ce n’est pas de tout repos ! »

J’ai beaucoup aimé ces deux tomes du journal d’Aurore. Aurore est une ado très réelle, très de son temps mais avec un petit côté universel! Cette jeune fille entre deux âges, presque jeune femme mais encore petite peste parfois et gentille gamine par ailleurs, vous fera penser à vos enfants, vos nièces, vos élèves si vous êtes prof ou tout simplement à votre propre adolescence!

Aurore râle, déteste sa famille, adore ses amies, déteste ses amies, elle tombe amoureuse, se lasse, elle s’ennuie à l’école, s’enthousiasme pour l’école, méprise ses parents, s’étonne de voir que ses parents ont été jeunes, vit avec ses grands-parents, se sent délaissée par sa famille, ne veut pas rentrer… Bref, elle est exaltée, elle est pleine de contradictions, de mauvaise foi et elle est très vraie!

Il y a la vie de famille, les copains, les copines, la musique, l’école, les vacances… Toutes les facettes de la vie et c’est à la fois drôle et réaliste.

Je vous recommande ces deux tomes!

 catégorie prénom de ma ligne BD

Où va le blog cette semaine?

Bonjour!

Une semaine de retour au boulot et c’est intense, je n’ai pas eu beaucoup de temps pour lire, c’est frustrant!

ALORS, OÙ VA LE BLOG CETTE SEMAINE?

Dimanche 14 janvier, je vous donnerai mon avis sur les 2 tome de la BD « Le journal d’Aurore »

Lundi 15 janvier, ce sera un petit rappel pour mon African American History Month Challenge de février avec les participants et des idées rendez-vous.

Mardi 16 janvier, pour le rendez-vous audio de Sylire je vous parlerai de « Sans feu ni lieu »

Jeudi 18 janvier, c’est le retour des petites phrases de Bastien.

 

Samedi 20 janvier, je vous parlerai de ma participation au Prix Audiolib 2018!

Et enfin, dimanche 21 janvier, vous retrouverez le billet « Où va le blog cette semaine? »

Aujourd’hui, je finis « Underground railroad » de Colson Whitehead et je vais ensuite lire les BD « Lomax collectionneurs de folk song » et « Blackface Banjo » de Duchazeau. Mes prochaines lectures seront « And still I rise » de Maya Angelou (des poèmes) et son texte « Letters to my daughter ».

Avec les oreilles, je poursuis « La confession » de John Grisham (lu par José Heuzé) et ma prochaine lecture audio sera « Dreams From My Father : A Story of Race and Inheritance » de Barack Obama (lu par lui-même)

Tous ces titres sont  pour mon « African American History Month Challenge » du mois de février (n’hésitez pas à vous inscrire si vous voulez participer, même pour juste un titre!

A bientôt!

Passport à l’iranienne : Nahal Tajadod

La narratrice (l’auteur) est une intellectuelle très aisée qui vit la majeure partie du temps en France et qui est actuellement à Téhéran mais avant de repartir, elle doit faire renouveler son passeport et ce n’est pas une mince affaire!

Il y a les règles officielles à suivre : passeport dans un pays islamiste cela signifie des photos d’identité islamistes qui respectent les codes vestimentaires mais aussi des délais très longs. La narratrice, tente de passer par des chemins détournés et c’est l’occasion de découvrir d’autres codes iraniens, implicites, comme le fait que le moindre photographe ou chauffeur de taxi connait un médecin qui connait quelqu’un de haut placé, comme le târof, qui fait que les gens refusent d’abord de se faire payer pour que l’acheteur négocie de payer.

Sous couvert d’une situation somme toute assez banale du renouvellement de passeport pour une personne qui ne souffre pas en l’attendant (elle est en famille et elle est d’un milieu social très aisé), c’est surtout l’occasion de distiller des petites informations sur la vie à Téhéran, les relations humaines, les rapports à la religion, les règles concernant les vêtements des femmes…

Bref, derrière une tranche de vie humoristique on apprend pas mal de choses sur un pays. Personnellement, je suis allée en Iran en 2007, année de sortie de livre et j’ai reconnu beaucoup de choses que j’avais constatées sur place.

 chez Antigone

 Marianne : Merci!

 Catégorie « Objet »

Tirage au sort du Book Jar

Vous avez été 16 à avoir répondu à l’appel pour m’aider à piocher ma prochaine lecture issue de ma PAL  en me  proposant des chiffres entre 1 et 8 dans les commentaires du blog ou sur la page Facebook du blog.  Merci à tous de votre participation!

J’ai noté tous ces chiffres et les titres correspondants et Bastien  a tiré au sort (avant même son petit déjeuner! Et en regardant les photos du mois dernier, je constate qu’il porte le même pull 😉 ) :

 

C’est donc le numéro 7 : « The colour purple » (« La couleur pourpre ») de Alice Walker (qui ne fait pas vraiment partie de ma PAL car je l’ai déjà lu (plusieurs fois) quand j’étais étudiante, la première fois en 1993 😉 mais je voulais profiter du African American History Month Challenge pour enfin en parler sur le blog) et qui  a été proposé par Rachel, Wakanda, Manika, Maeva, Lydie et Aurélien  (merci d’avoir participé!)!

Je vais faire en sorte de le lire pour le 12 février! Si vous voulez le lire avec moi, n’hésitez pas!

Rendez-vous le mois prochain pour un prochain tirage au sort! Et en attendant, n’hésitez pas à vous promenez dans le rendez-vous du mois en photos  

The Monkey Family : Margo Renard

J’ai acheté cet album à Quai des Bulles parce que j’ai un attachement pour la maison d’édition La Palissade que je connais depuis leurs débuts et parce que j’étais très attirée par la couverture et comme l’auteur était présente, j’ai eu une jolie dédicace pour Bastien.

Cette BD, nous l’avons lu deux fois ensemble, avec Bastien et elle est vraiment chouette!

D’abord, elle est très belle : des aquarelles aux couleurs vives et acidulées avec des animaux malicieux et amusants.

Cela se passe dans un village de singes où tout le monde doit manger des bananes car c’est le seul aliment connu et où tout le monde doit faire la sieste obligatoirement plusieurs fois par jour… Trois jeunes singes se rebellent et veulent faire profiter le village des fruits exotiques qu’ils ont découverts dans la forêt interdites (ils appellent ces fruits des « bananes quelque chose » car ils ne connaissent pas d’autres fruits!)

Malheureusement, leurs efforts se retournent contre eux et ils partent à l’aventure pour trouver une solutions dans la forêt interdite… Là c’est une grande aventure avec des rencontres avec d’autres animaux et d’autres fruits et c’est vraiment très drôle!

Mais au-delà de l’aventure, c’est aussi une histoire sur la différence et le vivre ensemble. Une très bonne découverte pour les petits et les grands.

Voici maintenant l’avis de Bastien (8 ans-CE2) pris sous la dictée sans que je ne change un mot (et sans qu’il ait eu connaissance de mon avis) :

C’est l’histoire d’un singe qui s’appelle Ba et il n’aime pas les bananes alors quand son copain Hai lui montre une nouvelle banane exotique qu’il a pris dans la forêt interdite (qu’il appelle une « banane de terre », mais en vrai c’est un ananas!), ils ont voulu en faire goûter à tous les singes. Sauf que que tous les autres animaux de la forêt interdite arrivent et détruisent tout.

Alors Ba, Mo et Hai, les trois copains singes vont partir faire une quête dans la forêt interdite pour tout réparer. Suspens…

J’ai bien aimé, c’est rigolo, il y a beaucoup de pages qui m’ont plu. J’ai bien aimé car ça parle d’aventures et on a beaucoup rigolé avec maman!

Les dessins, je les trouve rigolos et bien faits aussi.

Je trouve le petit insecte tout en haut dans la pyramide de la dédicace était très rigolo :

  chez Noukette

 catégorie « animal » pour ma ligne BD

Pendant que le roi de Prusse faisait la guerre qui donc lui reprisait ses chaussettes? : Zidrou et Roger

Cette BD raconte du quotidien, de l’ordinaire, de la vie qui se répète et pourtant, la vie de Mme Hubeau et son fils Michel n’a rien d’ordinaire.

En effet, cette mère âgée s’occupe de son fils handicapé mental. Dans la journée, il est au centre pour handicapés, mais le reste du temps, ils sont ensemble et elle doit gérer les répétitions, les frustrations, les exigences d’un fils qui est un petit garçon dans sa tête mais un homme costaud physiquement.

Mais en plus de ces difficultés qui commencent à peser sur les épaules de Mme Hubeau, il y  de l’amour. Un amour inconditionnel de Michel envers de sa mère et un immense amour plein d’abnégation de la part de la maman pour son fils qu’elle n’arrive pas à laisser un instant.

Je dois dire que j’ai versé une petite larme à la fin de cette lecture. C’est un album très touchant que je vous recommande vraiment!

  chez Noukette

 catégorie « lieu » pour ma ligne BD