Le 23 décembre 1980, un avion s’est écrasé dans le Jura et tous les passagers sont morts… Enfin, presque tous. Un bébé non identifié a été retrouvé miraculeusement vivant. Mais le problème est de savoir qui est cette petite fille car il y avait deux bébés du même âge (quelques mois seulement) à bord. Est-ce Lyse-Rose de Carville, petite-fille d’un riche industriel de la région parisienne ou Emilie Vitral, petite-fille d’une modeste vendeuse ambulante de frites à Dieppe? Les deux familles revendiquent le lien familial et la justice s’en mêle et décide que la petite fille s’appelle Emilie Vitral…

Mathilde de Carville, la deuxième « grand-mère » n’abandonne pas et fait appelle à Crédule Grand-Duc, un détective privé, elle le paie grassement pour qu’il poursuive l’enquête pour prouver l’identité de la petite fille que tout le monde surnomme Lylie et pour cela, il a 18 ans dernier délais…

Le roman commence en fait la veille des 18 ans de Lylie et donc à la fin de cette enquête. Et alors que Crédule Grand-Duc va jeter l’éponge car il ne peut décidément pas prouver qui est réellement la jeune fille, il a un flash et a la certitude de savoir…

Mais il est retrouvé mort chez lui par la deuxième fille de Carville (une jeune fille très perturbée par la disparition de sa petite soeur et par l’attribution du bébé à la famille Vitral) puis par Marc, le frère de Lylie, qui lui est persuadé qu’elle n’est pas sa soeur mais bien la fille de Carville… Ce qui l’arrangerait puisqu’il est amoureux d’elle… Au même moment, Lylie a disparu, juste après avoir donné à Marc le journal que Crédule Grand-Duc lui  a confié le jour de son anniversaire dans lequel il raconte 18 ans d’enquête et que nous découvrons en même temps que le jeune homme au fil de l’histoire.

Comprenant qu’il y a peut-être un moyen de prouver que Lylie n’est pas sa soeur, Marc fait tout pour terminer l’enquête du détective et retrouver Lylie.

Je vous rassure : à la fin, on sait qui est ce bébé retrouvé 18 ans plus tôt!

J’ai écouté ce roman audio en décembre parce que j’aime bien cet auteur. J’ai bien aimé cette lecture, c’est un roman accrocheur sur le moment, on n’a pas envie de le lâcher mais il faut quand même accepter de fermer les yeux sur certaines grosses ficelles. Pas tant sur l’intrigue… (encore que, une histoire de test ADN et la fin hyper rapide et un peu rocambolesque étaient un peu tirées par les cheveux…) mais sur les personnages qui sont vraiment caricaturaux… Les gentils pauvres et les méchants riches par exemple, et la gentille et parfaite Lylie, la « soeur » folle et hystérique, le « frère » amoureux transi et le détective …

Cela reste pour moi un bon moment de détente, ce n’est pour autant pas mon préféré de Michel Bussi

 par Saxaoul (cliquez pour voir son billet)

 catégorie « transport » de ma ligne audio

5 commentaires sur « Un avion sans elle : Michel Bussi (lu par François Hatt) »

  1. J’ai découvert l’auteur avec ce titre, qui m’a beaucoup plu! Très prenant, et efficace! Ma grande est en train de le lire, elle aime beaucoup aussi, je crois 🙂
    J’ai par contre moins aimé « Maman a tort » (tu le sais ;)), et mieux, mais quand même un peu mitigée sur « Nymphéas noirs » (que tu m’avais conseillé! :))

    J'aime

      1. bin cela aurait regle le probleme lol….bin beaucoup de riches l’utilisait, le controle ADN, justement pour prouver que certains gamins n’etaient pas eux…et depuis longtemps…mais bon, il fallait faire durer le suspens a la montand…lol

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s