Cinéma : quelques films pour l’African American History Month Challenge

Je ne suis pas experte en cinéma, je ne vais pas rentrer dans les détails de ces films mais voici une petite sélection de films que j’ai vu ou revu ces derniers mois et qui me paraissent importants à connaître quand on s’intéresse à l’histoire des Afro-Américains.

« Dans la chaleur de la nuit » (« In the heat of the night ») de Norman Jewison :

Résumé de Allociné : « Dans une petite ville du Mississippi, un crime vient d’être commis. L’adjoint du shérif arrête un inconnu assis dans le hall de la gare. Il est directement accusé du meurtre : il est Noir et a beaucoup d’argent sur lui. Après vérification de son identité, il s’avère que cet homme est Virgil Tibbs, un policier, membre de la brigade criminelle de Philadelphie. Il est alors relâché sans un mot d’excuse.
Son supérieur lui ordonne alors de rester à Sparta et de collaborer avec le shérif Gillepsie pour retrouver le meurtrier en question. Tibbs est hostile à cette idée, car il sait que les habitants de la ville se montrent méfiants à son égard. Mais il accepte et commence son enquête. »

Tourné et sorti juste après la fin officielle de la ségrégation, ce film montre très bien qu’on ne change pas les mentalités des gens si facilement. Dans le Sud des Etats-Unis, un Noir est forcément un criminel potentiel même si dans ce cas, c’est un inspecteur de police respecté et reconnu dans le Nord… Les gens sont méfiants et hostiles envers les Noirs.

Ce film est très fort pour montrer ces tensions, ces injustices. Mais au-delà de cela c’est un film qui a dû bousculer les américains à sa sortie car comme je le disais il est sorti à une période charnière de l’histoire des droits civiques et on y montre non seulement un homme noir qui est à égalité, sinon supérieur aux policiers blancs mais aussi le vrai visage de certains blancs, un racisme ordinaire ainsi qu’un passé ségrégationniste. J’ai trouvé aussi qu’avec le personnage du shérif on voyait les frémissements d’un changement de mentalité avec ce personnage qui s’interroge sur la séparation entre les Blancs et les Noirs.

C’est un film que j’ai trouvé vraiment puissant! Je vous le conseille bien évidement en VO et je dois dire que les acteurs sont excellents, particulièrement Sidney Poitier qui joue l’inspecteur Noir et Rod Steiger qui joue le shérif blanc.

« Mississippi burning » de Alan Parker :

Résumé de Allociné : « En 1964, trois militants pour les droits civiques des noirs disparaissent mystérieusement. Ce sont deux agents du FBI qui sont chargés de l’affaire. Très vite, les questionnements et les méthodes d’intimidation d’Alan Ward et de Rupert Anderson dérangent, en particulier le Ku Klux Klan. »

Ce film a pour point de départ un fait divers réel. Trois jeunes militants pour les droits civiques qui encourageaient les Noirs des Etats du Sud à s’enregistrer pour le droit de vote disparaissent. Ils ont été tués par des membres du Ku Klux Klan. Quand le FBI débarque pour résoudre cette disparition l’enquête est menée pour les retrouver.

Alors c’est très « américain », film avec beaucoup de moyens qui en fait des tonnes, c’est sans doute très irréaliste sur la forme (on n’imagine pas qu’il y ait eu des centaines d’agents fédéraux pour retrouver ces trois étudiants par exemple). Après, ce n’est pas un documentaire, mais par contre le film montre bien le climat de haine et de peur dans lequel les gens vivaient dans le Sud des Etats-Unis. La ségrégation mais surtout la violence liée aux différences raciales et ça, c’est flagrant et poignant dans ce film.

« Les figures de l’ombres » (« Hidden figures ») de Theodore Melfi :

Résumé de Allociné : « Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn. 
Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins et dans celle d’un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran. »

Ce film met en avant non seulement la ségrégation raciale dans le quotidien des Noirs aux Etats-Unis dans les années 1960 mais aussi la double peine des femmes noires : impossibilité d’être reconnues pour leurs qualités intellectuelles à cause de la couleur de leur peau mais encore plus parce qu’elles sont femmes étant donné que même les femmes blanches n’étaient pas nombreuses à être présentes dans leur domaine à cette époque.

Ce film m’a beaucoup touchée et je vous le recommande tant pour son côté militant anti-racisme que féministe!

Et pour en savoir plus sur les vraies femmes qui ont participer à cette avancée technologique : allez donc voir cet article (en cliquant sur la photo)