Frannie est une jeune pré-ado noire qui vit avec ses parents et son frère dans un quartier où il y a une majorité de Noirs. D’ailleurs, même si au début des années 1970 aux Etats-Unis la ségrégation n’est plus d’actualité légalement, à l’école où elle va, tout le monde est noir. C’est d’ailleurs pour cela que l’arrivée d’un nouvel élève -blanc- en cours d’année intrigue et même bouscule les autres enfants.

Ce n’est pas un garçon qui pose problème, il est calme et discret mais pour autant, il ne se laisse pas faire par Trévor, la petite frappe de la classe qui s’en prend à lui parce qu’il est blanc mais sans doute surtout parce que cela met en évidence sa propre clarté de peau… Et l’insulte qu’il va donner au nouveau et que ce dernier va finir par porter comme un surnom est « Jésus »

La meilleure amie de Frannie, Samantha, est très croyante et elle s’interroge sur le fait que ce garçon est peut-être vraiment Jésus revenu sur terre… Il apporte une part de mystère et de bienveillance. La présence de « Jésus » parmi eux va donc les faire s’interroger sur le racisme, sur la religion et sur les relations familiales.

La famille de Frannie est aussi au centre de ce roman puisque son frère aîné est sourd et elle parle couramment la langue des signes. L’évocation de son frère est l’occasion de parler d’autres frustrations que celle de la couleur de la peau, car lui rêve de pouvoir appartenir à deux mondes : celui des gens qui peuvent entendre en plus de celui dans lequel il vit, celui de ceux qui n’entendent pas.

Et puis, toujours dans sa famille il y  aussi la mère qui a eu de nombreux problèmes pour concevoir et qui a perdu plusieurs bébés. Au fil du roman, elle va poursuive une grossesse qui est à la fois inquiétante pour chaque membre de la famille mais aussi pleine d’espoir.

J’ai bien aimé ce roman jeunesse que j’ai trouvé vraiment riche même s’il est peut-être une peu trop fourre-tout au niveau du nombres de thématiques abordées.

Je l’ai lu après avoir lu « Un autre Brooklyn » le premier roman adulte de l’auteur, je trouve qu’on y retrouve une certaine ambiance, certaine thématique et un style. C’est une auteur que j’aurai plaisir à relire je pense!

  avec Blandine : allons voir son avis!

 Thématique jeunesse

catégorie « couleur » de ma ligne jeunesse

8 commentaires sur « Le garçon qui n’était pas noir : Jacqueline Woodson »

    1. oui, c’est amusant on l’a vraiment reçu de la même manière! Mais moi aussi je le recommande car j’ai beaucoup aimé le style et l’ambiance! Merci à toi de cette participation!

      J'aime

  1. J’ai honte, je n’ai pas retrouvé le bouquin que j’envisageas de lire pour ce rendez-vous jeunesse et de toute façon je n’auras pas eu le temps… Ce sera pour l’année prochaine !

    J'aime

    1. pas de souci! 😉 je préviendrai plus tôt l’an prochain 😉 mais j’ai encore des livres dans ma PAL et des envies de lectures qui font que j’ai envie de reconduire le rendez-vous l’an prochain 😉

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s