Le jour d’avant : Sorj Chalandon (lu par Stéphane Boucher)

J’ai lu le roman dans sa version « papier » cet automne et j’avais eu un coup de coeur! Pour le prix Audiolib, j’ai écouté une partie du roman (pas tout car j’en gardais un souvenir très clair). Voilà un extrait de ce que je disais dans mon billet que vous pouvez retrouver en entier en cliquant sur cet extrait : « Alors sans rentrer dans les détails de l’histoire, ce roman raconte comment la mémoire personnelle et la mémoire collective sont étroitement liées, comment le passé peut envahir le présent et chaque instant, comment la haine peut prendre des chemins détournés, surtout quand c’est au fond la haine de soi. Il y est question de justice, de perte, de recherche de réponses, de culpabilité… Et c’est aussi un bel hommage aux mineurs. »

Concernant la version audio, bien entendu, l’histoire est toujours aussi bonne (et d’ailleurs, c’est le genre de roman qui bénéficie d’une relecture car on apprend des choses en fin de roman et en relisant, on voit les choses différemment!) Par contre, je dois avouer que si je n’ai rien de particulier à reprocher à cette lecture, je ne suis pourtant pas non plus sous le charme du lecteur. Il faut dire que le dernier Sorj Chalandon que j’ai écouté était lu par Féodor Atkine qui  était juste parfait. Je dirai que cette lecture était un peu « plate », un peu ordinaire et j’ai trouvé qu’il manquait un certain souffle. Ce n’est pas une mauvaise lecture loin de là, mais comme j’avais eu ce coup de coeur, j’en attendais plus.

Je ne vous le déconseille pas mais je ne le conseille pas en relecture 😉

Les avis de mes co-jurés Audiolib : Aproposdelivres,  Estellecalim,  Mes échappées livresques,

 Chez Sylire

 avec Meuraïe et Sandrine : Allons voir son avis!

La Tresse : Laetitia Colombani (lu par l’auteure, Rebecca Marder et Estelle Vincent)

Résumé de l’éditeur : « Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté. 

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.

Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.

Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est réservé et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité. »
Laetitia Colombani lit le récit de Sarah et les mots de la tisseuse
Rebecca Marder lit le récit de Giulia
Estelle Vincent lit le récit de Smita
Mon avis : 
J’avais très envie de lire ce roman et j’ai été vraiment contente de voir qu’il était dans la sélection du prix Audiolib. Malheureusement je ne peux pas dire que j’ai été sous le charme. J’ai trouvé que l’histoire était bourrée de clichés et que c’était très convenu et assez gnangnan. Je sais, ma « critique » ne vole pas bien haut, mais que voulez vous, parfois, on n’a rien de très brillant à dire… Et comme je me suis globalement assez ennuyée… De plus j’ai trouvé aussi qu’il y avait un petit côté roman « feel good » avec plein de « bons sentiments ».
Pour finir sur les points négatifs, j’ai, en plus, été très gênée par la lectrice qui lit les passage de Guilia car j’ai trouvé qu’elle surjouait un enthousiasme et une fausse fraîcheur, elle me faisait grincer des dents à chaque fois (c’est très personnel, je sais que d’autres lecteurs audio n’ont pas ressenti ça).
Pour contrebalancer avec quelques points plus positifs, j’ai aimé le personnage de Sarah et la manière dont ces passages étaient lus (par l’auteur d’ailleurs, c’est toujours agréable quand les auteurs lisent bien, ce n’est pas fréquent pour tout dire!). J’ai également aimé l’entretien avec l’auteur à la fin du roman. Mais malheureusement, j’ai été plus intéressée par ses intentions que par son texte…
Bref, c’est une roman qui se laisse écouter, ce n’est pas déplaisant mais je suis quand même passée à côté alors qu’il a eu un succès fou sur la blogo. Si vous avez aimé, dites le moi et si vous être plutôt comme moi, dites le moi aussi  que je me sente moins seule 😉
Les avis de mes co-jurés Audiolib : Meuraïe 

 Chez Sylire

 avec Wakanda : allons voir son avis!