Les amandes vertes Lettres de Palestine : Anaële et Delphine Hermans

Cette bande dessinée raconte l’échange de lettres entre deux sœurs, les deux auteurs. L’une d’entre elle part 10 mois en Palestine pour une organisme humanitaire et si la sœur restée en Belgique envoie des cartes postales de son quotidien ordinaire, celle qui est partie lui envoie de longues lettres depuis la Palestine qui sont retranscrites sous forme de récit dessiné.

On découvre ce pays avec les yeux de l’occidentale innocente qui prend conscience au contact des gens qu’elle fréquente là-bas de la réalité d’une vie en permanence dans le danger et dans l’incertitude. Elle est désabusée, elle n’arrive pas à accepter le « C’est normal » qu’elle entend sans cesse car rien n’est normal et tout semble si injuste.

Sans faire de politique, c’est plus un constat des conditions de vie de gens ordinaires et en cela c’est très touchant. Cela montre aussi à quel point c’est une situation bien compliquée. Beaucoup de questionnements sont soulevés et la jeune femme en apprendra aussi sur elle-même sur place.

Une lecture BD a mettre en parallèle avec « Chroniques de Jérusalem » de Guy Delisle.

Je n’ai pas été vraiment sous le charme des dessins mais le fond est intéressant.

 par ma Best

 deuxième ligne couleur

Les petites gens : Vincent Zabu et Thomas Campi

J’ai repéré ce titre chez Bulles d’Air un mercredi de la BD et elle m’a donné envie de lire cette BD alors je l’avais déjà croisée à la médiathèque sans jamais l’emprunter!

Cette bande dessinée raconte les vies de certaines personnes qui vivent dans la même rue. Paul, Monsieur Armand, Lucie, Louis et son papa, Irina…

Ils se croisent, se parlent, ou pas, ils ont des histoires personnelles qui les perturbent et leurs relations de voisinage vont petit à petit les aider à y voir plus clair dans leurs vies de « petites gens » assez ordinaires auxquels on peut tous s’identifier un peu et j’ai passé un bon moment en leur compagnie.

C’est une jolie tranche de vies et de communauté, parfois triste, parfois drôle souvent touchante. Mention spéciale au personnage de Monsieur Armand qui se fait passeur de livres avec sa bibliothèque improvisée dans son appartement du rez de chaussée, presque un médecin/psychologue littéraire!

Les couleurs chaudes, fauves sont vraiment agréables.