Ernest est un petit garçon de dix ans qui vit une vie bien austère avec sa grand-mère et son aide ménagère tout aussi âgée qu’elle. Il vit seul avec elle car sa mère est morte à sa naissance et son père est parti après son enterrement sans plus jamais donner de signe de vie. La vie chez Ernest est réglée comme du papier à musique et bien triste : il n’y a ni télé, ni téléphone. Sa grand-mère fait très attention à son alimentation : il ne faut pas manger sucré ou gras et la soupe est au menu de chaque dîner. Les seules distractions sont les devoirs, la lecture et une lettre que son grand-père a envoyée pendant la guerre est qui incompréhensible et qu’Ernest et sa grand-mère essaient tous les jours de déchiffrer. Dans cet appartement, on ne parle pas ou peu.

Ernest n’a jamais connu autre chose et à l’école, il est un élève sérieux et discret. Il ne se rend pas compte que toutes les filles le trouvent beau… Il traverse la vie sans vraiment la vivre…

Jusqu’à ce qu’une nouvelle élève arrive à l’école, s’assoit à côté de lui en classe et fait voler un vent de nouveauté dans la vie d’Ernest sans même se rendre compte qu’elle bouleverse son quotidien en étant tout simplement elle-même. Victoire de Montardent avec sa famille très nombreuse et survoltée et son franc parlé et sa bonne humeur (et n’ayons pas peur des mots, son sans gêne) elle bouscule la vie d’Ernest mais aussi de sa grand-mère…

Ernest qui a goûté un autre style de vie commence à s’interroger sur son passé, sur son père et finit aussi par parler à sa grand-mère.

J’ai bien aimé certains aspects de ce roman, comme le personnage de Victoire qui permet de balayer la triste de vie d’Ernest et de sa grand-mère en lui apportant tout simplement de la vie et j’ai aimé les sentiments et questionnements du petit garçon face à sa solitude et l’absence de parents. J’ai aussi été touchée par cette grand-mère qui semble s’être privée de sentiments pour se protéger de trop de souffrances. Mais j’ai trouvé que tout allait trop vite et surtout tout ce qui concernait le père de Ernest que j’aurais aimé voir plus développé (ou alors pas du tout).

C’est une histoire à la fois touchante et amusante mais qui manquait d’un petit quelque chose pour moi.

pour la catégorie « objet » de ma ligne jeunesse

Publicités

6 commentaires sur « Lettres de 0 à 10 : Susie Morgenstern »

    1. je n’en doute pas car il est quand même très bien et s’adresse à tout le monde mais il manquait un petit quelque chose pour moi (peut-être aussi parce que tant de personne m’en avait dit du bien que je m’attendais à plus?)

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s