J’avais noté ce titre dans ma LAL et c’est là que Lasardine l’a repéré pour me l’offrir car elle l’avait beaucoup aimé mais au moment où je l’ai lu je ne me souvenais plus trop de quoi il parlait. Je l’ai lu en une journée alors que j’étais en arrêt maladie et je dois dire que ce roman m’a littéralement cueillie…

Stéphanie est en couple depuis 10 ans, et avec son compagnon, ils décident d’avoir un enfant mais un couple sur 5 a des difficultés à concevoir et ils sont ce couple. Stéphanie est cette fille entourée de copines qui tombent enceintes, elle la fille qui regarde son paquet de tampons en se disant qu’elle ne va pas en racheter au cas ou elle n’en aurait pas besoin, elle est cette fille qui  calcule quand naîtra son enfant si elle tombe enceinte ce mois-ci, elle est celle qui doit entendre les conseils et les remarques qui se veulent bienveillantes (ou pas) qui blessent…

Elle est celle pour qui « procréer » remplace « faire l’amour », celle qui passe entre les mains des médecins et qui souffre, celle qui se met à calculer et compter, celle qui grossit sans pour autant devenir mère et puis celle qui s’aperçoit que l’envie d’enfant a peut-être fini par prendre le dessus sur l’envie et sur l’amour…

J’ai été très bousculée par cette lecture car j’ai eu l’impression que l’auteur parlait en quelque sorte de moi… un « moi » d’il y a quelques années… un « moi » d’il y a 18 ans, un « moi » d’il y a 10 ans, un « moi » d’il y a 4 ans… Cette fille, ça a aussi été moi par bien des aspects… Pas exactement traits pour traits (je ne suis pas passée par les FIV et autres) mais cette histoire m’a terriblement parlée et c’est tellement intime que c’est dur pour moi d’écrire ce billet…

J’ai beaucoup aimé ce roman qui est raconté un peu comme un journal. L’envie d’enfant est racontée comme un parcours souvent douloureux mais aussi une porte pour une certaine introspection et une découverte de soi. Personnellement, il a réveillé beaucoup de choses en moi.

Au niveau de la construction, il y a des retours en arrière, des articles, des extraits de romans (ce qui m’a le moins plu peut-être), des chapitres d’une ligne ou deux faits de témoignages : c’est un roman original et dynamique.

Je vous le conseille même si je suis consciente de ne pas réussir à en parler comme je le voudrais, comme souvent pour les lectures fortes.

Après-demain, je vous parlerai de la suite : Linea Nigra

 Lasardine : Merci beaucoup! (Pour voir son billet, cliquez sur son nom)

11 commentaires sur « Le syndrome de la vitre étoilée : Sophie Adriansen »

  1. Je l’ai repéré depuis un moment mais je n’ai jamais réussi à faire la démarche de me le procurer. J’ai peur que cela réveille trop de choses en moi… Je vis avec ma cicatrice mais j’y pense souvent quand même…

    Aimé par 1 personne

    1. Ta cicatrice est peut-être plus profonde et plus fraiche que la mienne et tu serais sans doute remuée c’est clair. Mais je me demande si ça ne m’a pas fait du bien aussi de voir ces choses écrites noir sur blanc 😘

      Aimé par 1 personne

  2. bin comment dire…comment dire….je ne pense pas le lire car je passerai totalement a cote…..bon je prefere ne pas me lancer dans des debats, surtout que cela te touche enormement….

    J'aime

  3. Bon je sens que ce n’est pas ma thématique mais Sophie Adriansen a d’autres romans qui devraient me parler. Ça fait un moment que j’aimerais découvrir sa plume (mais bon, PAL, LAL… toujours la même rengaine…).

    Aimé par 2 personnes

  4. Très contente de lire ton avis. Même si je ne suis pas passée par là (et encore moins quand j’ai fait cette lecture il y a un an), j’ai vraiment eu l’impression d’entrer dans la vie d’une de mes meilleures amies. Du coup, je lui en ai parlé vaguement mais je n’ai pas osé le lui conseiller parce que c’est tellement fort que chaque femme concernée aimera ou non lire ce livre. J’imagine bien que ça peut être « trop », vu comme moi ça m’a remué.

    Aimé par 1 personne

    1. mais il t’a parlé par rapport à ton amie et c’est intéressant je pense de voir l’envers du décors en quelque sorte. Ce roman m’a remuée même si j’ai fait le deuil d’un deuxième enfant, et que dès le début, ça n’a pas été simple pour moi d’en avoir un, mais ça fait du bien aussi de voir que nous ne sommes pas seules à passer par là.

      J'aime

    1. Clairement, j’ai été tout sauf indifférente mais je ne sais pas si c’est un livre que je conseillerai facilement. Le suivant dont je parle demain est beaucoup plus universel car il parle de grossesse et d’accouchement. Celui-ci reste dans une thématique très intime mais il est fort aussi!

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s