Le livre que je ne voulais pas écrire : Erwan Larher

Il n’est pas simple du tout de parler de ce roman…

Je n’avais pas été très emballée par « Marguerite n’aime pas ses fesses » mais quand j’ai lu le billet de Saxaoul concernant « Le livre que je ne voulais pas écrire », je me suis dit que j’allais lui laisser une seconde chance, car il me semblait que Erwan Larher allait traiter d’un sujet fort d’une façon différente.

De quoi s’agit-il? Erwan Larher était présent au concert des Eagles of Death Metal au Bataclan le soir du 13 novembre 2015 à Paris et il a été touché par une balle. Et pourtant, la vie d’Erwan Larher continue… Ses amis tentent de le persuader d’écrire sur cet événement, pour diverses raisons mais lui ne veut pas le faire…

Et puis, presque malgré lui, il écrit ce livre, qui est à la fois un témoignage très personnel et une sorte de portrait collectif ce ce qui s’est passé ce soir-là, un roman et un travail de réflexion sur l’écriture, un roman qu’il ne voulait pas écrire mais qu’il a parfaitement réussi.

Au coeur de ce roman, il y a bien sûr le drame, avant, pendant et après (et encore plus tard car l’après ne s’arrête pas si vite). Vous allez sans doute me croire naïve, car si comme tout le monde j’ai suivi de près ce qui s’est passé ce soir-là (même si j’ai évité les chaîne d’infos car je ne voulais pas voir trop de choses terribles), je dois vous avouer que j’ai pris conscience en lisant ce roman que pendant la fusillade, les gens hurlaient…  Mais il y a aussi beaucoup d’amour et d’amitié. Erwan Larher m’a donné l’impression d’être un homme plein d’amour!

Je ne sais pas trop quoi vous dire mais j’ai trouvé ce roman passionnant et plein d’humanité. Je l’ai lu à Paris et cela a ajouté un petit quelque chose à ma lecture. Je vous le conseille car il  apporte un regard très personnel et pourtant il m’a beaucoup parlé alors que je suis à mille lieues de l’auteur.

*

*

ma 3ème ligne pour la catégorie « objet »

J’inscris ce texte au Défi Livres de Argali