Challenge le Prix des Lectrices de ELLE

Le Prix des lectrices de ELLE c’est un prix qui fait choisir un roman, un documentaire et un polar à des lectrices comme vous et moi. J’y ai participé deux fois et j’ai fait de belles découvertes.
En 2014, j’ai eu envie de poursuivre cette aventure avec vous sous forme d’un challenge qui nous fera lire des livres (romans, documentaires et polars) ayant reçu le Prix des Lectrices de ELLE.

L’idée est de faire un challenge collaboratif pour rassembler le plus d’avis possibles sur les lauréats du Prix de ELLE (donc, pas de « compétition », vous pouvez en lire 1 comme en lire 20!). Le challenge est illimité dans le temps et j’accepte les liens rétroactifs et je précise que contrairement au magazine, j’ouvre ce challenge aux hommes aussi s’ils veulent participer! Et les non-blogueurs peuvent participer en laissant leurs avis dans les commentaires!

Chaque année, j’ajoute les nouveaux lauréats aux listes de livres faisant partie du challenge.

N’hésitez pas à vous inscrire et à m’envoyer vos liens si vous avez lus un de ces titres!

La liste des livres lus par les participants est ici!

Voici les titres : 

ROMANS
1970 : Arlette Grebel : Ce soir, Tania…
1971 : Michèle Perrein :  La Chineuse
1972 : Elvire de Brissac : Un long mois de septembre
1973 : Simone Schwarz-Bart  : Pluie et vent sur Télumée Miracle
1974 : Max Gallo  : Un pas vers la mer
1975 : Françoise Lefèvre  : La Première Habitude
1976 : Roger Boussinot  : Vie et mort de Jean Chalosse
1977 : Guyette Lyr  : La Fuite en douce
1978 : Hortense Dufour  : La Marie-Marraine
1979 : Jeanne Bourin  : La Chambre des dames
1980 : Marie-Thérèse Humbert  : À l’autre bout de moi
1981 : José-André Lacour  : Le Rire de Caïn
1982 : Clarisse Nicoïdski pour Couvre-Feux
1983 : Paul Savatier  : Le Photographe
1984 : Michel Ragon  : Les Mouchoirs rouges de Cholet
1985 : Frédéric Rey  : La Haute Saison
1986 : François-Marie Banier  : Balthazar, fils de famille
1987 : Jack-Alain Léger  : Wanderweg
1988 : Kenizé Mourad  : De la part de la princesse morte
1989 : Charles Juliet  : L’Année de l’éveil
1990 : Yves Beauchemin  : Juliette Pomerleau
1991 : Claire Bonnafé  : Le Guetteur immobile
1992 : Nicolas Bréhal  : Sonate au clair de Lune
1993 : Bernard Werber : Le Jour des fourmis
1994 : Gisèle Pineau : La Grande Drive des esprits
1995 : Paulo Coelho : L’Alchimiste
1996 : Daniel Picouly : Le Champ de personne
1997 : Élisabeth Gille : Un paysage de cendres
1998 : Tonino Benacquista : Saga
1999 : Nancy Huston : L’Empreinte de l’ange
2000 : Catherine Cusset : Le Problème avec Jane
2001 : Éric-Emmanuel Schmitt  : L’Évangile selon Pilate
2002 : Isabelle Hausser  : La Table des enfants
2003 : William Boyd : À livre ouvert
2004 : Philippe Claudel : Les Âmes grises
2005 : Philippe Grimbert : Un secret
2006 : Khaled Hosseini : Les Cerfs-volants de Kaboul
2007 : Duong Thu Huong pour Terre des oublis
2008 : Marie Sizun pour La Femme de l’Allemand
2009 : Claudie Gallay : Les Déferlantes
2010 : Véronique Ovaldé : Ce que je sais de Vera Candida
2011 : Kathryn Stockett : La Couleur des sentiments
2012 : Delphine de Vigan : Rien ne s’oppose à la nuit
2013 : Robert Goolrick : Arrive un vagabond
2014 : Laura Kasischke : Esprit d’Hiver
2015 : Anthony Marra : Une constellation de phénomènes vitaux
2016 :  Jean-Luc Seigle :  Je vous écris dans le noir
2017 : Leila Slimani :  Chanson Douce
2018 : Anna Hope : La salle de bal
(ex-aequo) :
2019 :  La vraie vie de Adeline Dieudonné
2019 : Le Chant des revenants de Jesmyn Ward

DOCUMENTAIRES
1992 : Anne Borrel, Alain Senderens et Jean-Bernard Naudin : Proust, la cuisine retrouvée
1993 : Catherine Audard :Le Respect, de l’estime à la déférence: une question de limite
1994 : Alexandra Lapierre : Fanny Stevenson
1995 : Henriette Walter : L’Aventure des langues en Occident
1996 : Shusha Guppy : Un jardin à Téhéran
1997 : Serge Toubiana et Antoine de Baecque : François Truffaut
1998 : Evelyne Bloch-Dano : Madame Zola
1999 : Laurent Greilsamer : Le Prince foudroyé, la vie de Nicolas de Staël
2000 : Sabine Melchior-Bonnet et Aude de Tocqueville : Histoire de l’adultère
2001 : François Bizot : Le Portail
2002 : Wladyslaw Szpilman : Le Pianiste
2003 : Jean-Pierre Perrin : Jours de poussière – Choses vues en Afghanistan
2004 : Fabienne Verdier : Passagère du silence
2004 : Anna Politkovskaïa : Tchétchénie, le déshonneur russe
2005 : Azar Nafisi : Lire Lolita à Téhéran
2006 : Charles Dantzig : Dictionnaire égoïste de la littérature française
2007 : Dominique Bona : Camille et Paul, la passion Claudel
2008 : Wangari Maathai : Celle qui plante les arbres
2009 : Jean-Paul Mari : Sans blessures apparentes
2010 : Éric Fottorino : L’Homme qui m’aimait tout bas
2011 : Benjamin Stora avec Tramor Quémeneur : Algérie 1954-1962
2011 : Anne-Marie Revol : Nos étoiles ont filé
2012 : Helene Cooper : La Maison de Sugar Beach
2013 : Rithy Panh : L’Élimination
2014 : Emmanuelle Bernheim : Tout s’est bien passé
2015 : Pauline Guéna et Guillaume Binet : L’Amérique des écrivains : road trip
2016 : Marceline Loridan Ivens : Et tu n’es pas revenu
2017 : Mathias Malzieu :  Journal d’un vampire en pyjama
2018 : Delphine Minoui : Les passeurs de livres de Daraya: une bibliothèque secrète en Syrie
2019 : L’empreinte de Alex Marzano-Lesnevich

POLARS
2002 : Fred Vargas : Pars vite et reviens tard
2003 : Harlan Coben :Ne le dis à personne
2004 : Dennis Lehane : Shutter Island
2005 : Dominique Sylvain : Passage du désir
2006 : Mo Hayder : Tokyo
2007 : Arnaldur Indriðason: La Femme en vert
2008 : Marcus Malte : Garden of Love
2009 : Caryl Férey : Zulu
2010 : Jesse Kellerman : Les Visages
2011 : Lisa Gardner : La Maison d’à côté
2012 : Jussi Adler-Olsen : Miséricorde
2013 : Gillian Flynn : Les Apparences
2014 : Ian Manook : Yeruldelgger
2015 : Mechtild Borrman : Le violoniste
2016 :  Jax Miller : Les Infâmes
2017 : Olivier Norek : Surtensions
2018 : Eva Dolan : Les chemins de la haine
2019 : Né d’aucune femme de Franck Bouysse

La guerre des Lulus (Tomes 1-5 : 1914-1918) : Régis Hautière et Hardoc (Billet avec Bastien)

Je ne vais pas rentrer trop dans les détails de cette série pour ne pas gâcher la découverte de chaque tome.

Tome 1 : 1914 « La maison des enfants trouvés »

La première guerre mondiale vient de commencer et à l’orphelinat, les « Lulus » sont quatre copains qui font les 400 coups : Lucien, Luigi, Ludwig et Lucas. Le jour où tous les garçons de l’orphelinat sont évacués avec les deux curés ainsi que tout le village, les garçons étaient partis jouer dans la forêt dans leur cabane. A partir de là, ils se retrouvent seuls au monde et vont devoir apprendre à se débrouiller pour survivre malgré le manque de nourriture et les soldats allemands.

Dans ce premier tome, ils font la connaissance de Luce, une jeune Belge qui a perdu ses parents sur la route de la fuite de la guerre. Une « Lulu » de plus pour vivre des aventures.

Tome 2 : 1915 « Hans »

Dans ce tome, les Lulus font la rencontre de Hans, un soldat allemand qui a déserté et qui va s’occuper d’eux pour les aider à traverser l’hiver. Les enfants réalisent que la nationalité ne fait pas tout et que derrière un soldat peut se cacher une personne réellement bonne. Grâce à Hans ils apprennent beaucoup.

 avec Blandine : allons voir son avis

Tome 3 : 1916 « Le tas de briques »

Les Lulus prennent la route pour s’éloigner de leur forêt et ils rencontrent un vieil homme qui leur conseille de rejoindre la ville pour passer inaperçus. Là, ils vont passer du temps dans le « familistère » ou « tas de brique », un grand bâtiment communautaire où ils sont protégés pendant un moment par les habitants malgré la présence des allemands.

Mais ils doivent à nouveau partir pour ne pas se mettre en danger ou mettre en danger les personnes qui les ont aidé.

Tome 4 : 1917 « La déchirure »

Après une aventure malheureuse à cause d’une erreur de train (aventure qui sera racontée dans une autre série d’après ce que j’ai compris), les Lulus se retrouvent en Belgique. Les jeunes font la connaissance d’un photographe ambulant qui va les prendre sous son aile pour les aider à rejoindre le village de Luce.

Une fois que la jeune fille a retrouvé sa grand-mère, la route des Lulus va se séparer -à contre coeur- car les garçons estiment qu’ils doivent éviter de mettre Luce et sa grand-mère en danger par leur présence.

Mais les aventures sont loin d’être finies et semblent même prendre une tournure bien noire.

Tome 5 : 1918 « La Der des  ders »

Dans ce tome, les Lulus se retrouvent dans un groupe de résistants et doivent faire certains sacrifices pour tenter d’infiltrer les troupes allemandes et donner des informations à leurs protecteurs. Ils découvrent de plus près les horreurs du front.

L’album se termine sur un des Lulus adulte et évidemment, on a envie d’en savoir plus…

Pour conclure :

Cette série est vraiment réussie. Cette bande de jeunes d’âges différents et de caractères différents qui se disputent souvent mais qui savent aussi  se serrer les coudes dans les moments dramatiques est assez réaliste. On les voit évoluer, grandir (Luce a ses premières règles sans savoir ce qui lui arrive dans le deuxième tome… ce que j’ai dû aussi expliquer à Bastien 😉 ), les garçons tombent tous plus ou moins amoureux de la jeune fille, les aînés font les coqs pour savoir qui est le chef…

Ils traversent la guerre sans trop savoir ce qui se passe mais découvrent très vite qu’il faut savoir se cacher, chercher à manger et faire confiance -ou pas- aux gens qu’ils rencontrent…

C’est une histoire de la première guerre mondiale mais aussi une histoire d’amitié très forte.

A découvrir en famille! Bastien a dévoré les 5 tomes!

Et la bonne nouvelle c’est qu’il y a une suite (ou une plutôt un complément) puisque à la fin du dernier tome, les auteurs annoncent « La guerre des Lulus : La perspective Luigi »! (qui sort début juin!)

Voici l’avis de Bastien (8 ans et demi-CE2) pris sous la dictée sans que je ne change un mot (et sans qu’il ait eu connaissance de mon avis) :

« C’est quatre enfants qui vivent la guerre et s’appellent les Lulus. Un jour, ils vont rencontrer un cinquième enfant et vont devoir se débrouiller seuls en pleine guerre. Ils vivent des aventures mais dans le dernier tome, ils devront se séparer.

J’ai bien aimé la série! Parce que ça raconte la guerre et on se rend compte que c’était compliqué de vivre en pleine guerre. C’était amusant parce qu’ils vivent des aventures, mais il y a des passages qui sont tristes et les personnages ont peur durant la traversée de la guerre.

Les illustrations du livre sont bien faites. Et à la fin de chaque tome, il y a des petites illustrations dessinées bizarrement (note de la maman : ce sont des croquis).

La suite a l’air bien!

Je le conseille à ceux qui aime lire! »

  chez Noukette

 3ème ligne « prénom »