Au fond de l’eau : Paula Hawkins (lu par Julien Chatelet, Clémentine Domptail, Ingrid Donnalieu, Marie-Eve Dufresne et Lola Naymark)

Julia (qui veut qu’on l’appelle Jules) revient sur les lieux de son passé douloureux quand elle a été appelée après la mort de sa soeur Nel, noyée dans la rivière qui traverse Beckford. Tout porte à croire que c’est un suicide, même si Jules, qui n’a pas vu sa soeur depuis des années, a du mal à y croire. Lena, la fille de Nel, elle, semble en être persuadée. Jules est très mal à l’aise car sa nièce de 15 ans ne semble pas affectée par la mort de sa mère, juste en colère.

Quelques mois plus tôt, la meilleure amie de Nel avait également été retrouvée noyée dans cette même rivière et la mère de la jeune fille en voulait énormément à Nel qu’elle juge responsable ou en tout cas, qu’elle accusait d’avoir influencé sa fille à cause du travail qu’elle effectuait sur l’écriture d’un livre concernant les suicides dans la rivière du village. En effet, cette rivière a été un lieu de jugement par la noyade de sorcières, dans le passé, mais également un lieux où des femmes se noyaient volontairement.

Cela avait d’ailleurs été aussi le cas de la mère du policier en charge de l’enquête, quand ce dernier était enfant.

Le roman raconte donc la vie de ce village à différentes époques puisqu’il y a aussi des retours sur l’enfance de Nel et Jules (et tout le bagage psychologique que les deux soeurs portaient depuis ce temps là et qui a façonné leurs relations) et plus loin aussi avec l’évocation d’autres femmes mortes par l’eau, et la mort de la jeune ado plus récemment.

Chaque personnage s’exprime en alternance et apporte un éclairage à ces différentes parties du récit et cela devient une enquête plus profonde qu’on aurait pu le penser.

J’ai beaucoup aimé ce roman et j’ai immédiatement pensé à la série télévisée « Broadchurch« . Je me suis dit que ce roman ferait un très bon scenario pour une quatrième série! Tous les ingrédients sont là : des histoires personnelles pour chaque villageois qui sont tous plus ou moins impliqués dans quelque chose, qui ne disent pas tout sur eux ou sur le passé. Des personnages bien définis et un personnage de policier qui arrive de l’extérieur, qui ne connait pas les tenants et les aboutissants de cette micro société et qui a un point de vue extérieur.

La version audio avec de nombreux lecteurs rend l’histoire très claire et dynamique.

Je vous recommande ce roman.

 Chez Sylire

 par Sylire (cliquez pour lire son avis)

  chez Lou et Cryssilda

La fille d’avant : JP Delaney (lu par Ingrid Donnadieu et Floriane Muller)

Le roman est construit avec les histoires de deux femmes qui s’alternent, deux femmes qui ont de nombreux points communs. Il y a Jane et Emma, qui est la fille d’avant…

Tout d’abord, Emma et son petit ami cherchent un appartement à Londres mais c’est compliqué car Emma a été agressée lors d’un cambriolage dans leur logement et elle est encore angoissée. En parallèle, Jane qui vient de subir un deuil traumatisant, cherche un logement pour changer d’air…  Alors les agents immobiliers leur parlent d’un logement très particulier… Il s’agit du « One Folgate Street » (pourquoi est-ce que le traducteur ne l’a pas appelé le « 1 (un) Folgate Sreet »?) une maison ultra minimaliste, moderne, une oeuvre par un architecte exigeant qui ne laisse pas n’importe qui vivre dans ses murs. En effet, Edward Monkford, son créateur, choisit les locataires sur dossier aux questions très personnelles et sur entretien et s’il accepte quelqu’un, il lui impose des règles d’usage extrêmement strictes pour pouvoir loger dans cet espace censé être parfait, neutre, froid et pourtant apaisant… et d’accepter un certain « flicage » technologique…

On comprend que ces deux femmes appartiennent à des périodes différentes et pourtant, toutes deux vont tomber sous le charme de Edward Monkford, sorte de parfait gentleman, riche et excentrique. Elles vont commencer une relation amoureuse avec lui.

Mais les choses prennent une tournure différente quand Jane apprend que Emma est morte au One Folgate Street. Elle veut en savoir plus et mène une enquête pour savoir ce qui s’est réellement passé et pour comprendre les relations qu’il y avait entre Edward et Emma.

Ce roman est un thriller psychologique que j’ai beaucoup aimé car avec l’alternance des points de vue on découvre des similitudes entre les deux femmes qui font froid dans le dos et on se demande jusqu’où elles auront la même vie. On s’interroge aussi sur la réelle personnalité de tous les protagonistes car ce qu’on sait des uns et des autres est forcément présenté de façon partiale et on doit démêler le vrai du faux. Il y a un effet de répétition que j’ai trouvé intéressant.

Au niveau de la version audio, il y a deux lectrices mais je dois avouer que je n’arrivais pas vraiment à les distinguer (ce qui n’était pas gênant non plus vu que chaque chapitre commence par le nom du personnage féminin dont on va suivre l’histoire). Je pense que quitte à choisir deux lectrices autant choisir deux types de voix vraiment différentes. Là, ça aurait pu être la même lectrice qui modifie un peu sa diction, ça n’apportait pas forcément un vrai plus.

 Chez Sylire

 avec Sylire (Cliquez pour lire son avis)

 par Estellecalim (cliquez pour lire son avis)

catégorie « passage du temps »

  chez Lou et Cryssilda