Adam est père au foyer -officiellement, il est universitaire qui est sensé aussi écrire un livre sur la reconstruction de la cathédrale de Coventry. Mais il est surtout celui qui s’occupe de tout dans la maison et pour ses deux filles, Miriam, 15 ans et Rose qui est en primaire, pendant que sa femme, Emma, passe des journées extrêmement longues à travailler en tant que médecin généraliste.

Un jour, la routine de leur vie est chamboulée quand pour une raison inconnue et mystérieuse Miriam a arrêté de respirer et son coeur s’est arrêté avant d’être sauvée juste à temps… Elle va passer de longues journées à l’hôpital pour essayer d’éclaircir ce qui s’est passé dans son corps.

Mais cet événement ouvre les portes de l’angoisse des parents et plus particulièrement de Adam qui est le personnage au centre du roman. C’est une réelle rupture dans ses certitudes, il a maintenant toujours peur pour sa fille, pour ses filles et pourtant la vie doit continuer.

Cette période ouvre aussi un questionnement sur sa vie de couple, sur les ressentiments qu’il éprouve envers sa femme. Ici, les rôles sont inversés et c’est l’homme qui a le rôle du quotidien et la femme qui se perd dans le monde professionnel. D’autant plus qu’étant médecin et n’ayant pas de réponse concernant la santé de leur fille, elle ne se sent pas particulièrement utile.

Il y a aussi des retours sur le père d’Adam qui était un hippie pur produit des années 60 auprès duquel il a vécu une enfance dans une communauté sur la côte sauvage anglaise. Il y a aussi des passages entiers sur le travail de recherche d’Adam la cathédrale de Coventry après le bombardement de la deuxième guerre mondiale. Et si ces passages semblent peut-être détachés de l’histoire de base, il y a malgré tout un lien dans l’idée de se définir, de se reconstruire, de trouver sa place dans le monde à plusieurs niveaux.

Le titre anglais « The tidal zone » signifie zone de marée et cela correspond bien à mon avis à ce roman.

J’ai beaucoup aimé cette histoire qui raconte une tranche de vie d’une famille pas tout à fait ordinaire qui essaie de vivre le plus normalement possible malgré des changements.

C’est très bien écrit avec des personnages vraiment réalistes et auxquels on peut s’identifier. Je les ai trouvés tous touchants à leur manière. Je vous recommande ce roman.

 chez Antigone

  chez Lou et Cryssilda

pour ma 2ème ligne « passage du temps »

10 commentaires sur « The tidal zone (Après la fin) : Sarah Moss »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s