Coup de talon : Sylvie Deshors

Laure et Lucie sont deux soeurs. Elles sont proches et partagent la passion de la natation. Un jour, Laure, l’aînée, se fait agresser dans le métro : 5 garçons s’en prennent à elle pour lui voler son sac mais surtout, ils la mettent par terre et la touchent de façon inappropriée. Ce jour là, elle était en jupe et elle est persuadée que c’est sa tenue qui l’ont fait la cibler, elle.

Lucie, la narratrice, s’en veut parce qu’elle n’a pas assisté à la scène car elle parlait avec une amie et elle se sent coupable, n’ayant pas pu protéger sa soeur. Laure refuse absolument de mettre qui que ce soit au courant, même pas leurs parents. Elle commence à dépérir, se coupe des autres, s’habille pour se camoufler, arrête d’aller à ses cours de natation. Ses résultats scolaires en pâtissent.

Avec ses amis, Lucie essaie par tous les moyens de remontrer le moral de sa soeur pour lui faire reprendre le cours normal de sa vie, mais la déprime s’installe. C’est juste quand elle arrive à en parler avec un groupe d’amies qu’elle commence à prendre conscience qu’être une fille ne veut pas dire être une victime.

Je suis partagée par cette lecture. Le sujet de base est intéressant : le fait que les fille, même jeunes, peuvent subir des violences sexuelles et qu’il faut en parler à quelqu’un. Mais j’ai aussi trouvé que le format était un peu court et que du coup c’était un peu léger, un peu rapide. Mais si le message passe auprès des ados qu’il ne faut pas s’isoler et communiquer, c’est le plus important.

La fille seule dans le vestiaire des garçons : Hubert Ben Kemoun

Hubert Ben Kemun est un auteur que j’aime bien. Il sait parler des adolescents.

Dans ce roman, le personnage principal est Marion, une jeune fille de 3ème. Elle est un peu à part, un peu intello, passionnée de musique, elle écrit aussi des textes. Elle ne se laisse pas faire quand Enzo le caïd lourdingue du collège commence par la draguer puis lui pique son sac et lui vole un baiser et ils finissent par se battre, Marion le laissant sur le carreau après un coup mal placé : une petite guerre est ouverte entre eux et la clique d’Enzo…

Ca n’aurait pas tracassé Marion plus que cela si le soir même, elle s’apercevait qu’elle n’avait plus son cahier sur lequel elle écrit les textes de ses chansons et sur lequel elle se confie sur sa situation familiale compliquée (sa mère qui a été abandonnée par leur père quelques années auparavant se jette à coeur perdu dans les rencontre par internet) et son manque de confiance en elle notamment sur son physique. Persuadée que c’est Enzo qui lui a pris lors de leur dispute, elle le lui réclame le lendemain et c’est un autre Enzo qui se présente à elle : plus sensible, plus tendre. Il lui laisse entendre qu’il s’intéresse à elle et que c’est à cause de ses copains qu’il a agit mal avec elle car il ne voulait pas montrer ses sentiments devant eux. Elle se laisse attendrir et accepte un rendez-vous à deux au parc.

Lors de ce rendez-vous, elle s’est pomponnée et sous le charme du garçon, elle se laisse emporter par le moment, se laisse embrasser et toucher jusqu’à ce qu’Enzo arrête tout et dévoile que ses copains ont tout filmé car c’était un coup monté.

La vidéo se retrouve sur Youtube et devient virale et c’est le début d’une spirale de honte et de mal-être pour Marion qui n’ose pas se confier à ses parents. Elle décide de se venger mais cela va empirer la situation. Heureusement, elle va pouvoir compter sur d’autres garçons qui ne sont pas tous sur le modèle d’Enzo et ses copains.

Ce roman est fort et dur car on voit vraiment bien comment on peut se faire avoir par de beaux parleurs qui manipulent les sentiments de certaines personnes (et ce à n’importe quel âge). On voit aussi les dégâts du cyber harcèlement avec les vidéos Youtube et à quel point cela peut détruire des gens.

Ce roman est aussi à faire lire aux parents car on constate que la mère n’est pas forcément assez attentive à sa fille car elle est perdue dans ses propres soucis mais que la communication est essentielle avec ses ados.

J’ai beaucoup aimé ce roman, réaliste et juste mais également rythmé et avec un zest de thriller quand les copains d’Enzo veulent se venger et un zest d’humour avec Barnabé, le petit frère de Marion, enfant précoce de 8 ans qui vit dans sa petite bulle décalée et un zest d’amour aussi car il y a de l’espoir. Un bon mélange et une bonne découvert.