J’ai trouvé ce livre dans une boîte à livre et je l’ai pris car j’avais vu cette couverture passer sur beaucoup de blogs et quand ce titre a été tiré au sort pour le Book Jar, j’ai eu beaucoup de retour positifs mais une amie m’a aussi dit qu’elle avait trouvé que c’était « gentillet » et franchement, je suis désolée pour toutes celles qui ont adoré ce roman mais pour ma part, j’ai aussi trouvé ça « gentillet »…

Pour être franche, si je l’ai lu jusqu’au bout c’est uniquement parce que ça se lit très vite (grosse police sur pages épaisses (ne soyez pas effrayés par sa taille).

Tout d’abord, je n’ai pas cru une seconde au personnage de psychologue qu’est Julia qui fait un remplacement dans une maison de retraite. A part aller parler avec les pensionnaires en prenant le café, je n’ai pas bien compris ce qu’elle faisait en tant que psychologue (je serais vraiment curieuse d’avoir l’avis d’une vraie psychologue en maison de retraite.)

Quand elle arrive, elle est un peu au fond du trou : elle a perdu son père et sa grand-mère et son copain l’a quittée et elle vient à Biarritz dans cette maison de retraite avec plein d’a priori sur les personnes âgées mais très rapidement (très très rapidement…) elle s’attache à eux car à part un homme, ils sont tous adorables (tous …).

Elle devient amies avec les autres membres du personnels qui sont aussi ses voisins et évidemment (évidemment…) il y a des histoires d’amour parmi les jeunes et parmi les vieux… Bon, il y a des petits secrets et des plus gros, des rebondissements, des moments tristes et des moments drôles.

Je ne peux pas dire que j’ai détesté, j’ai même été émue par moments et il y a des jolies idées parfois mais j’ai globalement trouvé ça sans grand intérêt car un peu trop plein de bons sentiments et de clichés… J’ai coché plein de pages avec des phrases qui m’ont vraiment gênées par leur caractère « cucul »… Mais je ne m’inquiète pas pour ce roman, j’ai fait un petit tour sur Babelio et je n’ai vu qu’un seul avis aussi négatif que le mien (sur 30 pages d’avis!) et j’ai vu énormément de coups de coeur… ce que je n’arrive pas du tout à comprendre… Mais je pense que la leçon que je dois tirer de cette lecture c’est que le « feel good » n’est pas vraiment ma tasse de thé…

 

 chez Antigone

12 commentaires sur « Tu comprendras quand tu seras plus grande : Virginie Grimaldi »

  1. Et bin j’en connais une..et ce n’est vraiment pas le reve de boulot (je la suis sur FB, si cela t’interesse vraiment de savoir, je te la presente)…..bref un feelgood quoi….en effet pas pour moi…..;)

    J'aime

      1. voila la reponse de mon amie « Oui je connais, je l’ai lu l’année dernière et…. j’ai détesté! Écriture pourrie, héroïne énervante et histoire invraisemblable… pas du tout représentatif du boulot de psy en maison de retraite! En bref j’ai pas aimé du tout! « 

        J'aime

      2. Aaaaah… ça me rassure, je me sens moins seule (et surtout, ça confirme mon impression sur le boulot de psy en maison de retraite) 😉

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s