Ce titre m’a sauté aux yeux à la médiathèque quand je cherchais un titre jeunesse pour Québec en Novembre car Chicoutimi est une ville québécoise où je suis allée quand j’ai rendu visite à Karine en 2017. Bon, je sais que Karine et Yueyin veulent que les auteurs soient québécois et j’ai réalisé que Jean-Jacques Busino était Suisse MAIS il a non seulement été au Québec pour l’écrire mais en plus, il a été écrit AVEC des enfants de Chicoutimi dans le cadre d’ateliers d’écriture. Vous pouvez en savoir plus en cliquant ici.

L’histoire a pour personnage central Jeff, un jeune garçon qui vient de Suisse avec son père. La mère de Jeff est décédée il y a peu et son père a repris une exploitation agricole au Québec. Jeff va à l’école à Chicoutimi où le directeur est un incapable qui pense plus à ses intérêts que ceux de l’établissement et des élèves et il accuse Jeff injustement d’un méfait qui entraîne son exclusion de l’école malgré les récriminations des professeurs. Les autres enfants de l’école se rebellent car l’un d’entre eux sait que ce n’est pas Jeff le coupable et ils font grève.

En parallèle, Jeff et son père profite de son « congé » forcé pour découvrir la nature québécoise si nouvelle et si grande pour lui qui vient de la « petite Suisse ». Il est passionné de photographie et fait la rencontre d’un bébé orignal qu’il va soigner c’est aussi l’occasion pour lui de se rapprocher de son père.

Il y a aussi une découverte des Premières Nations au travers du personnage de Lune Blanche, le fils de l’Amérindien qui travaille sur la ferme du père de Jeff. Il représente la nouvelle génération des Indiens qui veulent respecter des traditions tout en étant ancré dans la société moderne.

Il y a plein d’éléments intéressants mais je dois dire que j’ai trouvé que ça partait un peu dans tous les sens au lieu de se concentrer sur certains aspects. C’est un peu dommage. Mais peut-être que ça tient de l’origine de l’écriture du roman par les échanges avec des jeunes et du coup, l’auteur a peut-être voulu utiliser toutes leurs idées?

*

*

*

 

   chez Karine:) et  Yueyin

6 commentaires sur « Chicoutimi : Jean-Jacques Busino »

  1. Combien de pages ça fait, car oui, ça semble être un peu trop d’idées qui ne sont pas assez développées et il aurait plus fallu que ce soit un roman adulte abordable aux jeunes. Ou un long roman jeunesse, parce que oui, les jeunes sont capables de lire des récits longs. Il faut arrêter de les prendre pour des cons.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s