L’Iran a une place particulière dans mon coeur depuis que j’y suis allée en 2007.

Maryam, le personnage central, alter-ego de l’auteur, se raconte et raconte sa famille mais il n’est pas simple de résumer ce livre (peut-on réellement parler de roman, tant ce texte semble autobiographique?) car ce n’est pas linéaire. On passe d’une époque à une autre, d’un âge à un autre, d’un pays à un autre et pourtant, cela ne m’a pas paru décousu du tout. Tout tombe en place naturellement. L’écriture s’adapte aux différentes parties.

Concernant la trame, Maryam est née en Iran de parents communistes qui se battent pour libérer leur pays lors de la révolution iranienne. Elle raconte la vie de sa famille dans l’Iran des imams dans des conditions difficiles de militants politiques. Puis elle raconte aussi l’exil quand avec sa mère, elle rejoint son père à Paris et c’est l’histoire du déracinement et de l’appropriation d’une nouvelle identité. Une culture qui a du mal à cohabiter avec l’autre.

Au-delà des faits, cette histoire est celle de la langue : celle de la famille, du passé de l’histoire et celle qui devient sienne au risque de devoir rejeter le passé. Et puis l’identité se forge de toutes ces parcelles de vies. C’est aussi un livre qui apporte un éclairage sur ce qui peut passer dans la tête des enfants réfugiés qui suivent leurs parents en exil.

C’est passionnant, c’est bien écrit, c’est émouvant et j’ai beaucoup aimé ce texte même si je ne sais pas du tout comment vous en parler.

La version audio est lue par l’auteure et au début j’ai eu un peu de mal à me faire à sa façon de lire puis c’est devenu évident, elle racontait cette histoire avec sincérité et le rythme de sa lecture collait bien au texte.

Pour la petite histoire, je ne l’avais même pas terminé que j’ai décidé d’acheter la version papier pour ma belle-soeur qui est enseignante auprès des enfants migrants car il y a tout une réflexion sur l’intégration, sur la langue et l’identité que j’ai trouvé très touchante et qui ne peut que plaire aux gens ouverts sur les autres.

A lire!

 Chez Sylire

catégorie « objet » de ma ligne audio

Merci à 

10 commentaires sur « Marx et la poupée : Maryam Madjidi (lu par l’auteure) »

  1. J’ai eu la chance de rencontrer l’auteur et c’était un moment passionnant. Elle nous a raconté plein d’anecdotes sur l’Iran d’hier et d’aujourd’hui, les réflexions qu’on lui fait parfois, etc. Moi aussi, j’ai offert son livre 😉 !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s