Yann Koad est un très jeune journaliste franco-américain du magazine « Reporter ». Le 2 janvier 1965, alors que toute la rédaction est malade, le patron n’a pas d’autre choix que d’envoyer sa jeune recrue inexpérimentée aux Etats-Unis pour couvrir les actions du mouvements des droits civiques pour les Noirs.

A New York, il retrouve le photographe Roberto Cagliari, un vieux de la vieille, rompu aux reportages de guerre qui n’est pas plus impressionné que cela par la situation (avec quelques relents colonialistes par dessus le marché). Tous deux vont à Selma, en Alabama.

Cette BD est l’occasion de montrer par les yeux de Yann, qui découvre tout en direct, de plein fouet, que le racisme et la ségrégation ont un poids énorme dans le Sud particulièrement lorsqu’ils sont physiquement pris à parti par des membres du Ku Klux Klan.

Au contact des groupes de défenseurs des droits civiques, il découvre les différentes organisations, les gens qui marchent pour la liberté et aussi l’implication du FBI et de la politique. On rencontre Malcom X (Yann assiste même à son assassinat), on marche entre Selma et Montgomery, on entend Martin Luther King…

Et puis, il y a une enquête pour résoudre le meurtre d’une activiste blanche des droits civiques.

Cette BD est assez intéressante du point de vue historique et politique mais je dois avouer que je ne suis pas vraiment emballée car elle est un peu fouillis. Et puis il y a des incohérences avec le personnage de Yann qui est complètement irréaliste… Ce jeune blanc de moins de 21 ans qui, certes, est franco-américain (mais qui dit lui-même au début qu’il ne connait pas vraiment son père), se fait parfaitement comprendre de tous et réussit à avoir des contacts avec le FBI… Et puis, la manière dont il suit les membres du KKK de son propre chef…. Ce jeune homme serait déjà mort 10 fois dans la vraie vie et franchement, cela a fini par m’agacer 😉

De plus, je n’ai pas aimé les dessins qui me semblent vraiment d’un autre temps (on dirait une BD des années 70), ce n’est vraiment pas mon genre.

Pour découvrir les mouvements des droits civiques en BD je vous conseille vraiment de lire (cliquez sur les images pour voir mes avis) :

Le film « Selma » est aussi très intéressant :

catégorie « lieu » de ma ligne BD

  chez Stephie

26 commentaires sur « Reporter T1 -Alabama 1965- Bloody Sunday, Une marche pour la liberté : Renaud Gareta, Jonathan Granier, Kid Toussaint »

    1. j’ai l’impression que l’auteur a voulu faire « aventure » mais avec un tel sujet historique, il ne fallait peut-être pas trop se disperser. Le fond est bon mais la forme un peu moins (à mon avis) 😉

      J'aime

    1. Tu as raison! Peut-être que si j’avais commencé par celui-là, j’aurais peut-être aimé mais Wake up America est tellement au-dessus que la comparaison ne tient pas!

      J'aime

  1. Je n’étais pas très tentée par le sujet, mais tes bémols sur les incohérences scénaristiques ne me donnent pas envie d’aller voir plus loin dans cet album… Désolée…

    J'aime

Répondre à caro Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s