Ruby tête haute : Irène Cohen-Janca et Marc Daniau

L’histoire de cet album commence de nos jours dans une école et la maîtresse montre un tableau aux enfants et leur demande ce qu’ils imaginent en le voyant. Ce jour là, il s’agit de « The problem we all live with » de Norman Rockwell. Elle ne leur dit rien dessus et les enfants apportent leurs hypothèses sur cette petite écolière noire entourée de 4 hommes en costume…

Le lendemain, elle leur raconte l’histoire de Ruby Bridges qui a 6 ans fut le première petite fille à intégrer une école d’enfants blancs à New Orleans (on parlait alors de « integrated schools »), à la fin de la période funeste de la ségrégation. La réaction des parents et des habitants est si hostile que d’une part les enfants blancs sont retirés de l’école par leurs familles mais qu’en plus de devoir suivre les cours toute seule, Ruby doit être protégée par des « US Marshalls » car chaque jour elle est insultée et attaquée par une foule en rage.

J’ai toujours trouvé cette histoire poignante car Ruby, du haut de ses 6 ans, est tellement déterminée et forte et innocente en même temps. Peu d’élèves de nos classe accepteraient et auraient le courage de traverser ces épreuves juste pour étudier et elle l’a fait. Elle est devenue un symbole de cette fin de la ségrégation, à juste titre!

Les dessins sont vraiment vivants et illustrent bien le texte. Pour voir des images, cliquez ici!

Je parle aussi de Ruby Bridges à mes 3e. Voici la vidéo d’une chanson que je leur fais écouter pour en savoir plus sur Ruby Bridges (cliquez sur la photo de la vraie Ruby pour accéder à la vidéo) :

Un document sous-titré en français sur Ruby Bridges  :

La rencontre de Ruby Bridges et Barack Obama autour du tableau de Norman Rockwell (en anglais) :

Aussi chez Mistikrak, une blogueuse que j’ai découverte cette année et qui a la particularité de parler de littérature jeunesse traitant de personnages noirs ou métisses et qui est une mine pour ceux qui cherchent des idées de lectures jeunesse pour le challenge 😉

Un autre texte parlant de l’intégration d’élèves noirs dans des écoles blanches au moment de la « desegregation » :

 sélection CM2-6e

 catégorie « partie du corps » pour ma ligne jeunesse

 sélection CM2-6e

I have a dream : Martin Luther King (et son illustrateur Kadir Nelson)

J’ai découvert cet album par hasard à la médiathèque et j’ai tout de suite été attirée par les illustration de l’artiste Nelson Kadir que mon amie Mrs B m’avait fait découvrir. Je l’ai tellement aimé que je l’ai ensuite acheté en anglais (et aussi un pour mon amie 😉

Cet album est centré sur le discours « I have a dream » de Martin Luther King qu’il a prononcé le 28 août 1963 sur les marches du Lincoln Memorial à Washington devant 200.000 personnes à la suite de la fameuse « Marche sur Washington » pour les droits civiques.

Les parties les plus fortes du discours sont reproduites et magnifiquement illustrées. Ce discours est très important et personnellement, je fais découvrir une partie à mes élèves de 3e et je leur fais apprendre par coeur deux extraits :

« I have a dream that one day on the red hills of Georgia, the sons of former slaves and the sons of former slave owners will be able to sit down together at the table of brotherhood.

[…]

I have a dream that my four little children will one day live in a nation where they will not be judged by the color of their skin but by the content of their character.

I have a dream today! »

*

« Je rêve qu’un jour sur les collines rousses de Georgie les fils d’anciens esclaves et ceux d’anciens propriétaires d’esclaves pourront s’asseoir ensemble à la table de la fraternité.
[…]
 
Je rêve que mes quatre petits-enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés sur la couleur de leur peau, mais sur la valeur de leur caractère. Je fais aujourd’hui un rêve ! »

Une vidéo de Nelson Kadir qui parle de son livre, il y a des illustrations et on entend la voix de Martin Luther King (en anglais) :

D’ailleurs, Nelson Kadir  (cliquez sur la photo) a tout à fait sa place dans ce challenge de l’African American History Month car il est lui-même Afro-Américain et qu’il illustre la société américaine en mettant les Noirs au centre de son oeuvre. Pour moi, il y du Norman Rockwell noir du 21e siècle en lui! N’hésitez pas à aller faire un tour sur sa galerie (cliquez sur la photo)! Vous pouvez aussi jeter un coup d’oeil à sa boutique  (cliquez sur la photo), pour le plaisir des yeux car ses oeuvres ne sont pas données 😉

D’autres lectures sur Martin Luther King sur le blog (Cliquez sur les couvertures) :

Aussi chez Mistikrak, une blogueuse que j’ai découverte cette année et qui a la particularité de parler de littérature jeunesse traitant de personnages noirs ou métisses et qui est une mine pour ceux qui cherchent des idées de lectures jeunesse pour le challenge 😉

 avec Blandine

Southern Tea Cakes

Contrairement à ce que leur nom sous-entendant, ce ne sont pas des « gateaux » et ils ne sont pas au thé, ni pour manger uniquement avec du thé 😉 Ce sont des biscuits, qui sont un peu tendres et un peu croustillants, entre le biscuit et le cookie. Je les qualifierai de « moelleux ».

C’est une recette traditionnelle du « Deep South » des Etats Unis que j’ai découverte chez une blogueuse culinaire afro-américaine « Divas can cook » et je me suis lancée (je vous mets un lien vers son site car si vous êtes anglophone, elle explique tout sur les southern tea cakes et j’aime beaucoup ses vidéos, elle est très enthousiaste!)

Pour la petite histoire, au moment où j’ai fait cette recette, je lisais « Their eyes were watching God » de Zora Neale Hurston dans lequel un personnage masculin s’appelle « Tea Cake » 😉

Ingrédients (pour 24 assez grands biscuits) (j’ai utilisé les « cups à l’américaine mais comme je suis gentille, j’ai aussi pesé pour vous dire combien ça fait en grammes 😉 :

  • 100g de beurre (ou de margarine sans lactose pour moi)
  • 225g de sucre
  • 1 oeuf
  • le zest d’un citron
  • 1/2 gousse de vanille raclée
  • 260g de farine
  • 2 cuillères à café de levure
  • 1/2 cuillère à café de sel
  • 1/4 de cuillère à café de noix de muscade
  • 5cl de babeurre ou de lait (ou de lait de soja pour moi) avec une cuillère à café de jus de citron

Préparation :

  • Dans un bol, mixer le beurre et le sucre.
  • Ajouter et mixer l’oeuf
  • Ajouter le zest de citron et la vanille et mélanger
  • Dans un autre bol, mélanger la farine, la levure, le sel et la noix de muscade
  • Mélanger le contenu des deux bols en ajoutant le babeurre
  • Malaxer la pâte à la main er la mettre dans du film étirable en l’aplatissant
  • Laisser au frigidaire 1h ou 30 mn au congélateur
  • Préchauffer le four TH 6
  • Étaler la pâte au rouleau (pas trop épais, pas trop fin) et faire des formes à l’emporte pièce
  • Placer les biscuits sur une plaque de cuisson en espaçant (j’en ai mis 12 sur une plaque et j’ai fait deux fournées.)
  • Cuire entre 8 et 10 mn, jusqu’à ce que le dessus soit doré.
  • Laisser refroidir sur une grille.

 Les gourmandises en cuisine chez Syl

10 ans de coups de coeur d’Enna : février

Cela fait donc 10 ans que ce blog existe et cette année, pour le rendez-vous mensuel du 8 de chaque mois, j’ai eu envie de mettre en avant les coups de coeur dont j’ai parlé sur le blog chaque mois depuis 2008, en espérant que vous aurez envie d’y jeter un oeil pour trouver des idées de lecture! J’ai été inspirée par Antigone qui met en avant les coup de coeur des blogueurs chaque mois.

Cliquez les images pour lire les billets :

Février 2009

Février 2010

Coup de poing

Février 2011
Pas de coup de coeur 😦
Février 2012
Pas de coup de coeur 😦
Février 2013


Février 2014


Février 2015

Février 2016

Février 2017


Février 2018

 

 Et comme il n’y a pas que les coups de coeur de lecture dans la vie, voici de quoi manger   :   (Cliquez sur la photo)

Enfin, le « Book Jar »  aidez moi à choisir le prochain livre issu de ma PAL qui sera peut-être un coup de coeur! Ce mois-ci je vous demande de m’aider à choisir un livre de ma PAL de plus de 6 mois (pour l’objectif PAL) hors livres que j’ai mis à part pour des mois thématiques (italien, anglais, américain, québécois, nordique, afro-américain) en me donnant  un chiffre entre 1 et 11 dans les commentaires ou sur la page FB du blog!

Reporter T1 -Alabama 1965- Bloody Sunday, Une marche pour la liberté : Renaud Gareta, Jonathan Granier, Kid Toussaint

Yann Koad est un très jeune journaliste franco-américain du magazine « Reporter ». Le 2 janvier 1965, alors que toute la rédaction est malade, le patron n’a pas d’autre choix que d’envoyer sa jeune recrue inexpérimentée aux Etats-Unis pour couvrir les actions du mouvements des droits civiques pour les Noirs.

A New York, il retrouve le photographe Roberto Cagliari, un vieux de la vieille, rompu aux reportages de guerre qui n’est pas plus impressionné que cela par la situation (avec quelques relents colonialistes par dessus le marché). Tous deux vont à Selma, en Alabama.

Cette BD est l’occasion de montrer par les yeux de Yann, qui découvre tout en direct, de plein fouet, que le racisme et la ségrégation ont un poids énorme dans le Sud particulièrement lorsqu’ils sont physiquement pris à parti par des membres du Ku Klux Klan.

Au contact des groupes de défenseurs des droits civiques, il découvre les différentes organisations, les gens qui marchent pour la liberté et aussi l’implication du FBI et de la politique. On rencontre Malcom X (Yann assiste même à son assassinat), on marche entre Selma et Montgomery, on entend Martin Luther King…

Et puis, il y a une enquête pour résoudre le meurtre d’une activiste blanche des droits civiques.

Cette BD est assez intéressante du point de vue historique et politique mais je dois avouer que je ne suis pas vraiment emballée car elle est un peu fouillis. Et puis il y a des incohérences avec le personnage de Yann qui est complètement irréaliste… Ce jeune blanc de moins de 21 ans qui, certes, est franco-américain (mais qui dit lui-même au début qu’il ne connait pas vraiment son père), se fait parfaitement comprendre de tous et réussit à avoir des contacts avec le FBI… Et puis, la manière dont il suit les membres du KKK de son propre chef…. Ce jeune homme serait déjà mort 10 fois dans la vraie vie et franchement, cela a fini par m’agacer 😉

De plus, je n’ai pas aimé les dessins qui me semblent vraiment d’un autre temps (on dirait une BD des années 70), ce n’est vraiment pas mon genre.

Pour découvrir les mouvements des droits civiques en BD je vous conseille vraiment de lire (cliquez sur les images pour voir mes avis) :

Le film « Selma » est aussi très intéressant :

catégorie « lieu » de ma ligne BD

  chez Stephie

Mille petits riens (Small great things) : Jodi Picoult

Résumé de l’éditeur français : « Ruth est sage-femme depuis plus de vingt ans. C’est une em­ployée modèle. Une collègue appréciée et respectée de tous. La mère dévouée d’un adolescent qu’elle élève seule. En prenant son service par une belle journée d’octobre 2015, Ruth est loin de se douter que sa vie est sur le point de basculer.
Pour Turk et Brittany, un jeune couple de suprémacistes blancs, ce devait être le plus beau moment de leur vie : celui de la venue au monde de leur premier enfant. Le petit garçon qui vient de naître se porte bien. Pourtant, dans quelques jours, ses parents repartiront de la Maternité sans lui.
Kennedy a renoncé à faire fortune pour défendre les plus démunis en devenant avocate de la défense publique. Le jour où elle rencontre une sage-femme noire accusée d’avoir tué le bébé d’un couple raciste, elle se dit qu’elle tient peut-être là sa première grande affaire. Mais la couleur de peau de sa cliente, une certaine Ruth Jefferson, ne la condamne-t-elle pas d’avance ? »

Je recopie le résumé de l’éditeur car il est concis et pose la situation de base de ce roman. J’ai un peu de mal à rassembler mes idées sur ce roman… Je l’ai lu cet été mais je me souviens très bien de l’histoire qui m’a beaucoup plu et marquée mais j’ai peur de trop en dire ou pas assez. En fait, je ne veux pas renter dans les détails de l’histoire qui est en quelque sorte un enchaînement de coïncidences. Cela part d’une décision humaine raciste (la demande d’un couple qu’une sage-femme noire ne s’occupe pas de leur enfant) et de l’acceptation de cette demande par la supérieure (blanche) de Ruth suivi, d’un problème de santé qui aurait pu arriver n’importe où n’importe quand à un nouveau né, puis escalade dans l’accusation par les parents envers Ruth disant qu’elle a délibérément tué cet enfant…

Mais en réalité ce roman derrière ce « fait divers » dramatique à tous points de vue, c’est une histoire de la perception de la race aux Etats-Unis au 21e siècle. Il y a donc Ruth qui vit le plus normalement possible mais qui à chaque instant a conscience qu’elle est noire : que ce soit par des remarques anodines de personnes de son entourage ou parce que les vigiles la surveillent de plus près dans les magasins. Il y a Turk et Brittany qui sous des dehors plus lisses sont en réalité les héritiers du Ku Klux Klan : des Blancs qui estiment que les Noirs ne devraient pas avoir les mêmes droits que les Blancs et à vrai dire, qui ne devraient même pas exister. Et puis, il y a Kennedy, qui est blanche, mais qui estime ne pas voir les races, qui est certaine que pour elle, il n’y a pas de différences et qui pourtant ne veut pas axer le procès sur un problème de racisme contrairement à ce que souhaite Ruth car elle pense que cela desservirait leur cas

La rencontre de ces différentes personnes va être l’occasion de dresser un portrait des Etats-Unis loin d’être reluisant. C’est belle réflexion intelligente sur la relation aux races aux États-Unis! Kennedy va apprendre beaucoup sur elle et sur ce qu’elle a intégré comme étant normal, malgré elle. C’est un personnage auquel je me suis identifiée. Elle n’est pas raciste mais elle croit aussi sincèrement ne pas avoir de préjugés raciaux et elle réalise en fait qu’elle est malgré tout un produit d’une société qui divise. Auprès de Ruth, elle va apprendre à ouvrir les yeux sur ce qu’elle ne voyait pas. C’est un livre qui fait vraiment réfléchir!

La fin, avec le personnage de supérmaciste blanc Tuck, est sans doute un peu exagérée (même si elle est étayée par des recherches faites par l’auteure sur un cas similaire) et tranche un peu avec le reste du roman qui est beaucoup plus fin sur le sujet mais elle ne m’a pour autant pas dérangée.

J’ai été très touchée par Ruth et son fils et leur vie quotidienne qui sans être dramatique est toujours un peu plus compliquée que pour des Blancs et par Kennedy qui traverse une réelle remise en question.

EDIT : Mon amie Mrs B m’a parlé d’une scène dans la série « How to Get Away With Murder » (série 4 épisode 13) dans lequel l’avocate fait un plaidoyer qui montre que la race aux Etats-Unis a un grand poids dans la justice et qui m’a fait penser à ce roman (en anglais mais vous pouvez mettre les sous-titres en français) :

 improvisée avec Kathel! Allons voir son avis!

 chez Antigone

ligne « adjectif »

Qu’est ce que je faisais le samedi 02/02 à 02h02 et/ou à 14h02??

LE  02/02 à 02h02 : 

Je dormais… heureusement!

LE  02/02 à 14h02  :

J’étais en train de pointer les documents donnés par les élèves qui partent en Angleterre.

Si vous avez joué, envoyez moi votre photo AVANT le 7 FÉVRIER en racontant ce que vous faisiez (pensez aussi à me donner votre pseudo et l’adresse de votre blog si vous en avez un pour le recap’, précisez aussi à quel moment de la journée c’était, matin ou soir) à cette adresse :

 ENNALIT@GMAIL.COM
Vous trouverez la mosaïque le 9 FÉVRIER si tout va bien!

A bientôt!

La photo du 02/02 à 14h02 (trop tard pour 02h02)

Nous sommes  le samedi 02/02 :  n’oubliez pas de prendre la photo à 14h02 (trop tard pour 02h02)!

Il suffit de mettre une alarme sur son téléphone, un réveil dans la maison, un post-it en évidence, en parler autour de vous et de tous prendre une photo en même temps!

Et pensez à m’envoyer votre photo à ennalit@gmail.com en racontant ce que vous faisiez (pensez aussi à me donner votre pseudo et si vous avez un blog pour le recap’, précisez aussi à quel moment de la journée c’était, nuit ou jour), dans les 2 ou 3 jours qui suivent maximum. Je les envoie à Steff qui concocte une mosaïque et on vous met ça en ligne très vite!

Envoyez moi vos photos jusqu’au 7 février pour que je puisse les envoyer à Steff et que je puisse les mettre en ligne le 9 février.

A tout à l’heure pour ma/mes photos, si j’ai le temps de les mettre en ligne ce soir, sinon ça sera demain!

Oyez! Oyez!

  •  Dans le menu « Enna lit » à la rubrique « Lectures communes 2019», vous trouverez les lectures communes prévues :

« Their Eyes Were Watching God » (« Une femme noire » / « Mais leurs yeux dardaient sur Dieu ») de Zora Neale Hurston (LC avec Anne)

« Sur les hauteurs du Mont Crève-Coeur » de Thomas H. Cook : le 16 février avec Sylire

« The hate U give » de Angie Thomas : le 28 février avec Blandine

« La Guerre des Lulus – 1916 La Perspective Luigi (Tome 1) » de Régis Hautière et Hardoc : le 22 mars avec Blandine

 « Tu vois, on pense à toi » de Cathy Ytak : le 26 mars avec Blandine

N’hésitez pas à m’en proposer en allant jeter un coup d’oeil à ma PAL!

  •  J’ai déjà prévu de parler de  :

I have a dream, Ruby tête haute, Le bus de Rosa, Reporter Bloody Sunday, Mille petits riens, Mais leurs yeux dardaient sur Dieu, I am not your negro, Confessions de Nat Turner, Sur les hauteurs du Mont Crève Coeur, Léon, Billie Holiday, Joséphine Baker, Bluebird, Cours! … (Sous réserve de changements de dernière minute)

N’hésitez pas à me dire si vous voulez me rejoindre!

  • Pour connaître mes lectures en cours : allez dans le menu « Enna lit » àla rubrique « Chut.. Je lis! »
  • Dans le menu « Enna lit » vous pourrez trouver la rubrique « Ma PAL » où je range les livres qui sont chez moi et que j’aimerai lire un jour!
  • Ma PAL a un peu grossi ce moi-ci  :        (empruntés à la médiathèque),  (donné par ma maman qui sait que je m’intéresse à la littérature Afro-Américaine), … (achetés chez Noz à 2,99 € (irresistible!)  (reçus pour le prix Audiolib)… Certains sont déjà lus, d’autres sont à venir!

Ma vie de blogueuse :

  • Je ne peux pas faire de Newsletter mais j’ai mis en place un billet hebdomadaire pour vous dire où va le blog chaque semaine  que vous trouverez dans le menu  « Les rendez-vous d’Enna » (ou en cliquant sur le logo)  mais vous pouvez aussi vous abonner en cliquant sur le logo bleu « Abonné Enna lit,Enna vit! »

 

  • J’ai une page Facebook pour le blog (Ennalit)(pour séparer un peu ma vie bloguesque de ma vie perso) N’hésitez pas à cliquer « j’aime » : j’y mets les liens vers les billets du blog et je raconte un peu ma vie de lectrice et mes envies liées au blog et aux livres. J’aime l’idée de pouvoir échanger encore plus par ce biais! Je mets mes lectures du moment et je parle de petites choses qui ne sont pas forcément sur le blog alors n’hésitez pas à nous rejoindre 🙂 Pour y accéder facilement, il y a un lien direct en haut à droite. Merci à tous ceux qui me suivent déjà!
  • Je suis aussi présente sur Instagram au nom de Ennalit… où je me mets des photos de tout et de rien (oui, je suis accro…). Si vous voulez me rejoindre, faites moi signe pour me dire qui vous êtes avant 😉

 

  • J’ai la chance d’être à nouveau juré du   (cliquez sur le logo pour tout savoir) et je vais audiolire tous ces titres : !
  • Les inscriptions sont ouvertes pour la nouvelle version du!!! Cliquez pour vous inscrire ! (jusqu’au 1er février) 😉

 

  •  Le prochain rendez-vous photographique est aujourd’hui le samedi 2/02 à 14h02 (il est trop tard pour la photo de 2h02 😉 et le suivant sera le dimanche 3/3 à 3h03 et/ou 15h03. 72043184(cliquez sur le logo).
  • N’hésitez pas à vous inscrire au challenge  : c’est un challenge collaboratif, illimité et rétroactif! On peut jouer avec juste un titre! Le lauréat 2018 est « Frère d’âme » de David Diop, n’hésitez pas à m’envoyer vos liens!
Les liens et les inscriptions concernant le Challenge Goncourt des lycéens sont à déposer sous le billet en cliquant sur le logo!
  •  N’hésitez pas à vous inscrire au challenge challenge prix des lectrices de elle: c’est un challenge collaboratif, illimité et rétroactif! On peut jouer avec juste un titre! N’hésitez pas à m’envoyer vos liens! Les nouveaux lauréats ont été annoncés mercredi soir :

Anna Hope : La salle de bal

Delphine Minoui : Les passeurs de livres de Daraya: une bibliothèque secrète en Syrie

Eva Dolan : Les chemins de la haine

Les liens et les inscriptions concernant le Challenge Prix des Lectrices de ELLE sont à déposer sous le billet en cliquant sur le logo!
  • Et puis, ce mois de février mon  commence alors n’hésitez pas à jeter un coup d’oeil à la présentation en cliquant sur le logo pour voir si vous aurez envie de me rejoindre 😉

La vie des autres :

  • En attendant le mois Italien en mai, je participerai de temps en temps au   chez Martine car je lis assez peu d’auteurs italiens alors autant les mettre en avant 😉 (mais j’ai prévu de garder les titres italiens ou se déroulant en Italie pour le mois de mai car j’aime beaucoup les mois thématiques 😉
  • Antigone  continue à nous aider à faire baisser la PAL des livres qui sont chez nous depuis… 6 mois au moins! Les liens seront exclusivement déposés dans le groupe facebookobjectif PAL
  • Sylire propose le rendez-vous   qui permet de mettre en avant les livres audio en compilant le 28 de chaque mois toutes nos lectures audio du mois (sans date fixée pour nous).
  •   Un autre rendez-vous auquel je ne participe pas régulièrement mais quand c’est possible pour moi j’y vais : tous les mercredi, on peut lire des BD à l’occasion du rendez-vous   BD de la semaine saumonÇa se passe chez Moka chez Noukette, et chez Stéphie.
  •  N’oubliez pas l’émission littéraire la plus sympa que je connaisse  (cliquez sur l’image pour arriver sur le site et écouter ou télécharger l’émission) sont mes copines virtuelles et j’aime beaucoup les écouter! Elles ont un groupe FB pour échanger encore plus!
  • Stephie lance  un nouveau rendez-vous en fin de mois : une semaine sans complexe pour parler de tous les sujets « tabous ».
  • Au cours de l’année je participerai aussi à l’occasion au  chez Blandine