Les beaux étés 4. Le repos du guerrier : Zidrou et Jordi Lafebre

Dans cet album, on est en 1980. Pour une fois, Pierre, le père dessinateur de BD n’est pas en retard dans son travail et les vacances en famille vont pouvoir commencer à l’heure. Les 4 enfants et le petit copain de Nicole vont partir tous ensemble et pour une fois : pas de camping à l’aventure! Non, Pierre et Madeleine ont acheté une villa tout confort sur plans et ils sont impatients de la découvrir en famille.

Forcément quand ils découvrent que le promoteur est parti avec toutes leurs économies sans avoir construit quoique ce soit, ils tombent de haut… Mais ils ne vont pas se laisser abattre et ils vont camper sur leur terrain, entraînant avec eux les voisins dans la même situation qu’eux.

Et ces vacances semblent être les meilleures de toutes, même pour Jean-Emmanuel le petit ami très aisé pas habitué à ce genre de circonstances.

C’est joyeux, c’est plein d’amour dans une famille qui pourtant se chamaille autant que dans toutes les familles!

Une famille qu’on est toujours content de retrouver : Tome 1 / Tome 2 / Tome 3

  chez Noukette

Pour le mois Belge chez Anne et Mina  (Zidrou, le scénariste est Belge)

catégorie « métier »

Les beaux étés 3. Mam’zelle Esterel : Zidrou et Jordi Lafebre

En 1992, la fameuse 4L qui a accompagné les Faldérault pendant toutes les vacances familiales entre la Belgique et le Sud de la France est vendue et cet album raconte comment cette voiture est entrée dans leur vie avec un retour en 1962 lorsque les parents de Madeleine la leur offre « en échange » de vacances avec eux…

Pierre qui rêve d’aller camper avec sa femme et ses deux enfants (une petite fille espiègle et un bébé glouton) devra suivre scrupuleusement les règles de Yvette, sa belle-mère rigide qui dirige tout le monde avec son guide Michelin et qui impose des vacances à Saint Etienne.

Gros-Papy, le beau-père, est lui plutôt jovial et plein d’entrain, mais il vient de subir un problème cardiaque et Yvette fait tout pour sa santé : même dans l’hôtel restaurant Belge où ils logent, il a interdiction de manger des frites…

Alors ces vacances ne sont pas dépaysantes et pas celles dont les Faldérault rêvaient mais ils vont malgré tout apprendre à aller au-delà des barrières que la mère de Madeleine a dressé et finalement sous les aspects comiques de cet album plein de bonne humeur, c’est une BD assez touchante.

C’est toujours un plaisir de voyager dans le temps avec cette famille : Tome 1 / Tome 2 / Tome 4

  chez Noukette

Pour le mois Belge chez Anne et Mina  (Zidrou, le scénariste est Belge)