Avec toutes mes sympathies : Olivia de Lamberterie (lu par l’auteure)


Résumé de l’éditeur : « Les mots des autres m’ont nourrie, portée, infusé leur énergie et leurs émotions. Jusqu’à la mort de mon frère, le 14 octobre 2015 à Montréal, je ne voyais pas la nécessité d’écrire. Le suicide d’Alex m’a transpercée de chagrin, m’a mise aussi dans une colère folle. Parce qu’un suicide, c’est la double peine, la violence de la disparition génère un silence gêné qui prend toute la place, empêchant même de se souvenir des jours heureux.
Moi, je ne voulais pas me taire.
Alex était un être flamboyant, il a eu une existence belle, pleine, passionnante, aimante et aimée. Il s’est battu contre la mélancolie, elle a gagné. Raconter son courage, dire le bonheur que j’ai eu de l’avoir comme frère, m’a semblé vital. Je ne voulais ni faire mon deuil ni céder à la désolation. Je désirais inventer une manière joyeuse d’être triste.
Les morts peuvent nous rendre plus libres, plus vivants. »

*

Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre en lisant ce documentaire. Je connaissais Olivia de Lamberterie de nom (j’ai quand même participé deux fois au prix des lectrices de Elle!) et je savais qu’elle parlait de la mort de son frère mais je n’en savais pas plus.

En fait, dans ce texte, Olivia de Lamberterie parle certes de la mort de son frère qui s’est suicidé, mais elle parle surtout de leur vie ensemble, leur jeunesse, leur famille et puis aussi de la vie que l’on vit avec un frère parfois flamboyant, parfois mélancolique, avec la crainte de ce qui peut se passer à n’importe quel moment.

Après la mort de ce frère aimé, il y a alors le récit de la vie sans lui, la vie impossible à supporter… Avec finalement l’envie de revivre pour soi et pour l’être aimé…

J’ai beaucoup aimé ce témoignage qui m’a particulièrement touchée parce qu’il y a plus de 10 ans, un ami s’est suicidé et même si je n’avais pas une relation aussi proche qu’Olivia de Lamberterie avec son frère, cela a cependant réveillé des souvenirs…

Dans ce texte, il n’y a pas que le drame et le désespoir mais aussi du quotidien heureux, ordinaire, familial. Il y a aussi la vie d’Olivia de Lamberterie, la lectrice acharnée et femme du milieu littéraire ainsi que sa vie de femme. Mais jamais très loin, il y a toujours ce frère aimé et torturé.

J’ai eu un coup de coeur pour ce récit très touchant sans être voyeur, très intense et avec de l’espoir et tellement d’amour. Ce livre audio est très bien lu par l’auteure, avec beaucoup d’émotion et de pudeur. J’ai eu plusieurs fois les larmes aux yeux et j’ai même choisi d’arrêter de l’écouter à un moment car je commençais à pleurer en conduisant vers le travail…

 Chez Sylire

Voici les avis de quelques co-jurées : Aproposdelivres, Estellecalim, Meuraie, Sandrine, Sylire