Appelle-moi par ton nom / Plus tard ou jamais (Call me by your name) : André Aciman

Elio revient sur l’été de ses 17 ans dans les années 80, qu’il a passé comme tous les ans avec ses parents dans leur maison de vacances en Italie. Son père, qui est professeur d’université, accueille chaque été un assistant qui partage leur vie tout en travaillant. Cette année, c’est Oliver, un jeune universitaire de 27 ans, intelligent et nonchalant.

Très vite Elio se sent attiré par Oliver, une attirance intellectuelle et physique. Le jeune homme découvre avec cette attirance les premiers vrais émois émotionnels, sexuels, amoureux même. Ils s’observent et Elio est persuadé que rien ne pourra sortir de ce désir, Oliver le tenant à distance. Les deux hommes ont d’ailleurs des relations avec deux jeunes voisines.

Mais petit à petit, sous le soleil italien, ils se rapprochent et toute la tension sexuelle de ce premier amour, à priori impossible, prend chaire et culmine lors d’un weekend à Rome qui sera leur chant du cygne.

On suit l’evolution de leurs vies après cette parenthèse d’un été mais le coeur du récit est vraiment cette période très intense. C’est très sensuel et le fait que cette relation soit homosexuelle n’est pas une barrière pour s’identifier car tous ceux qui ont vécu un jour les affres des premières attirances, des premiers doutes et désirs et les premières fins d’histoires pourront s’y retrouver.

C’est un beau texte, plein de poésie, de chaleur, de sensualité. J’ai beaucoup aimé.

Un film a été tiré de ce roman (d’ailleurs, le livre avait été publié en France sous le titre « Plus tard ou jamais » et il est ressorti sous un nouveau titre, la traduction du titre original) mais en regardant la bande annonce, je retrouve bien l’ambiance mais je me demande bien comment toute l’introspection et les doutes et le désir d’Elio est rendu en images. Il faudra que j’essaie de le voir un jour!

 chez Antigone

Chez Martine