Quatrième de couverture : « Elle est nihiliste, parle comme une jeune femme de trente ans, passe son temps sur Internet, demande un lifting pour son anniversaire, est spécialiste du sotto voce et lit Kant en cas d’insomnie. Heureusement, la petite peste philosophe a un interlocuteur à sa mesure, une peluche, Lillo, son confesseur qu’elle adore parce qu’il l’écoute sans poser de questions et surtout accepte toutes ses fantaisies. Bref, cette petite fille, vous allez adorer la détester ! »

J’ai choisi cette bande dessinée uniquement parce que son auteur est italienne et je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. L’histoire commence par un chapitre intitulé « Genèse » et avec la naissance de l’héroïne, le jour de l’accouchement, ou plus exactement, son refus de naître. Le dialogue entre le bébé et le gynécologue est assez surréaliste car non seulement  l’enfant à naître parle très bien mais elle a des idées bien arrêtées sur le monde dans lequel elle ne veut pas entrer…

Tout le reste est à l’avenant : la petite fille est cynique à souhait et réagit non pas comme une jeune femme de trente ans comme le dit la 4eme de couverture, mais plutôt comme un vieux grincheux… Bien qu’elle dépasse pas l’enfance dans cet album.

Les relations avec sa mère, son doudou, ses camarades de classe et … un cochon qui parle, intellectuel et distingué qui danse très bien le tango… sont l’occasion de faire ressortir son nihilisme et son cynisme…

Au départ, j’ai trouvé des points communs avec « Mortelle Adèle » (je me demande vraiment d’ailleurs si les auteurs de cette série jeunesse ne se sont pas largement inspirés de « La petite philosophe », c’est tellement frappant) mais plus adaptée aux adultes qu’aux enfants, plus « intellectuel », qui se prend un peu trop au sérieux… Personnellement, si j’ai souri par moments, je me suis assez vite lassée. C’est un peu trop répétitif et cela sonne faux. Je ne suis pas entrée dans l’univers de cette petite fille car la personnalité est vraiment trop décalée de l’âge supposé du personnage. J’aurais peut-être plus adhéré si elle avait eu 13 ans, cela aurait été plus réaliste…

Je vous recommande plutôt Mortelle Adèle (Tome 1 / Tome 3) 😉

Chez Martine

catégorie « partie du corps » pour ma ligne BD

7 commentaires sur « La petite peste philosophe -Anatomie d’une débâcle : Vanna Vinci »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s