Amours : Léonor de Récondo (lu par l’auteure)

1908, dans une maison aisée, Victoire est mariée depuis cinq ans avec Anselme de Boisvaillant un notaire un peu austère qui ne pense qu’au travail. Elle s’ennuie dans sa vie d’épouse d’autant qu’elle n’a pas d’enfant et qu’on ne lui laisse pas vraiment oublier.

Anselme, de son côté monte régulièrement dans la chambre de Céleste, la bonne de 17 ans, pour l’abuser… La jeune femme tombe enceinte et pour sauver les apparences, Victoire la persuade de garder son enfant et de le leur donner pour qu’il devienne leur fils. Céleste accepte, n’ayant pas vraiment d’autres alternatives.

Mais les faux semblants ne sont pas si faciles à tenir pour Victoire qui n’arrive pas à s’attacher à « son » bébé qui commence à dépérir par manque d’affection. Une nuit, Céleste se glisse dans la chambre de sa patronne pour emmener le bébé dans sa chambre et lui redonner de la vie par le contact physique du peau à peau. Quand Victoire cherchant le petit trouve la bonne dans sa chambre, leur vie va prendre un tournant radical…

En effet, les deux femmes si différentes vont découvrir des sentiments intenses et un amour physique que ni l’une ni l’autre n’avait connu jusque là. Elles vivent une parenthèse enchantée ensemble, Céleste goûtant une douceur de vie et Victoire découvrant une liberté jusqu’alors inconnue mais elles seront rattrapées par les convenances de la société.

Très beau roman que j’ai vraiment apprécié. C’est une histoire d’amour très forte et aussi une peinture de la « bonne société » et des personnes plus modestes au début du siècle.

La version audio est très bien lue par l’auteure (ce qui n’est pas toujours le cas). J’ai vraiment été transportée dans le monde de Céleste et Victoire, elle me racontait leur histoire. Je vous conseille ce support de lecture!

 Chez Sylire

 

L’écorchée : Donato Carrisi (Lu par Antoine Tomé)

Résumé de l’éditeur : « Sept ans après s’être mesurée au Chuchoteur, Mila Vasquez travaille aux Limbes, le département des personnes disparues. L’enquêtrice excelle dans son domaine. Peut-être parce qu’elle est incapable d’éprouver la moindre émotion. Ou peut-être parce qu’elle-même porte dans sa chair la marque des ténèbres. On a tous ressenti l’envie de s’évanouir dans la nature. De fuir le plus loin possible. De tout laisser derrière soi. Or chez certains, cette sensation ne passe pas. Elle leur colle à la peau, les obsède, les dévore et finit par les engloutir. Un jour, ils se volatilisent corps et biens. Nul ne sait pourquoi. Bientôt, tout le monde les oublie. Sauf Mila.
ET PUIS, SOUDAIN, CES DISPARUS RÉAPPARAISSENT POUR TUER.
Face à eux, Mila devra échafauder une hypothèse convaincante, solide, rationnelle. Une hypothèse du mal. Mais pour les arrêter, il lui faudra à son tour basculer dans l’ombre. »

*

Après avoir lu « Le chuchoteur » il y a quelques années, j’ai eu envie, pour le mois italien de retrouver cet auteur qui m’avait vraiment marquée à l’époque. Pour commencer, je dois dire que si on retrouve le personnage de la policière Mila Vasquez qui est présente dans le roman précédant et que l’affaire du chuchoteur est évoquée, ce n’est pas à proprement parlé une suite (même si c’est « vendu » comme tel). J’avais d’ailleurs oublié les détails du premier roman qui auraient pu m’aider à comprendre les allusions faites et même si je regrettais un peu de ne pas les avoir en tête, ça ne gêne pas la compréhension de ce roman mais j’ai trouvé que quitte à reprendre un personnage, l’auteur aurait pu développer un peu plus les informations qu’il avait dû donner dans le premier tome car j’avais du mal à cerner Mila. Je n’ai pas trouvé ce tome aussi fort que le premier et au moment d’écrire mon billet, j’ai même un peu de mal à me souvenir des détails  alors que je l’ai audiolu il y a peu de temps.

Donc, l’histoire est celle d’assassinats perpétrés par des personnes disparues depuis des années, qui reviennent du jour au lendemain dans la société pour tuer des gens d’une manière qui, au départ, ressemble à de la vengeance puis qui semble moins logique. Chaque « réapparu » tue quelqu’un et laisse des indices que seule Mila peut décrypter et elle va partir à la recherche non seulement des criminels actuels mais replonger aussi dans le passé pour chercher des points communs entre eux et découvrir comment ils ont disparus à l’époque.

Mila est aidée par un par un enquêteur Simon Berrish, un homme à qui les gens se confient facilement mais qui vit en autarcie dans le milieu de la police. Ils sont donc deux personnages assez sombres qui vont se serrer les coudes dans cette enquête.

J’ai apprécié cette audiolecture sur le moment tout en me disant que c’était quand même un peu confus. Pourtant, la toute fin me donne quand même envie de lire la suite (« L’égarée ») même si j’ai un peu peur que le suivant me plaise encore un peu moins que le premier 😉

 Chez Sylire

Chez Martine

catégorie « partie du corps »