Kaspar le chat du Grand Hotel : Michael Morpurgo (Billet avec Bastien)

Johnny Trott est un jeune groom au Savoy, un grand hôtel de Londres. Un jour, une cantatrice russe s’installe à l’hôtel avec son chat Kaspar, un vrai prince! La comtesse Kandinsky traite Johnny avec beaucoup d’affection, d’autant plus qu’il y a un vrai lien qui se tisse entre le jeune homme et le chat. Johnny trouve auprès de la comtesse ce qu’il n’a jamais connu auprès d’une mère.

Malheureusement, un accident arrive et Johnny se retrouve seul à devoir s’occuper de Kaspar  en cachette car il est interdit pour le personnel d’avoir un animal de compagnie. Kaspar en pleine déprime, se laisse mourir de désespoir et de faim… Johnny ne sait pas quoi faire… Jusqu’à ce qu’Elisabeth, une fillette américaine, cliente de l’hôtel qui ne pense qu’à vivre des aventures dans les couloirs et les étages (elle m’a fait penser au personnage de Nina dans « Un gentleman à Moscou » pour les lecteurs adultes qui l’ont lu) découvre le secret et réussisse à faire manger Kaspar. Les deux amis retrouvent goût à la vie auprès de l’intrépide enfant et ils deviennent tous amis.

Au moment de se séparer, quand la famille d’Elisabeth monte à bord du Titanic, Johnny prend une décision insensée : il reste à bord… Et évidement, tout le monde sait ce qui est arrivé lors de ce voyage…

Ce roman est très agréable à lire. Les personnages sont variés et bien brossés, ils ont tous leur personnalité -même Kaspar! Le roman permet de faire découvrir la vie du personnel d’un grand hôtel an Angleterre au début du 20e siècle, mais montre aussi que des relations peuvent exister malgré les différences sociales et aussi que chacun a le droit à une deuxième chance. Il y est question d’amitié, de courage, de belles rencontres. On parle même un peu de la première guerre mondiale. Il ne faut surtout pas oublier de lire la postface (mais seulement à la fin, bien sûr!) dans laquelle l’auteur explique d’où lui est venue son inspiration.

Le lecteur traversera différentes émotions et ce roman confirme bien le talent de Michael Morpurgo pour à un large spectre de lecteurs : il fait vraiment partie de ces auteurs que parents et enfants peuvent lire ensemble!

Voici l’avis de Bastien (9 ans et demi) pris sous la dictée sans que je ne change un mot (et sans qu’il ait eu connaissance de mon avis) :

« C’est l’histoire d’un groom orphelin au Savoy, un hôtel très luxueux à Londres. Il va devoir accueillir la comtesse Kandinsky et le Prince Kasper (Kasper est un chat!).

Quand un désastreux événement a lieu, Johnny (le groom) va devoir s’occuper du chat Kasper.

Mais il va faire une rencontre qui va l’emmener loin, très loin… Mais je n’en dis pas plus pour garder le suspense…

J’ai bien aimé ce livre, parce que ça parle d’un chat et car ça parle aussi du Titanic.

Il y a certains moments de tristesse. »

 chez Lou et Titine

Le mystère de Lucy Lost : Michael Morpurgo (Billet avec Bastien)

En mai 1915, sur une île inhabitée de l’archipel des Scilly, des îles Britanniques très isolées, Jim et son fils Alfie découvrent une jeune fille seule, complètement à bout de force, affamée et déshydratée. Elle ne dit qu’un seul mot et Alfie et sa famille qui vont s’occupent d’elle l’appellent donc par ce nom : Lucy, Lucy Lost (perdue)

En parallèle, à la même époque, nous suivons la vie d’une petite fille nommée Merry qui vit à New York avec sa mère pendant que son père, Canadien, se bat en Europe dans la grande guerre. Elle joue du piano, s’occupe de leurs chevaux mais son père lui manque beaucoup. Ils se sont promis de penser l’un à l’autre en regardant le lune chaque soir et chantant leur chanson fétiche. Mais un jour, une lettre leur apprend que le père est blessé et qu’il est en convalescence en Angleterre. Contre l’avis général, la mère de Merry organise pour elle et sa fille une traversée de l’Atlantique pour aller en Angleterre. Elles voyagent sur un paquebot de prestige : le Lusitania.

On va suivre les histoires des deux filles avec plus de détails sur celle de Lucy sur les îles Scilly : une vie rude par son aspect austère et sauvage mais aussi dans le caractère des îliens qui ont parfois du mal à accepter l’étrange petite fille qui parle pas et qui en plus a été trouvée avec une couverture allemande… La question de pose de savoir qui elle est. La famille de Alfie la protège.

Les deux histoires se rejoignent et c’est vraiment touchant. Les lecteurs adultes se douteront de beaucoup de choses en connaissant l’histoire du Lusitania mais le jeune lecteur qui ne connait pas sera vraiment plongé dans le mystère.

Encore un très bon roman jeunesse de Michael Morpurgo qui parle de la guerre du point de vue des civiles et des enfants. A découvrir!

Voici l’avis de Bastien (9 ans et demi) pris sous la dictée sans que je ne change un mot (et sans qu’il ait eu connaissance de mon avis) :

C’est l’histoire de deux pêcheurs qui trouvent une petite fille à moitié morte de faim sur une île abandonnée. Elle ne peut prononcer qu’un seul mot : « Lucy ».

Pendant ce temps, il se passe une autre histoire : celle de Merry MacIntyre…

L’histoire se passe sur les îles Scilly en 1915…

J’ai adoré ce livre car il y a beaucoup d’aventures et de suspense mais je suis un peu déçu pat la fin car il y a vraiment beaucoup moins de mystère (ça fait un peu « ils se marièrent et ils eurent beaucoup d’enfants… ») [Note de la maman : il parle des deux derniers chapitres qui racontent comment ont évolué les personnages!]

chez Lou et Titine

avec avec Alexielle : Allons voir son avis!