Jusqu’au 27 octobre 2019, au Mémorial de Caen, se tient une exposition exceptionnelle de tableaux du peintre Américain Norman Rockwell. Je ne vais pas vous faire un cours d’histoire de l’art mais plutôt vous renvoyer vers le site du Mémorial qui donne de nombreuses explications ainsi que vers un article de France 3 Normandie avec des vidéos et des informations intéressantes aussi. Les photos qui suivent sont celles que j’ai prises lorsque j’ai visité l’expo fin juin avec les élèves de 3eme du collège.

Norman Rockwell était un artiste américain qui a eu plusieurs vies d’artiste : une grande partie de son oeuvre a été celle d’un observateur de la vie quotidienne américaine qu’il mettait en avant sur les couvertures du magazine « Saturday Evening Post » :

Puis il a aussi eu une période artistique beaucoup plus politique quand il a travaillé pour Look durant laquelle il a notamment exprimé des opinions fortes contre le racisme et la guerre du Vietnam.

Avec mes élèves de 3e, j’avais travaillé sur « Le triple autoportrait » quand on a travaillé sur l’autoportrait et parler de soi (qui n’était pas à l’expo), sur « The Problem We All Live With »  quand on a travaillé sur les droits des Noirs aux Etats-Unis (dont je vous parlerai plus longuement en février dans le cadre de l’African American History Month Challenge) et sur « Liberty Girl » quand j’ai parlé du sexisme et de la place des femmes dans la société (et j’aurais aussi pu parler de « Rosie the riveter ») :

L’exposition sur à Caen s’appelle « Les quatre libertés », car suite à un discours du Président des États-Unis, Franklin D. Roosevelt, ayant pour sujet « les Quatre Libertés » le 6 janvier 1941, Norman Rockwell a voulu illustrer ces libertés fondamentales pour les américains.

Cette vidéo que j’ai fait étudier à mes 3e avant d’aller voir l’exposition est en anglais et elle n’est pas traduite mais pour ceux qui comprennent l’anglais, elle est très instructive et pour ceux qui ne comprennent pas, elle a le mérite de mettre en avant les tableaux dans leurs détails et c’est aussi très intéressant :

Voici ce que dit le site du Mémorial sur ces 4 tableaux : c’est très complet (je recopie ici leur présentation mais les photos sont les miennes) :

Ces quatre tableaux ont une histoire propre. 
Norman Rockwell, pendant la guerre, comme Tex Avery, Walt Disney, Charlie Chaplin, Frank Capra, Ernst Lubitsch, Clark Gable ou Arthur Szyk, a participé à l’effort de guerre.
Grâce à ces quatre tableaux qui circulaient en Amérique pendant la guerre – les « war bond shows » -, 132 millions de dollars furent recueillis.
Norman Rockwell les réalise non sans difficultés en 1943, au plus fort de l’engagement militaire américain en Asie et bientôt en Europe.

1. Freedom of Speech (Liberté d’expression), 1943

Norman Rockwell (1894-1978)

Pour illustrer cette liberté, Norman Rockwell s’est inspiré d’une scène à laquelle il avait assisté peu de temps auparavant : lors d’une réunion du conseil municipal, un homme s’est levé pour prendre la parole sur un sujet à l’ordre du jour. Il s’agissait de la fermeture d’une école. Il n’a pas obtenu l’approbation de l’assemblée, mais les concitoyens présents l’ont écouté respectueusement, sans l’interrompre.
Rockwell a pris pour modèle l’un de ses voisins pour représenter cet homme, qui incarnait la liberté d’expression. Sa veste de cuir sera également présentée dans l’exposition.

2. Freedom of Worship (Liberté de conscience), 1943

Norman Rockwell (1894-1978)

La « Liberté de conscience » représenta un vrai défi pour Rockwell, car la religion était pour lui un sujet profondément personnel. Il voulait réaliser une peinture transmettant des valeurs d’unité et proposant la vision d’un monde sans discriminations religieuses.
Son projet initial représentait une scène dans un salon de coiffure de campagne. Rockwell trouva son approche trop stéréotypée et peu satisfaisante. Il abandonna donc ce premier travail.
La peinture que nous connaissons aujourd’hui aborde l’acte de foi. Le tableau montre des personnes de différentes croyances, dans un moment de recueillement, qui souligne l’idée d’une communauté américaine. Norman Rockwell estimait que, comme l’expression des visages, la position et la gestuelle des mains ont une grande importance dans la peinture. Le tableau « Liberté de conscience » est une illustration de ce principe.

3. Freedom from Want (Liberté de vivre à l’abri du besoin), 1943

Norman Rockwell (1894-1978)

Sur ce tableau, une famille aisée partage un repas de Thanksgiving. À gauche de la table, l’épouse de Norman Rockwell, Mary, décédée en 1959, et face à elle, la mère du peintre. Les autres personnages sont des habitants d’Arlington que le peintre a choisis pour compléter la composition de sa toile.
Norman Rockwell, optimiste par nature, avait ici des doutes. Avait-il eu raison de peindre une dinde aussi grosse quand une grande partie de l’Europe était affamée, envahie et déportée ? Si des critiques s’expriment sur la surabondance de nourriture dans ce tableau, elles notent aussi que cette peinture met en valeur la famille, la convivialité et la sécurité, et elles étaient d’accord pour dire que l’abondance était la meilleure réponse à la notion de besoin.

4. Freedom from Fear (Liberté d’être protégé), 1943

Norman Rockwell (1894-1978)

Cette oeuvre est la dernière de la série des « Quatre Libertés ». Elle a été réalisée pendant les bombardements de Londres. On remarque que le père tient un journal dont les gros titres font référence à ces événements. La poupée gisant sur le sol rappelle les enfants d’Europe privés de sécurité.
Ce tableau, qui n’était pas considéré par Norman Rockwell comme une oeuvre d’une force exceptionnelle, a retrouvé une actualité après les attentats du World Trade Center. À cette occasion, le New York Times a publié « Liberté d’être protégé » en Une, en substituant au titre de Norman Rockwell un titre faisant référence aux attentats de New York, de Washington et de Pennsylvanie.

Si vous avez l’occasion d’aller à Caen pour visiter cette expo, n’hésitez pas mais il faut la programmer et s’inscrire pour un jour et une heure précise : la billetterie est ici. Je vous la conseille vraiment! D’ailleurs j’ai la grande chance d’y retourner avec ma Best le 21 septembre pour prendre plus de temps pour tout observer!

 chez Titine

7 commentaires sur « Exposition Norman Rockwell et les quatre libertés au Mémorial de Caen »

  1. Mille mercis pour cette magnifique visite virtuelle !! Les réalisations de Rockwell sont tellement riches ! Si tu es d’accord, je mettrai un lien vers ton billet sur une de mes prochaines chroniques… Bon mardi, Enna!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s