Résumé de l’éditeur : « Canada, printemps 1989. Trois personnages à l’aube de leurs vingt ans ont quitté le lieu de leur enfance pour entamer une longue migration.

Né quelque part au Manitoba, Noah Riel a appris à lire avec les cartes routières.

Joyce Doucet, elle, a vu le jour à Tête-à-la-Baleine, et caresse des rêves de flibustier moderne.

Quant au narrateur, il quitte le bungalow maternel pour voyager dans les livres, qu’il vend dans une bouquinerie de Montréal, et ne se sépare jamais d’un compas-boussole déréglé qui s’obstine à pointer la direction de l’îlot de Nikolski, dans le Pacifique Nord.

Au terme d’une migration réelle ou symbolique qui s’achève en décembre 1999, « quelques heures avant la fin du monde », les membres de cette étrange trinité auront tant bien que mal compris ce qui les rassemble.

Best-seller au Canada, couronné en 2006 par le prix des Libraires du Québec, Nikolski est l’un des romans les plus originaux et les plus talentueux de sa génération. Une impossible recherche des origines racontée avec bonheur et humour. »

*

Alors, si je vous ai écrit le résumé de l’éditeur, c’est que je n’ai aucune idée de comment j’aurai pu vous faire mon propre résumé car … je n’ai rien compris à ce roman… Pour être tout à fait franche, j’ai même audiolu deux heures du roman et ne comprenant rien, j’ai recommencé depuis le début et quand je l’ai terminé, j’ai malgré tout eu l’impression d’avoir lu des bouts de romans en lecture aléatoire (ce qui n’était pas le cas, je vous rassure quand même!).

Je n’ai pas vu le lien entre les personnages, je n’ai même pas vu de liens au sein des histoires de chaque personnage… Quand je vois dans le résumé de l’éditeur que « les membres de cette étrange trinité auront tant bien que mal compris ce qui les rassemble », je me dis que j’ai raté ce moment et je n’ai pas du tout compris 😉

Alors, pourquoi l’avoir lu jusqu’au bout me direz vous? Oui, je me pose la même question! Si je l’avais lu en version papier, c’est sûr que j’aurais abandonné ma lecture mais la seule chose qui m’a fait tenir c’est que l’auteur lit très bien son texte. Il a une voix, une diction et un accent très agréable… Malheureusement, ça ne suffit pas et je suis totalement passée à côté de ce roman…

avec Sylire et Isabelle : Allons voir leurs avis, je suis très curieuse de savoir si elles ont plus apprécié que moi  (ce qui ne sera pas difficile 😉

Découvert grâce à Radio Canada qui propose des livres audio téléchargeables gratuitement.

 Chez Sylire

  chez Karine:) et  Yueyin

8 commentaires sur « Nikolski : Nicolas Dickner (lu par l’auteur) »

  1. je suis plus enthousiaste que toi mais c’est vrai que c’est une lecture audio qui n’est pas facile ! Je suis une piètre camarade de LC. Je fais toujours quelque chose de travers (j’ai mis le lien vers ton billet, ça y est !) !
    Je vais te dire en off le lien qui unit les 3 personnages 😉

    J'aime

  2. Ce sont des choses qui arrivent, j’avais pour ma part beaucoup aimé mais il est vrai que les constructions éclatées doivent ête plus difficile à suivre en audio 🙂

    J'aime

  3. Comme Yueyin, j’ai l’impression qu’il vaut mieux lire ce genre de livre plutôt que de l’écouter. Sinon c’est trop dur à suivre! J’avais aimé le fait que certains thèmes revenaient tout au long du roman (les poissons et créatures marines, les cartes, etc), et ça aussi ça ressort peut-être plus à l’écrit!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s