Point cardinal : Léonor de Récondo

Résumé de l’éditeur Points :« Sur le parking d’un supermarché, Mathilda enlève ses habits de lumière. Sous le maquillage, il y a Laurent. Laurent est un mari, un père. Et au fond de lui, il est une femme. Se travestir quelques heures par semaine ne lui suffit plus. La vérité fait voler en éclats le quotidien avec Solange et les enfants. Laurent souffre mais sait : en dépit de tout, il deviendra celle qu’elle est à l’intérieur… »

J’ai acheté ce roman lors de ma rencontre avec Léonor de Récondo, en juin 2019, chez mes libraires, après avoir lu et aimé « Pietra Viva« , « Amours » et « Manifesto« . Tout ce que je savais, parce qu’elle l’avait dit lors de cette rencontre, c’est que c’était son premier roman contemporain qui parlait d’une femme transgenre.

J’ai recopié le résumé de l’édition que j’ai lue car il installe l’histoire et finalement, au niveau de l’intrigue, il n’y pas grand chose de plus à dire. Mais cela ne veut pas dire que le roman n’est pas riche, au contraire. C’est une histoire vraiment forte, très poignante avec un mélange de quotidien et d’ordinaire et en même temps une tourmente absolument hors du commun, que ce soit pour Laurent qui va enfin tenter de vivre selon ce qu’il /elle sait qu’il/elle est ou pour sa famille et son entourage qui vont devoir s’adapter.

C’est un très beau roman, réaliste et plein d’humanité. Ce n’est pas édulcoré et les réactions des uns et des autres ne sont pas forcément ce que l’on voudrait qu’elles soient. Et pourtant, quand Laurent devient enfin Lauren après des années à se brider, elle va enfin pouvoir se sentir libre et c’est vraiment enthousiasmant pour elle car on a aussi pu voir son mal-être dans le corps d’un homme.

Voici un roman qui montre les sentiments, les ressentis d’une personne transgenre, la lutte contre soi et la peur du regard des autres mais aussi les réactions de l’entourage et c’est très intéressant et enrichissant.

Sur le sujet de la transidentité , je vous conseille aussi « George » avec un point de vue d’un enfant et « Appelez-moi Nathan » une BD qui montre un point de vue d’adolescent.

Voici le premier chapitre qui est vraiment très bien écrit (comme le reste du roman) :

Ces deux Book Faces sont particulièrement symboliques puisque cette couverture sur un homme ou sur une femme change complètement tout en étant la même…

 chez Antigone

avec Manika