Ce roman se situe dans le Mississippi dans les années 1980. Seth Hubbard, un homme solitaire et très malade vient de se suicider et il n’a rien laissé au hasard : il a laissé des mots pour qu’on retrouve son corps, qu’on gère son enterrement et également un courrier officiel à un avocat pour changer son testament précédent avec un testament manuscrit… Ce testament est tout à fait legal mais Jake Brigance, l’avocat à qui il a envoyé ce document alors qu’il ne le connaissait pas sait très bien que les dernière volontés de Seth Hubbard vont faire des remous dans sa famille et dans la ville…

En effet, le vieil homme a totalement déshérité ses enfants et petits-enfants pour donner presque toute sa (très grande) fortune à sa femme de ménage, une femme noire qui n’a aucun lien direct ou indirect avec lui et qu’il ne connait que depuis 3 ans. Il donne aussi une partie de son argent à son frère qui a disparu depuis de longues années…

Evidemment, la famille conteste ce nouveau testament et cela ouvre une bataille juridique et aussi un questionnement sur les raisons de ce don : y avait-il quelque chose entre Seth et Lettie? Est-ce qu’elle l’a manipulé pour obtenir cet argent? C’est ce que la cour va devoir determiner. Mais le fait que le riche blanc a donné cet argent à une femme noire est encore plus perturbant dans cet état du sud des Etats-unis une vingtaine d’années seulement après la fin de la ségrégation.

D’ailleurs, le choix par Seth Hubbard de son avocat n’est certainement pas un hasard car cet homme de loi blanc a gagné un procès pour sauver un homme noir dans une communauté très déchirée sur le sujet et a vu sa maison incendiée par le Ku Klux Klan ce qui montre bien qu’il avait conscience que la question de la race serait importante.

Le roman fait revenir aussi sur le passé, les années de ségrégation et de haine raciale, les petites actions racistes du présent et les différents groupes de personnes, Noires et Blanches, qui vivent dans cet état au lourd passé.

C’est un roman qui dépeint des personnes très variées et qui creuse tous les méandres de la justice, c’est aussi très social car on voit bien qu’il y a une grande différence entre les Noirs et les Blancs économiquement parlant.

J’ai aimé ce roman et j’ai aussi aimé la manière dont qu’il était lu. John Grisham sait très bien traiter des sujet de société sous couvert de faire des thrillers ou des enquêtes.

Chez Sylire

catégorie « lieu » de ma ligne audio

2 commentaires sur « L’allée du sycomore : John Grisham (lu par Stéphane Ronchewski) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s