Le personnage principal est « Bride » née Lulla Ann Bridewell. Elle est née de parents tellement clairs de peau qu’ils auraient pu passer pour des Blancs tandis qu’elle est très noire de peau. Sa mère qui va l’élever toute seule a beaucoup de mal à supporter la couleur de sa fille ce qui la rend maltraitante psychologiquement et Lulla Ann se sent rejetée…

De nos jours, Lula Ann est devenue Bride. Elle s’est crée un personnage fascinant d’une grande beauté noire toujours habillée en blanc pour accentuer sa couleur. Elle travaille dans une entreprise de cosmétique, a une grande aisance et une belle assurance…

Mais au moment où on commence le roman, c’est une période de bouleversements pour Bride… Elle va à la rencontre d’une femme qui sort de prison, se fait violemment attaquer et est physiquement diminuée, elle part à la recherche de son petit ami qui l’a quittée sans explication, a un accident, rencontre des gens qui vivent en marge et voit son corps se transformer mystérieusement… Ces événements sont amenés de façon parfois abrupte, sans transition, parfois par des allers-retours dans le passé, avec des changements de narration.

Certaines éléments ne sont pas compris tout de suite par le lecteur mais vont petit à petit dévoiler des choses très profondes sur le passé de la jeune femme. On se pose parfois ce qui tient de la réalité, le fantasme, le rêve et le conte.

Au coeur de ce roman, il y a le manque de confiance de Bride qui a fait, au cours de sa vie, des choix qui avaient tous pour but de de plaire à sa mère et il y a aussi le racisme au sein même d’une famille et c’est un aspect que je n’avais jamais lu encore. Mais il y a aussi des thématiques sur les abus sur des enfants et des représentations très variées de la maternité ou de figures maternelles de toutes sortes.

C’est un roman très fort et très particulier tant par l’histoire que par la construction. C’est un roman qui bouscule et c’est très bien et j’ai essayé de ne pas trop vous en dire pour que vous soyez surpris comme moi. Mon regret est de ne pas l’avoir lu en anglais car je crois que j’aurais trouvé le texte plus naturel.

« Délivrances » est le dernier roman de Toni Morrison, décédée le 5 août 2019.

LC autour de Toni Morrison en homage à son anniversaire aujourd’hui dans le cadre de

l’

catégorie « pluriel » pour ma ligne générale

16 commentaires sur « Délivrances : Toni Morrison »

    1. Tant mieux ! Cest vrai que c’est une autrice au style assez exigeant, à ne pas lire quand on est trop fatigué 😊 mais elle est vraiment intéressante et va au-delà de raconter une histoire.

      J'aime

    1. Je ne dis pas que la traduction est mauvaise mais il manquait quelque chose. Elle est déconcertante, c’est le mot mais en se laissant porter, elle nous emmène loin!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s