Résumé de l’éditeur : « Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l’air perdu. Il m’a pris dans ses bras et s’est mis à pleurer. Un court instant j’ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte.
Puis il s’est écarté et j’ai vu un putain de sourire se former sur son visage. Les mots avaient du mal à sortir. Il a fini par balbutier : « On l’a retrouvée. Merde alors. On l’a retrouvée. C’en est fini de ce cauchemar. »
Il se trompait. Ma sœur serait bientôt de retour parmi nous mais on n’en avait pas terminé. »

*

Il faut que je commence par dire que j’ai lu ce livre audio en janvier et avec l’African American History Month challenge de février et mon déménagement, je n’ai pas fait de brouillon et aujourd’hui alors que j’écris mon billet en mars, je m’aperçois que je ne sais plus trop quoi dire sur ce roman… Ce que je peux dire c’est que j’en garde un bon souvenir de lecture, à la fois par la manière dont il était lu et par l’histoire, sur le moment, mais il est certain qu’il ne m’a pas non plus laissé un souvenir impérissable. Je dirais que c’est une lecture qui change les idées sur le moment, assez accrocheuse mais qui ne m’a pas marquée (mais c’est déjà bien de prendre plaisir à lire sur le coup, n’est-ce pas?)

C’est un roman écrit pour les adolescents avec des personnages adolescents et même si Olivier Adam dit qu’il l’a écrit pour que ce soit un roman généraliste aussi, je dois quand même dire que quand je l’ai commencé, je ne savais pas que c’était un roman jeunesse et que je m’en suis vite doutée. On sent quand même une certaine « facilité ».

L’histoire est celle d’une famille qui a quitté Paris pour s’installer en Bretagne. Les parents l’ont fait pour eux mais les enfants déjà adolescents sont déracinés. Le garçon, plus jeune, n’était pas très sociable et n’a pas trop souffert du départ mais il n’arrive pas pour autant à se faire trop d’amis, la fille, plus âgée, est extrêmement malheureuse d’avoir perdu ses amis, surtout, une personne qu’elle aimait et avec qui elle avait une relation amoureuse intense (et là, je me suis doutée très très tôt de la nature de cet amour, je ne sais pas si c’était censé être un petit twist ou pas…)

Tout bascule quand Léa disparaît du jour au lendemain sans laisser de trace. Fugue, kidnapping, vivante ou morte? Personne ne sait rien et cela fait des mois que la famille est détruite par cette absence…

Et puis, le commissariat appelle pour annoncer à la famille que Léa a été retrouvée… Mais revenir d’un cauchemar, ce n’est pas vraiment revenir car si elle a été retrouvée, elle n’en a pas fini de son expérience, du danger et elle garde aussi un secret( dont je me suis doutée aussi assez facilement).

Alors, je ne sais pas si c’est parce que j’ai lu « Lumière noire » de Lisa Gardner qui parle du retour de kidnapping et du traumatisme et « Amelia » de Kimberly McCreight qui parle des secrets que les jeunes peuvent avoir vis à vis de leurs parents qui font que je suis restée sur ma faim mais il m’a manqué un petit quelque chose.

par ma copine Mrs B

 Chez Sylire

12 commentaires sur « La tête sous l’eau : Olivier Adam (Lu par Alice de Lencquesaing et Lorenzo Lefebvre) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s