J’avais vu passer ce roman sur les réseaux sociaux et les blogs, mais c’est le billet de Anne qui m’a donné envie de le lire. Je ne savais plus grand chose au sujet de l’histoire au moment de le commencer à part qu’il y était question de maladie.

Dès le début, on sait que Sarah a succombé à la maladie car c’est elle qui raconte l’histoire après sa mort : elle regarde son passé et nous raconte sa vie avant cette mort  survenue alors qu’elle n’a que 42 ans…. Donc on n’est pas pris par surprise…

Sarah nous raconte sa jeunesse plutôt depressive, un peu punk, étudiante en philosophie, persuadée qu’elle ne vivra pas après 40 ans. Son côté nihiliste est bousculé par sa rencontre avec Théo, un homme fantasque, plein de légèreté, plus jeune qu’elle et qui, lui, a un côté adolescent attardé. Il va réussir à l’entraîner dans son sillage et elle va se laisser prendre par le bonheur et même avoir des enfants avec Théo…

Et puis, la maladie leur tombe dessus de façon totalement imprévue et fulgurante. Une tumeur très grave qui à priori n’est pas guérissable… Ils vont se lancer dans un combat, chacun à sa façon mais en se serrant les coudes, avec leur médecin surnommé « Dr House », leurs amis et l’espoir de pouvoir profiter des enfants…

C’est une bataille teintée d’un mélange d’espoir et de moments de désespoir, d’humour et d’émotion.

J’ai eu un coup de coeur pour ce roman extrêmement touchant mais il y a tellement de force, d’amour, de courage dans cette histoire que ce n’est pas déprimant -parfois très triste- mais c’est vraiment beau et riche d’émotions et de portraits très humains.

Alors oui, j’ai pleuré un peu mais j’ai aussi admiré les personnages de Sarah et Théo. Ils sont admirables. Une belle écriture pour un sujet très fort.

Evidemment, je ne peux que vous le recommander mais ce n’est pour autant pas un roman que j’offrirai facilement car c’est quand même un sujet très sensible et je pense qu’il faut faire le choix de lire un roman sur cette thématique.

catégorie crime et justice

7 commentaires sur « Il est juste que les forts soient frappés : Thibault Bérard »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s