Résumé de l’éditeur : « Par un fébrile soir d’été, quatre anciens camarades de lycée désormais trentenaires se trouvent par hasard réunis à New Canaan, la petite ville de l’Ohio où ils ont grandi.

Bill Ashcraft, ancien activiste humanitaire devenu toxicomane, doit y livrer un mystérieux paquet. Stacey Moore a accepté de rencontrer la mère de son ex-petite amie disparue et veut en profiter pour régler ses comptes avec son frère, qui n’a jamais accepté son homosexualité. Dan Eaton s’apprête à retrouver son amour de jeunesse, mais le jeune vétéran, qui a perdu un œil en Irak, peine à se raccrocher à la vie. Tina Ross, elle, a décidé de se venger d’un garçon qui n’a jamais cessé de hanter son esprit.

Tous incarnent cette jeunesse meurtrie et désabusée qui, depuis le drame du 11-Septembre, n’a connu que la guerre, la récession, la montée du populisme et l’échec du rêve américain. Chacun d’entre eux est déterminé à atteindre le but qu’il s’est fixé.

À la manière d’un roman noir, cette fresque sociale et politique hyperréaliste s’impose comme le grand livre de l’Amérique déboussolée et marque l’entrée en littérature d’un jeune écrivain aussi talentueux qu’ambitieux. »

*

Je n’avais pas prévu d’acheter de livre de la rentrée littéraire, j’étais entrée dans la librairie chouchou pour faire des cadeaux et puis, j’ai regardé ce roman et mon libraire m’a dit que ça avait été un coup de coeur pour lui. En lisant la quatrième de couverture, ça m’a un peu fait penser à « Retour à Little Wing » (dans les faits pas vraiment!) et mon libraire m’a dit deux mots sur le côté très contemporain et noir et j’ai craqué alors que je n’avais même pas encore vu passer la couverture du livre sur internet (et pourtant en matière d’achats de livres brochés, je suis en général plus prudente que cela 😉 (Bon depuis, je vois que plein de lecteurs l’ont lu et aimé!)

J’ai commencé ce gros livre de plus de 500 pages au pire moment pour une prof : juste avant la rentrée scolaire… Résultat, j’ai lu très très doucement car je manquais de temps libre et de temps de cerveau disponible et je l’ai donc lu en 18 jours… mais je l’ai lu avec un vrai plaisir et jamais l’envie de l’abandonner. Au contraire, c’est un roman qui me manquait quand je ne le lisais pas, j’avais vraiment envie de le retrouver!

Je ne sais pas si je vais vous « raconter l’histoire » car c’est très compliqué mais plutôt vous dire à quel point je suis admirative de l’auteur qui a réussi à faire un récit complexe qui se lit avec une grande facilité tout en nous faisant voyager dans le temps.

En racontant une nuit où des personnes qui se sont connues à l’époque du lycée vont se retrouver, se croiser (ou sont passées à côté des autres sans le savoir), il va tisser des connexions entre l’époque où ils se sont connus, entre leurs vies  d’adultes quand ils sont partis, et il ajoute à cela des éléments concernant la marche du monde et les conséquences que cela a sur les individus : les attentats du 11 septembre qui surviennent quand ils sont au lycée et qui vont influencer leurs relations sur le coup mais qui vont aussi influencer des choix de vie, que ce soit dans le patriotisme et l’armée ou dans l’opposition au système, la vie des soldats sur les terrains de combats et les conséquences lorsqu’ils reviennent aux Etats-Unis…

Mais d’autres thématiques sociales extrêmement fortes sont aussi évoquées comme les relations amoureuses adolescentes, les « clans » au lycée, les abus sexuels, l’homosexualité, la place de la religion dans une Amérique bien pensante, l’usage de drogues, la précarité…

Et puis, il arrive aussi à glisser du mystère ce qui fait que ce roman se lit à la fois comme un documentaire, comme un roman noir et même un thriller tout en développant énormément la psychologie des personnages.

Ce roman est pour moi un grand roman sur la société américaine actuelle entre les années 2000 et nos jours dans l’Amérique profonde! J’imagine très bien une série télé hyper réaliste tiré de ce roman (et vu sa richesse, il y aurait pas mal d’épisodes!)

Et pour finir, ce qui m’a le plus étonnée c’est de lire que c’était un premier roman! Si l’auteur est capable de cela avec un premier roman, je peux vous dire que j’ai hâte de lire d’autres romans de lui car il maîtrise vraiment ce qu’il fait!

Bon, je vous ai mis le résumé de l’éditeur en début de billet car je n’ai finalement pas réussi à vraiment vous dire de quoi ça parlait et je vous mets une vidéo de Stephen Markley qui vous fait un résumé d’une minute, mais franchement, je ne peux que vous le recommander, il est excellent!

 chez Titine

10 commentaires sur « Ohio : Stephen Markley »

  1. Et des fois, en le lisant peu a peu, on a plus le temps de savourer justement…..peut-etre que c’etait la bonne epoque…en tout cas…ouaaaaaaahh un roman qui remet les pendules a l’heure….l’amerique est devenue noire…il est vrai….

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s