Valentine a 48 ans, divorcée, ses enfants, jeunes adultes, ont quitté le nid, elle n’a plus de travail et doit faire des piges de journaliste et elle vient d’apprendre qu’elle doit quitter l’appartement dans lequel elle vit depuis des années… Elle revient dans la maison de son enfance pour faire le point, se resourcer auprès de Monette, sa mère et de Léon, le chat de cette dernière… Valentine ne va pas bien… elle a besoin de retrouver un ancrage car elle se perd entre souvenirs et réalité. Dans les affaires de sa mère, elle retrouve ses photos de classe avec une personne griffonnée mais elle ne se souvient plus qui est cette personne mais surtout, elle ne sait pas pourquoi cette personne a été ainsi éliminée…

Fred est le frère aîné de Valentine, il débarque dans la maison familiale en vélo après des heures de route car depuis quelques temps, il s’est remis au sport de façon intensive. Lui aussi ne va pas très bien et surtout, il est au courant d’une information qui va bouleverser l’image de la famille que Valentine avait jusqu’ici…

Tous les deux vont passer du temps ensemble, ils vont s’épauler, creuser le passé et Valentine va petit à petit revivre, prendre sa vie à bras le corps et faire avec tout ce que la vie met sur son chemin.

Cette histoire dans laquelle s’alternent les points de vue de Valentine et de Fred (bien lus par deux lecteurs différents) a été plutôt plaisante à lire, avec sa touche de mystère familial. C’est ce qu’on pourrait appeler un roman « feel good » je suppose puisque le personnage de Valentine évolue positivement.

Pour être franche, autant j’ai passé un bon moment de lecture sur le coup, autant aujourd’hui quand j’écris mon billet je n’en ai pas un souvenir très marquant : je me souviens bien des faits car ce n’est pas une lecture très ancienne mais je ne ressens pas de sentiments particuliers vis à vis de cette lecture. Alors je vous le conseille quand même si vous voulez une lecture détente, vous passerez sans doute un bon moment.

Chez Sylire

8 commentaires sur « Valentine ou la belle saison : Anne-Laure Bondoux (lu par Fabienne Loriaux et Benoît Grimmiaux) »

  1. J’ai la version papier dédicacée à la maison, pas encore lue, mais je la garde pour un moment propice… J’aime beaucoup ce qu’écrit Anne-Laure Bondoux.

    J'aime

  2. J’ai lu ce livre quasiment immédiatement à sa sortie. Je me retrouve tout à fait dans ton dernier paragraphe. J’ai refermé ce livre en me disant « Ah ! C’était bien ! » et puis, j’ai vite oublié. Un bon moment facile dont j’ai parfois besoin entre deux lectures plus exigeantes ou dans un moment de vie plus difficile.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s