Julia, mère de deux adolescents, est une femme assez solitaire qui voit ses enfants se détacher d’elle petit à petit. Son fils est en terminale et semble ne penser qu’à son Bac et sa fille est déjà en couple depuis assez longtemps pour une jeune fille de 16 ans, ils sont tous les deux prêts à se lancer dans des études contraignantes et semblent à mille lieues des préoccupations et des aspirations de Julia. Très contemplative, elle les observe prendre leurs distances et pourtant un matin, la routine bien réglée de sa famille ne lui semble pas tout à fait la même. Elle sent que sa fille lui cache quelque chose.

Lucie finit par d’avouer à sa mère -à condition que Julia ne dise rien à son père et son frère- qu’elle veut avorter. C’est alors que commence une période de tourmentes pour les deux femmes : le mensonge d’abord entre Julia et son mari à qui elle ne cache en général rien, mais surtout les difficultés à se faire entendre pour faire valoir ce droit pour les femmes. Elles vont trouver refuge auprès de Rose, une amie de Julia, plus âgée, qui va les accueillir pendant ces quelques jours qui vont les changer.

Cette « aventure » du quotidien, parenthèse dans leur vie familiale, va se transformer en une rencontre entre une mère et une fille qui vont apprendre à se connaître, entre tension et tendresse, mais aussi une prise de conscience du féminisme assez radical de la jeune Lucie. La relation entre entre Rose et Julia, en miroir de la relation entre Julia et Lucie, va permettre de revenir sur le passé de Julia et ses propres liens avec sa mère. Avec Rose, c’est une relation quasi maternelle en plus d’être amicale.

C’est vraiment un très beau roman sur les relations mère-fille, un très beau portrait de femmes de différentes générations, un roman contemporain sur le féminisme, sur les relations humaines et familiales. C’est un roman qui pourra parler aux femmes de la quarantaine, de la soixantaine et aux jeunes filles aussi.

Quand j’ai terminé le roman, j’étais triste de quitter les personnages et c’est pour moi un vrai signe d’un roman réussi car je me suis attachée! Pendant toute ma lecture, j’ai eu envie de faire lire ce roman à toutes les mères de filles et toutes les jeunes filles !

Je ne vais pas faire semblant : Coralie Bru est une copine à moi et si vous pensez que lire le roman d’une amie et en parler sur son blog est facile : détrompez-vous! Tout d’abord, quand j’ai commencé le roman, je n’avais qu’une peur : « Et si je n’aimais pas autant que les deux autres romans que j’ai lus d’elle? ». Je ne lui ai d’ailleurs pas dit tout de suite que je le lisais, en me disant : « Si je n’aime pas, je ferai profile bas, je ne dirai rien, ni à elle, ni sur le blog » 😉 Mais quand je me suis rendue compte que j’oubliais complétement que c’était elle qui l’avait écrit et que je le lisais en me disant que j’aimais et que je trouvais ça vraiment bien écrit sans penser à Coralie, j’ai su que c’était encore une réussite!

J’ai lu « Radicales » une première fois en « avant première » en janvier 2020 quand Coralie voulait encore faire quelques corrections (mais moi, je n’ai rien vu à redire au texte à ma première lecture, j’ai juste beaucoup aimé!). Je n’en ai pas parlé tout de suite sur le blog car le roman n’était pas encore disponible à la vente. Alors je l’ai relu quand elle a trouvé l’opportunité de diffuser son roman par Librinova (en auto-édition). Il est maintenant disponible partout en numérique et vous pouvez commander une version papier auprès de vos librairies sans problème (en passant par Hachette) même si elle n’est pas encore publiée (ce que je trouve vraiment incompréhensible quand on pense à l’existence de livres parfois très médiocres…). Moi qui ne relis presque jamais, je l’ai relu (une version encore meilleure que la première) et non seulement j’ai aimé mais j’ai même encore plus aimé : j’ai eu un coup de coeur!

J’espère vous avoir donné envie de découvrir « Radicales » même si j’ai toujours beaucoup de mal à écrire mes billets coup de coeur et j’espère que vous pourrez lui donner de la visibilité en le lisant et en en parlant autour de vous !

Après « Deux minutes » et « Cet être exceptionnel » que j’ai aussi adorés : une plume à découvrir absolument !

catégorie « adjectif »

11 commentaires sur « Radicales : Coralie Bru »

  1. Tu m’as donné très envie Enna ! Et je suis d’accord c’est compliqué de lire le roman d’une amie. C’est un énorme soulagement quand le livre est bon, comme semble l’être celui-ci. Merci pour ta participation au bilan des coups de coeur ! ❤

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s