Résumé de l’éditeur : « Celestial et Roy viennent de se marier. Elle est à l’aube d’une carrière artistique prometteuse, il s’apprête à lancer son business. Ils sont jeunes, beaux et incarnent le rêve américain… à ceci près qu’ils sont noirs, dans un État sudiste qui fait peu de cadeaux aux gens comme eux. Un matin, Roy est accusé de viol. Celestial sait qu’il est innocent, mais la justice s’empresse de le condamner. Les années passent, et la jeune femme tient son rôle d’épouse modèle jusqu’au jour où cet habit devient trop lourd à porter. Elle trouve alors du réconfort auprès d’Andre, son ami d’enfance. À sa sortie de prison, Roy retourne à Atlanta, décidé à reprendre le fil de la vie qu’on lui a dérobée…« 

*

Ce roman à trois voix alterne les points de vues de Roy, le mari condamné à tort pour viol, Celestial, la femme qui doit vivre seule après cette injustice et André, l’ami d’enfance de Celestial et copain de fac de Roy, pris entre deux feu quand il devient l’amoureux de Celestial.

Ce roman raconte beaucoup de choses très intéressantes d’un point de vue sociétal. Tout d’abord, l’injustice de le système judicaire américain quand on est un homme noir aux Etats-Unis et qu’on se trouve au mauvais endroit au mauvais moment car Roy est un innocent en prison qui doit presque s’estimer heureux de ne pas se retrouver dans le couloir de la mort.

Cet aspect est accentué par le fait que les protagonistes sont issus d’Etats du Sud des Etats-Unis avec tout le poids de l’héritage esclavagiste et ségrégationniste.

Mais au-delà de cette dichotomie « noirs/blancs », la relation entre Roy et Celestial permet aussi de mettre en avant une distinction entre deux communautés noires : les gens modestes socialement et moralement qui sont représentés par la famille de Roy et les gens aisés, ayant fait des études et qui ont une position importante et de l’argent. Ces différences pèsent sur le couple comme elles peuvent peser dans la société.

Et puis, c’est une histoire de couple, d’amour qui va et qui vient, qui est détruit par des circonstances inattendues et qui se construit sur ses circonstances. C’est une histoire de choix dans la vie, des choix amoureux que l’on ne voudrait jamais avoir à faire. Des questions de loyautés et de fierté, des questions de sentiments qui évoluent.

J’ai bien aimé ce roman que j’ai trouvé bien lu par trois acteurs qui permettent de rendre vivant le texte. J’ai trouvé l’histoire intéressante car on peut se mettre à la place -inconfortable- de tous les personnages. J’ai aussi trouvé que l’autrice peignait un portait de l’Amérique noire sans concession avec ses points négatifs (et il y en a tant…) et positifs, avec le poids du passé sur la jeune génération qui doit finalement toujours se confronter à des difficultés liées à la couleur de leur peau.

J’ajouterai que j’ai trouvé très bonne l’idée de faire de Celestial une créatrice de poupées qui travaille le tissu comme moyen d’expression artistique et artisanal qui n’est pas sans rappeler le travail du patchwork dans l’histoire des femmes afro-américaines.

Une bonne découverte.

 Chez Sylire

Rubrique « Etre noir aux Etats-Unis »

catégorie « adjectif »

Merci aux éditions

9 commentaires sur « Un mariage américain : Tayari Jones (Lu par Michelangelo Marchese, Sophie Frison et Maxime van Santfoort) »

  1. J’ai beaucoup aimé ce roman que j’ai trouvé très subtil. C’est vrai qu’il traite de la question raciale mais comme d’autres thématiques, plus universelles, sont traitées, tout le monde peut s’identifier aux personnages dans certains aspects de leur vie. Je suis d’accord avec Barack Obama pour dire que c’est un livre bouleversant (la fin notamment).
    Je devrais mettre en ligne mon billet prochainement. Bien entendu je mettrai le lien vers ton billet.

    J'aime

  2. Je te rejoins mais j’ai été déçue par cette lecture car je ne m’attendais pas à cela. Certes l’injustice raciale est abordée, mais n’est pas le thème principal (il s’agit du couple et des épreuves qu’il traverse) avec de nombreuses ellipses, alors que la 4e de couverture le mettait en avant.
    Je l’ai lu dans le cadre du Grand Prix des Lectrices Elle et nous étions nombreuses à avoir ce sentiment.

    J'aime

    1. Oui, je comprends, en fait, l’histoire c’est vraiment « un mariage américain » avec toutes ces facettes mais pas uniquement raciales. Je ne m’attendais à rien alors je n’ai pas été déçue 😊

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s