Résumé de l’éditeur : La spécialité de Jack McEvoy, c’est la mort. En tant que chroniqueur judiciaire au Rocky Mountain News, il y a été confronté plus d’une fois. Mais rien n’a pu le préparer au suicide de son frère jumeau. Inspecteur de police, déprimé et incapable de supporter le meurtre non résolu d’une jeune femme retrouvée coupée en deux, Sean s’est tiré une balle dans la bouche, comme le font souvent les policiers dépressifs. Un sujet dont Jack décide de s’emparer, en guise de dernier hommage à son frère.
Mais en s’immisçant dans une base de données du FBI pour les besoins de son article, McEvoy découvre avec stupéfaction que beaucoup de policiers se sont suicidés dernièrement, et que le FBI mène l’enquête sur la mort de son frère. Il comprend alors que cette affaire est en passe de lui fournir le plus gros scoop de sa carrière. Il pressent aussi qu’il est devenu la prochaine cible du suspect, un assassin qui a, jusqu’à présent, toujours réussi à tromper les plus fins limiers lancés à ses trousses…
Le Poète, l’un des premiers jalons de l’oeuvre magistrale de Michael Connelly, brillamment porté par la lecture de Benjamin Jungers, fête en 2021 ses 25 ans.

*

C’est le premier Michael Connelly que je lisais et j’ai vraiment apprécié ma découverte. C’est une histoire policière qui mêle à la fois des meurtres déguisés en suicides, une enquête qui part de l’intuition de Jack McEvoy un journaliste -frère d’une des victimes- jusqu’au FBI dont les services spécialisés s’occupent en acceptant la présence de Jack ce qui apporte un regard différent. Il y est question de serial killers, d’agents du FBI qui s’impliquent corps et âmes dans leur travail, d’histoires de crimes et d’histoires d’amour…

En parallèle, nous découvrons un prédateur sexuel qui participe à un réseau pédophile sans savoir tout de suite le lien avec le reste de l’enquête.

Pleine de rebondissements, cette enquête somme toute assez classique est très efficace. C’est un auteur que je relirai avec plaisir.

J’ai beaucoup apprécié le lecteur qui a rendu le texte très vivant.

4 commentaires sur « Le Poète : Michael Connelly (Lu par Benjamin Jungers) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s