La remplaçante : Sophie Adriansen et Mathou

Sophie Adriansen m’a déjà beaucoup touchée quand elle a parlé de la maternité dans ses romans « Le syndrome de la vitre étoilée » et encore plus dans « Linea Nigra » qui m’avait donné l’impression de parler de moi alors quand j’ai commencé à voir passer la couverture de cette BD par Sophie Adriansen et Mathou sur le retour à la maison d’une jeune maman et son bébé, j’ai su que je l’achèterai!

Alors, mon expérience personnelle d’un retour à la maison compliqué (je ne vais pas tout raconter à nouveau ici, j’ai déjà raconté beaucoup de choses dans le billet sur « Linea Nigra« ) a fait que depuis, dès qu’une de mes connaissances est enceinte, je lui dis qu’il faut qu’elle se prépare à l’idée que ça sera peut-être dur, qu’elle se sentira peut-être perdue et désemparée et qu’il ne faudra pas hésiter à en parler et surtout toujours garder à l’esprit que ça finit par passer car je trouve qu’on entend trop « C’est que du bonheur! » quand on a un bébé et moi, j’ai eu des sentiments très mêlés pendant les 3 premiers mois de mon fils (au point où j’ai pris un congé parental de 2 mois pour allonger mon congé maternité car c’était juste le moment où ça commençait à être « vivable » pour moi et je ne me voyais pas laisser Bastien toute la journée juste quand on pouvait apprendre à se connaître sereinement… Je me suis sentie très seule au niveau du suivi psychologique et j’ai compris à ce moment-là que des personnes vulnérables et seules fassent du mal à leur enfant dans des moments de désespoir 😦 (même si moi je n’en suis jamais arrivé là !)

Vous vous dites peut-être « Mais elle nous parle d’elle, mais elle ne parle pas de la BD! » et pourtant indirectement, je vous parle de la BD car c’est l’histoire d’une femme qui rentre avec son bébé et qui dès la maternité ne se sent pas à sa place de mère dans sa nouvelle vie… Tout le monde semble savoir sauf elle et elle se sent isolée et désemparée et rêve d’une remplaçante qui saurait faire et pourrait prendre sa place… Et ça, moi, je le comprends très bien.

Et comme je le disait au début, on s’aperçoit, comme cette jeune maman, que ça finit par passer, qu’on finit par savoir faire mais que ce n’est pas toujours facile.

Cette BD est très bien faite et devrait être lue par toutes les futures mamans (et papas!) : pas pour faire peur (personnellement, quand je parle de cela aux futures mamans que je connais, je leur dit aussi « Si tout se passe bien pour toi, tu ne te rappelleras même pas que je t’ai parlé de ça ») mais pour rassurer car si cela leur arrive elles sauront qu’elles ne sont pas des monstres sans coeur mais des mamans en aprentissage.

Merci mesdames pour un album très réaliste et utile!

Je n’oublierai jamais le conseil de mon amie Florence : « Souris à ton bébé, tu auras un bébé souriant » 😉
Cette page m’a piqué le coeur de souvenirs…