Deux Book Faces dont je suis assez fière!

(Je pense que ce roman n’est pas traduit en français.)

En 1947, Grace et Gene Holland, parents de deux petits enfants vivent dans une routine de l’homme qui travaille et la femme qui s’occupe des enfants mais ne vivent pas un amour heureux et épanouissant. Gene est au mieux distant, au pire à la limite de la maltraitance. Grace n’est pas heureuse mais elle se contente de sa vie, de ses enfants et de son amie Rosie, elle aussi mère de deux petits enfants.

Leurs vies prend un tournant dramatique quand au coeur d’une canicule des incendies terribles ravagent leur petite ville et toute la région. Gene est parti essayer d’éteindre des incendies avec d’autres habitants et Grace fait tout ce qu’elle peut pour se sauver avec ses enfants et son amie en allant sur la plage, jusque dans l’eau. Après des heures de terreur, ils sont sauvés mais elle a tout perdu : le bébé dont elle était enceinte, sa maison, son amie qui va déménager et son mari qui est porté disparu…

Elle doit se débrouiller pour reconstruire sa vie et pour cela elle va investir la maison que son mari a hérité de sa mère -la belle-mère qui détestait Grace-. Un homme squattait la maison mais Grace décide de lui faire confiance et le prend comme locataire. C’est un musicien et un homme gentil et cultivé avec qui elle s’entend très bien. Elle a aussi appris à conduire, trouvé un travail dans le cabinet d’un médecin avec qui elle s’entend très bien aussi. Sa vie est beaucoup plus agréable et épanouie depuis que les incendies ont changé sa vie.

Et puis un jour, son mari refait surface, terriblement brûlé et plein de frustrations, de méchanceté et de revendications sur sa femme qui doit abandonner tout ce qui l’épanouissait.

J’ai beaucoup aimé ce roman qui traite de la psychologie d’une femme que la société emprisonne dans un rôle et qu’un événement extérieur va libérer. Malheureusement, sa vie reste très dépendante du bon vouloir de son mari et c’est vraiment triste.

par ma collègue J.
Chez Antigone
catégorie objet (= étoile)

4 commentaires sur « The stars are fire : Anita Shreve »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s