Je suis allée voir le film « The Father » réalisé par Florian Zeller avec Anthony Hopkins qui a eu l’Oscar du meilleur scenario adapté et meilleur acteur (totalement mérité, Anthony Hopkins est incroyable dedans!) et j’ai été bouleversée par cette histoire.

Mon amie Mrs B avec qui j’avais vu le film m’a conseillé de lire la pièce de théâtre « Le fils » de Florian Zeller et ma collègue Catherine m’a prêté ce recueil de 3 pièces de théâtre. Curieusement, l’éditeur n’a pas choisi de mettre ces textes dans l’ordre de création des pièces mais cela passe bien. Je les ai lues dans l’ordre proposé.

le père

Résumé de l’éditeur : « Le père (création septembre 2012, théâtre Hébertot) : André, âgé de 88 ans est encore réactif pour son âge mais présente les premiers signes d’une maladie qui pourrait bien faire penser à la maladie d’Alzheimer. Il a pour fille Anne qui l’aime et ne cherche que son bien et sa protection. Mais l’avance de la maladie est inexorable. Nous assistons alors à la dégénérescence progressive de cet homme, au désarroi de sa famille et au manque de communication croissant avec l’avancée de sa perte de mémoire. Tout disparait petit à petit, les décors, les repères, les bonheurs familiaux… On assiste impuissant à sa déchéance et à ses derniers moments de lucidité. »

J’ai commencé par la pièce que je connaissais grâce au film dont je me souvenais très bien et pendant ma lecture, je voyais les acteurs (tous excellents) et la mise en scène du film (très originale). J’ai eu un coup de coeur pour l’écriture et l’histoire mais je me demandais si la lecture de cette pièce aurait été si évidente si je n’avait pas vu le film avant. En effet, l’auteur fait vivre la perte de repères de cet homme qui perd la mémoire en jouant sur les personnages censés être les mêmes pour André mais qui sont d’autres personnes et des lieux qui changent un peu.

J’ai été vraiment très touchée par cette histoire car mon père est à peine plus jeune que le père dans cette histoire (et en plus je m’appelle Anne!) alors forcément ça m’a particulièrement parlé.

*

La mère

Résumé de l’éditeur : « La mère (création 2010, Théâtre de Paris) : la pièce raconte la douleur et la solitude d’Anne, qui voit ses enfants partir et se retrouve toute seule dans sa maison. La narration n’est pas linéaire, et le lecteur est invité à parcourir un labyrinthe, qui est celui des pensées du personnage égaré de la mère. Quand on a tout donné pour sa famille, comment survivre lorsque celle-ci n’existe quasiment plus ? Anne erre seule dans son appartement aux murs gris et trompe l’angoisse entre alcool et médicaments. Son quotidien devient brumeux. Entre deux scènes présentées sous différents angles le lecteur, lui aussi perdu dans les vapeurs des rêves et des divagations de cette femme si touchante, ne sait plus exactement ce qui est réel et ce qui ne l’est pas.« 

J’ai beaucoup moins aimé cette pièce. J’ai eu beaucoup de mal avec le style car je n’arrivais pas à savoir si c’était censé être drôle (certains passages sont assez absurdes) ou pathétique. C’est finalement assez dramatique mais j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages.

*

le fils

Résumé de l’éditeur : « Le fils (création février 2018, Comédie des Champs-Élysées) : Nicolas a 17 ans et vit chez sa mère, Anne. Son père, Pierre, vient d’avoir un enfant avec sa nouvelle compagne, Sofia. Anne informe Pierre que leur fils, adolescent dépressif, n’est plus allé au lycée depuis trois mois.
Pierre discute alors avec Nicolas qui demande à venir vivre avec Sofia et lui. Pierre accepte, le change de lycée et va mettre en oeuvre tout ce qui lui est possible pour redonner le goût de vivre à son fils. Mais le père est confronté aux pulsions suicidaires de son fils qui perd pied.
Sa survie n’est plus désormais que prostration, automutilation et accusations culpabilisantes envers son géniteur.
« 

Cette pièce est très touchante car elle montre vraiment le désespoir d’un jeune homme, lycéen, dépressif et suicidaire et la difficulté pour les parents de l’accompagner et de supporter cette situation.

*

par ma collègue C.

2 commentaires sur « Le père, La mère, Le fils : Florian Zeller »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s