Ce roman policier qui se passe à Stockholm nous fait suivre une série de crimes en changeant d’époques. On commence en 1944. On découvre une jeune auxiliaire de police, Elsie Svenns, jeune mère célibataire ayant confiée sa fille à un couple et qui travaille avec un chef qui a beaucoup de mal à accepter l’arrivée de femmes dans son service. Quand une prostituée, mère de famille, est tuée de manière assez horrible et retrouvée entre autre avec les mains clouées au sol, Elsie qui est parmi les premiers sur le lieu du crime est aussi tuée par le meurtrier en fuite… L’histoire semble s’arrêter là.

Puis, nous faisons un bond dans le temps et on arrive dans les années 1970. On suit une policière, Britt-Marie, une jeune mère de famille qui vit avec un homme qui a du mal à accepter le fait que sa femme travaille et qui boit beaucoup. Malgré l’aide de sa belle-mère, elle a du mal a trouver sa place dans son couple et dans son travail car son chef ne supporte pas l’idée qu’une femme s’implique dans les enquêtes et il essaie de lui faire faire des taches de bureau. Pourtant, elle se retrouve sur une enquête sur des crimes qui touche de jeunes mères de famille dans le quartier où elle travaille et vit : elles sont retrouvées les mains clouées au sol sur le même modèle que l’assassinat perpétré par celui qui avait été appelé « L’assassin des bas-fonds » en en 1944. La terrible coïncidence est que Britt Marie est la fille de Elsie.

Britt Marie s’attache beaucoup à cette enquête mais malheureusement, elle ne pourra pas la mener à son terme car elle disparait sans laisser de traces.

L’histoire reprend ensuite toujours dans le même quartier de Stockholm dans les années 1980 avec à nouveau un crime sur le même schéma. L’enquête est menée avec l’aide de Hanne, jeune universitaire spécialisée dans le profilage des criminels. Elle accompagne l’enquêtrice et s’implique beaucoup malgré le peu de considération de son mari et du commissaire. Encore une fois, l’enquête s’arrête de façon dramatique.

Puis, de nos jours, alors qu’un parking est détruit dans le quartier, un corps de femme est retrouvé et une enquête est ouverte. Celle-ci permet à Malin, une jeune enquêtrice, mère de famille qui vient de reprendre le travail et son coéquipier Manfred de repartir sur la piste de « L’assassin des bas-fonds », un cold case qui semble pourtant impossible à résoudre. Avec l’aide de Hanne qui, malgré des problèmes de mémoire, se rappelle de son enquête de l’époque et qui a gardé ses notes ainsi que les notes prises par Britt Marie à l’époque, les enquêteurs sont sur plusieurs pistes.

Je n’en dis pas plus car c’est une fin surprenante mais ce qui m’a le plus plu dans ce roman c’est sa construction originale. On a l’impression qu’on nous raconte des choses qui ne semblent pas avoir de lien directe tout en suivant un schéma en miroir, période après période, et pourtant tout se met en place petit à petit, les liens se font et tout s’éclaircit.

C’est aussi un roman qui montre la place des femmes dans la société et dans le monde du travail, dans le passé, le sexisme entre les chefs hommes et les femmes, mais de manière intéressante, de nos jours entre une cheffe femme qui reproduit un modèle patriarcale envers sa subordonnée.

J’ai trouvé le traitement des personnages vraiment bon, on s’attache aux personnages, même si on les suit peu de temps.

J’avais déjà lu un roman de l’autrice (celui juste avant, il y a d’ailleurs des allusions à celui-ci dans « L’archipel des larmes » mais cela ne gênera pas du tout de ne pas l’avoir lu) mais j’ai préféré ce roman à « L’ombre de la baleine« .

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est ACtC-3d6rytwO6_YaN4XNK57cBkQG8O_BoE9kXGelqL8PHLEJwZBnjGgAPTCvUKQ0Y3hBdRL3M1cwtk1USs4XCp2pK5-jF71ZD4DXUpZf1bw1B7V2IWPVZNqJmoXaNzfuScjbpDr61DoBnUbpCCIzoz52eBh=w250-h372-no
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est ACtC-3fsg6eyKSUkPKCBTQdY11_tgPPPyrgLnIGI237hCB-NfsfAmXTwWCQLukBY_krn6u5VpY7UaOenDiNDd3OV3r-jOOU8dDuVMY7r7mgJhG2i73VhJbWIKESSdI6AIP3Uzt89qPQDzyIrZFxhg1rGM6FK=w283-h424-no
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est ACtC-3cUJfWAgwxfWAGZsDRE8hlSKDKN3xGLVt4vP3jcxKyhx5oZ89blHeRTvR45uLdk8NOfcRenwhGnP5Ay-8uQy33_OIitLznDjbDBfXrVckfsoPkwi7OUl73CcxnuoYFa0hFyDG1hyTg7Ug2oUGRDktdJ=w800-h600-no
 chez Cryssilda

2 commentaires sur « L’Archipel des larmes : Camilla Grebe (lu par Audrey Sourdive) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s