L’histoire se situe au Japon. Yui vit dans le deuil après avoir perdu sa mère et sa petite fille lors du tsunami en 2011. Elle est journaliste dans une radio et un soir, une personne parle du « téléphone du vent », une cabine téléphonique publique désaffectée dans un jardin dans une montagne en plein vent… Ce téléphone est là pour permettre aux personnes en deuil ou en crise de parler à leurs absents en imaginant que leurs paroles seront portées par le vent.

Yui va voir ce téléphone mais si elle n’arrive pas à parler à sa mère et à sa fille, elle rencontre Takeshi et sa petite fille qui ne parle plus depuis la mort de sa mère. Tous les deux vont se lier d’amitié et aller régulièrement dans ce jardin du téléphone. Là-bas, ils vont rencontrer d’autres endeuillés ou de malheureux, qui vont eux aussi trouver un réconfort en mettant des mots sur leur tristesse. Ce téléphone n’est pas magique mais il permet d’apaiser les deuils par la parole, par les échanges entre des personnes qui n’ont pas forcément de liens les uns entre les autres.

Je n’aime pas les romans « feel good » car je trouve qu’ils tirent artificiellement sur les bons sentiments et ce roman N’est PAS un roman feel good et pourtant c’est un roman qui fait du bien et qui montre des gens qui très progressivement se mettent à aller mieux malgré les drames qu’ils ont traversés et je pense que c’est pour ça que j’ai eu coup de coeur : je l’ai trouvé très subtile, très beau, très émouvant sans pour autant avoir eu l’impression que l’autrice voulait me tirer la larme ou le sourire.

Je n’ai pas trouvé que c’était un roman triste (même si le sujet n’est pas gai) mais un roman doux et lumineux et je ne peux que vous le conseiller.

J’ai beaucoup aimé la version audio dans laquelle la lectrice apporte beaucoup de douceur et de neutralité. Une réussite!

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est AM-JKLWmLE_nZSWCTYmTBnjvhhkugi0JQcfA6_08fwAcgApwoupA7ls8I3J27G2yLUoF71GZCHY5ti5-YfZ1j7O_PAzrO0rnq3Oa7BsZir2uetKTSzuzPVtQROjL-NGkbOdH6GylDPBFyVddNEoYdN4vt-ssaw=w706-h779-no

6 commentaires sur « Ce que nous confions au vent : Laura Imai Messina (Lu par Clara Brajtman) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s