Dès la première page de la préface, la première ligne annonce la couleur : « Dix-neuf ans avant de décider de mourir, Nora Seed était à Bedford, bien au chaud dans la petite bibliothèque de l’école Hazeldene. » Puis, dix-neuf ans plus tard, la première ligne du premier chapitre continue avec « Vingt-sept heures avant de décider de mourir… » puis quelques pages plus loin, on peut lire « Cinq heures avant de décider de mourir… » et le lecteur comprend donc très vite que Nora ne va pas bien… Elle n’est pas bien dans sa vie où elle se sent terriblement seule et où elle a l’impression d’avoir tout raté : ses relations amoureuses, ses relations familiales, ses relations amicales, ses choix de vie, son travail et même son chat qui vient d’être découvert mort sur le trottoir… Tout cela en plus de ses crises d’angoisse : elle ne voit donc plus du tout l’intérêt de vivre…

Et pourtant après avoir écrit un courrier et un message sur internet et après avoir ingurgité des médicaments, elle ne se retrouve ni à l’hôpital, ni au cimetière mais dans un lieu étrange et irréel qui ressemble à s’y méprendre à une bibliothèque, remplie de livres, et la bibliothécaire de son lycée, Mrs Elm est là pour l’accueillir… Ici, il est toujours minuit et si dans la réalité, elle est entre la vie et la mort, dans ce monde parallèle elle peut encore changer sa vie d’avant…

A partir de là, il faut vous laisser porter et accepter l’aspect fantastique du roman mais personnellement, j’ai plongé et j’ai vraiment aimé!

Mrs Elm va commencer par lui faire lire le livre de ses regrets et c’est douloureux de réaliser toutes les choses, petites ou grandes, auxquelles elle renoncé un jour… Puis à partir de ces regrets, Nora va pouvoir réintégrer des épisodes de la vie qu’elle aurait menée si elle avait fait d’autres choix à certains moments de son passé. Elle arrive dans cette vie à son âge actuel et va y voir des modifications -positives ou pas- et elle en changera autant de fois que nécessaire, jusqu’à ce qu’elle trouve une vie où elle se sent bien, complète et sereine.

Ce roman fait réfléchir aux choix de vie que tout le monde peut faire et prendre conscience que la seule personne qui peut influencer le cours de sa vie c’est la personne qui la vit.

Dit comme ça, ça peut paraître un peu « développement personnel » mais j’ai trouvé ça très inspirant et réaliste (alors que je ne suis pas du tout cliente des livres de pseudo développement personnel). J’ai trouvé vraiment intéressant d’imaginer qu’on pourrait avoir des vies différentes en ayant pris une direction au lieu d’une autre.

C’est un livre que je suis vraiment contente d’avoir lu, découvert grâce à mon amie Mrs B qui a aussi été touchée par cette histoire et je pense que c’est un livre que j’offrirai autour de moi!

par mon amie Mrs B : merci!
chez Lou et Titine
@lemoisbritish sur Instagram

4 commentaires sur « La bibliothèque de minuit (The midnight library) : Matt Haig »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s